mercredi 31 mars 2010

EFT et la protection par l'embonpoint

Suis-je en sécurité si je laisse partir ces kilos en trop?

Une notion importante lorsqu'on traite un problème de surpoids est le fait que la plupart du temps, la personne s'est "enveloppée" afin de se protéger contre... contre quoi au juste ? C'est bien là qu'intervient toute l'habileté du praticien EFT dans "l'Art de Délivrer" dont parle Gary Craig.

Celui-ci écrit :
"Carol Solomon, Ph.D., se concentre avec succès sur un problème important pour sa cliente boulimique. Notez à la fois l'histoire de fond et les détails de langage. Je vous prie de consulter un médecin pour toute question médicale. Bien à vous, Gary Craig".

Par Carol Solomon, Ph.D.

Cher Gary,
Sue était boulimique, elle mangeait en grande quantité et semblait s'auto-saboter à chaque occasion. Elle a tout essayé et a perdu du poids très souvent, le reprenant toujours ensuite et même un peu plus. Elle a décrit son mode d'alimentation comme "un train fou". Elle mangeait pour soulager le stress. Elle mangeait pour faire la fête. Elle mangeait pour chaque émotion qu'elle ait jamais ressentie. Et elle avait l'impression d'être un échec ambulant.

La mère de Sue avait toujours lutté contre son poids etait morte d'un cancer du poumon à un âge précoce. Juste avant que ce diagnostic ait été posé, elle avait perdu 20 livres et elle avait l'air splendide. Elle avait alors arrêté son régime, mais avait continué à perdre du poids. Sue se souvenait que sa mère s'était exclamée : "C'est chouette, j'ai cessé de suivre un régime et je perds encore du poids !" Mais la perte de poids était due au cancer du poumon. Elle est morte peu après.

La nourriture était réconfortante, mais Sue voulais se sentir plus en contrôle, elle voulait arrêter de manger des quantités et utiliser les aliments pour s'alimenter et non pas comme une drogue. Elle vivait seule et avait peur la nuit. Elle avait peur de mourir, elle avait peur de s'endormir et de ne pas se réveiller. Chaque jour, elle mangeait raisonnablement. Chaque nuit, elle gâchait tout. Elle se retrouvait en train d'arpenter le bar à pizzas en se disant "Tu es fatiguée, tu le mérites bien, tu pourras recommencer demain." Elle s'auto-médicalisait pour dormir.

Chaque fois que Sue commençait à perdre du poids, elle avait peur. Elle se sentait vulnérable. Elle ne se sentait pas en sécurité, un point c'est tout. La nourriture lui donnait un faux sentiment de réconfort parce que nourriture et réconfort étaient liés dans son esprit. Sa grand-mère la nourrissait pour la réconforter. Sa mère était morte quand elle avait perdu du poids. Une partie d'elle avait peur de perdre du poids, même si, consciemment, elle le désirait ardemment.

De fortes associations peuvent influer sur notre comportement. Dans l'esprit de Sue, la nourriture était associée avec le confort et la sécurité. La perte de poids était associée à la peur, à la perte et à la mort. Elle avait peur que si elle perdait du poids, quelque chose de terrible allait arriver. Perdre du poids n'était pas une bonne chose à faire pour sa sécurité.
(Suivent les "phrases de départ" et les "rappels" pour le travail avec EFT, voir la description de la méthode dans la page "Apprendre EFT").

- "Même si ce n'est pas bon pour ma sécurité de perdre du poids, je m'accepte profondément et complètement.
- "Même si je me sens vulnérable, je m'aime et je m'accepte profondément.
- "Même si je ne me sens pas protégée, je choisis de savoir que je peux prendre soin de moi-même."
- "Même si j'ai besoin de me droguer moi-même, je choisi de faire des choix sains."
- "Même si j'ai peur que quelque chose de terrible se produise, je m'aime et je m'accepte malgré tout."
- "Même si je ne me sens pas en sécurité, je sais que la nourriture ne m'aidera pas être en sécurité."
- "Même si j'ai peur, je choisis de trouver un moyen de se sentir en sécurité, confortable et détendue."
- "Même si je suis effrayée, je m'autorise à me reposer."
- "Même si j'ai peur de mourir, je m'accepte profondément et complètement de toute façon."

Sourcils : "Je me sens vulnérable"
Coin externe des yeux : "Sentiment d'insécurité"
Sous l'oeil : "Sentiment de solitude"
Sous le nez : "J'ai subi tellement de pertes"
Menton : "Je ne suis pas sûre de ce qui se passera"
Clavicule : "Cette incertitude"
Sous le bras : "Ce sentiment de perte de contrôle"
Sommet de la tête : "J'ai peur"
Sourcils : "Peur de perdre du poids"
Coin des yeux : "Cette insécurité si je perds du poids"
Sous l'oeil : "J'ai besoin de réconfort"
Sous le nez : "Un événement grave pourrait se produire"
Menton : "Cette sensation de peur"
Clavicule : "Peur de perdre du poids... Regarde ce qui est arrivé à maman"
Sous le bras : "Je ne veux pas ressentir ces sentiments"
Sommet de la tête : "J'ai peur d'aller dormir"
Sourcils : "Je PEUX me sentir en sécurité"
Coin des yeux : "Je n'ai pas besoin de tout contrôler"
Sous l'œil : "Tout va être OK"
Sous le nez : "Je suis en sécurité"
Menton : Feeling "Je me sens tranquille tout en contrôlant"
Clavicule : "Je suis différente de maman"
Sous le bras : "Mon poids ne m'aide pas à être en sécurité."
Sommet de la tête : "C'est moi qui me maintiens en sécurité"

La crise de boulimie est un comportement d'adaptation - une réaction aux problèmes de la vie. Il est facile de se sentir dévoré par ses émotions. Les mangeurs en excès entrent souvent dans des cercles vicieux où ils ne dorment pas bien, travaillent trop et se sentent fatigués, c'est alors qu'ils sont plus vulnérables à l'envie de manger en excès.

Les peurs refont surface à l'arrivée de la nuit, alors Sue faisait le tapotage EFT le soir quand elle avait peur et/ou quand elle sentait l'envie de se gaver. Elle a tapoté sur ses sentiments concernant la perte de sa mère, sur sa peur de perdre ses collègues de travail, sur sa peur de ne pas se réveiller. En moins de 3 nuits, elle a pu se sentir plus calme et détendue et dormir davantage, interrompant ainsi le cercle vicieux. Lorsqu'elle a eu résolu ses problèmes de peurs, elle n'a plus ressenti le besoin de se calmer avec de la nourriture. Au bout d'une semaine, elle ne se gavait plus.

Plusieurs mois ont passé maintenant, et la dernière note envoyée par Sue me disait simplement : "Je ne me souviens pas de la dernière fois que j'ai mangé en excès, et j'ai réussi à perdre 10 livres au cours du processus."

Avec mon affection,
Carol Solomon, Ph.D.

******

EFT Pour soulager les pensées suicidaires de quelqu'un d'autre

On peut toujours tenter d'aider un proche avec EFT, souvent avec succès, comme ici dans un cas de pensées suicidaires.

Message de Gary Craig :
"Est-ce qu'un non-professionnel qui vient de commencer l'étude de la méthode EFT peut manipuler quelque chose d'aussi grave que des pensées de suicide? Apparemment oui, ainsi que le dr Alexander Lees le raconte dans cette lettre d'un participant à l'un de ses ateliers EFT. Notez comment, en quelques minutes d'EFT, on élimine des pensées de suicide auparavant intenses. Notez également que nous n'incitons pas pour autant les débutants EFT et les non-psychothérapeutes à "s'aventurer hors de leur domaine". Beaucoup de travail peut être accompli avec l'EFT en ce qui concerne les tendances au suicide, mais dans ce genre de cas il est impératif de demander l'aide d'un professionnel de la santé. Bien à vous, Gary Craig"

Par le Dr Alexander R. Lees
"Je vous transmets ci-dessous une lettre que j'ai reçue d'un participant qui a assisté à notre atelier EFT Niveau 2 le mois dernier. Je pense que ce texte pourrait être source d'inspiration pour d'autres débutants et praticiens EFT. Je suis très heureux pour "Tom" et bien qu'il m'ait remercié pour la formation qu'il a reçue lors de l'atelier, je lui ai écrit et je lui ai dit "Merci." Il a été celui qui a saisi l'enseignement de l'atelier et l'a appliqué, et dans des circonstances très difficiles en plus. Tout le bénéfice est à mettre au crédit de Tom et de l'EFT."
Alex
*
Bonjour Alex,

Juste un petit mot pour vous faire connaître l'un des succès que j'ai eu avec l'EFT.
Ma femme est atteinte de la "maladie bipolaire" et elle peut devenir très suicidaire lorsqu'elle est dans une phase de descente. La plupart du temps, ce processus est contrôlé par des médicaments, elle en prend cinq par jour. Le psychiatre lui fait également prendre trois crèmes de traitement hormonal.
Elle est venue vers moi en larmes l'autre soir, disant que c'était tout ce qu'elle pouvait faire pour s'empêcher d'avaler d'un seul coup toutes les drogues du placard. Nous étions tous les deux très inquiets la dernière fois qu'elle a été suicidaire parce que ça a duré pendant trois semaines, et les médecins étaient sur le point de la faire hospitaliser. Heureusement, cela s'est arrêté le jour où elle devait voir le médecin!
Quoi qu'il en soit, j'ai essayé de la faire sortir de cet état, mais cela n'a pas marché, alors je lui ai demandé si elle voulait me laisser pratiquer l'EFT sur elle. Elle a dit OK.
Je lui ai demandé qu'elle était son intensité (de cette envie de suicide), elle m'a dit "10 avec certitude" sur l'échelle de 0 à 10. Je lui ai demandé de me donner une phrase qui décrive comment elle se sentait, et nous avons mis en place cette phrase :
- "Même si je veux avaler toutes les drogues dans le placard parce que je veux en finir ..."

Ensuite, j'ai fait deux séries de tapotage. Je lui ai demandé où elle était et elle a dit que son intensité était maintenant de 7 sur 10.
J'ai fait l'inversion psychologique en disant :
- "Même si je veux encore avaler une partie des drogues dans le placard parce que je veux en finir ..."
Et ensuite j'ai fait deux séquence avec "En finir".
Je lui ai fait prendre deux respirations profondes et ensuite je lui ai demandé où elle en était maintenant. Un drôle d'expression a paru sur son visage et elle a dit: "Je ne sais pas." J'ai dit : "Pas mal".
Toute sa contenance avait changé. Elle a passé une bonne nuit et le lendemain matin je lui ai demandé comment elle allait et elle dit: "Très bien."
C'était il y a une semaine. Quelle différence! Merci pour votre formation.
Tom

***

EFT Responsable mais pas coupable

Un exemple de travail EFT pour les culpabilités inconscientes : passer de coupable à responsable.

C'est "dans la tête", comme on dit, mais les conséquences peuvent aller très loin.

Présentation par Gary Craig :
"Bonjour à tous, Aujourd'hui, voici un problème largement répandu, pour lequel nombre de personnes auraient besoin d'un petit coup de main. C'est très bien d'être une personne "responsable", mais il y a des gens qui prennent sur eux beaucoup trop de choses. Notez comment Amy Babcock ramène ce sujet à l'essentiel. Hugs, Gary"

Traduction de la page :
**http://www.emofree.com/Articles2/feeling-responsible-amy.htm**

Par Amy Babcock

Cher Gary,

Je suis une enthousiaste du tapotage EFT depuis environ 4 ans maintenant et j'étudie de très près vos articles dans les newsletters. Hier, j'ai été inspirée par un compte-rendu concernant le pardon. Je m'étais blessée au bras gauche il ya 6 mois et je continuais à travailler pour obtenir la guérison complète.
Selon Louise Hay, la douleur signifie généralement la culpabilité et la culpabilité recherche la punition. Alors j'ai essayé de faire le tapotage sur quelque chose dont j'aurais pu me sentir "coupable", mais rien ne faisait vraiment écho en moi, jusqu'à ce que j'introduise l'idée de me sentir "responsable".

Une partie de moi s'était toujours sentie responsable de tout dans ma vie, même quand j'étais une petite fille....
C'est alors que j'ai commencé à sentir l'énergie se déplacer... En tapotant le point-karaté j'ai dit ...
- "Même si je me sens responsable de m'être blessée au bras, je choisis de me pardonner pour tout ce que j'ai fait pour y contribuer."

J'ai alors commencé à passer ma vie en revue, comme je l'avais déjà fait avec la Procédure de Paix Personnelle (voir texte du Tutoriel dans "EFT sur soi-même"), afin d'identifier tout traumatisme ou problème survenu dans mon enfance et à l'âge adulte dont que je pourrais me sentir responsable (au sujet de pratiquement tout!). Je tapotais sur le point karaté d'abord et si je ne ressentais pas un soulagement complet immédiatement, je recommençais avec les points de la tête et du visage en répétant la même phrase.
- Même si je me sens responsable pour cette douloureuse rencontre avec mon chat quand il m'a attaqué et qu'on a dû me faire 3 points de suture à l'oreille, je choisi de me pardonner pour tout ce que j'ai fait pour y contribuer.
- Même si je me sens responsable du cancer du sein de ma mère, je choisis de me pardonner pour tout ce que j'ai fait pour y contribuer.
- Même si je me sens responsable de la surdité de mon mari, je choisi de me pardonner pour tout ce que j'ai fait pour y contribuer.

J'imagine que je ne suis pas la seule à souffrir de ce sentiment de responsabilité universelle et j'espère que d'autres personnes pourront profiter de cette idée, qui est d'utiliser l'EFT pour se dégager de toute cette culpabilité, de ces blâmes et de ces punitions qu'on s'inflige à soi-même inconsciemment.

Merci à Gary et à tous ceux qui nous font part de leur travail dans les newsletters!

Amy Babcock

****

EFT TUTORIEL - Technique de la Respiration Comprimée

La respiration comprimée pour mettre à jour des problèmes émotionnels cachés


Par Gary Craig

Traduction de cette page du didacticiel dans le site emofree.com :
**http://www.emofree.com/tutorial/tutorreighteen.htm**

C'est une technique utile qui a été d'abord démontrée dans la série DVD "EFT au-delà des bases" (épuisée). Elle présente les avantages suivants :

- Elle peut aider à découvrir d'importants problèmes émotionnels, car très souvent ces problèmes entravent la capacité à respirer profondément.
- Elle permet de démontrer à un sceptique, ou à un nouveau public, la validité de l'EFT. La plupart des gens respirent mal, alors lorsqu'ils ont amélioré leur respiration grâce à l'EFT ils sont convaincus.

Voici la manière de faire.

- Faire 2 ou 3 respirations profondes, en prenant son temps et en évitant l'hyper-ventilation. Cette étape étire les poumons, afin que toute amélioration grâce à l'EFT ne puisse être attribuée à un "effet d'étirement" normal des poumons.

- Une fois que les poumons ont été élargis ainsi jusqu'à leur capacité maximum, prendre une autre respiration profonde. Cette fois-ci, évaluer la profondeur de cette respiration sur l'échelle de 0 à 10, 10 étant la capacité maximum. En général, les chiffres varient de 3 à 9 à ce moment. Si une personne donne le chiffre 10 (généralement erroné) elle s'apercevra ensuite qu'elle peut aller jusqu'à 12 ou 15.
- Faire ensuite plusieurs séquences de tapotage EFT avec des phrases de départ telles que :

- "Même si ma respiration est restreinte..."
- "Même si je peux seulement remplir mes poumons à un niveau de 8..."

Et ainsi de suite. Entre les séquences, demander à la personne de prendre encore une respiration profonde et d'en évaluer la profondeur sur l'échelle de 0 à 10. Dans la grande majorité des cas, l'amélioration continue.

- Pendant tout le processus, poser des questions telles que :

- "Qu'est-ce que cette respiration comprimée vous rappelle?"
- "Quand est-ce que vous vous êtes senti aussi comprimé ou étouffé dans le passé ?"
- "S'il y avait une cause émotionnelle à cette respiration restreinte, quelle serait-elle ?"

Très souvent, les personnes fournissent un gros indice de problème émotionnel important.

J'espère vous avoir aidé. Gary Craig
***

mardi 30 mars 2010

EFT pour les TOC

Comment trouver le noeud du problème qui commande un "rituel" obsessionnel compulsif ou "TOC"
Gary Craig présente ainsi cette étude de cas :
"Bonjour à tous,
"Le traitement conventionnel pour les troubles obsessionnels compulsifs (ou "TOC") implique généralement l'usage de drogues et/ou d'interminables heures de séances de psychothérapie. Avec EFT, cependant, nous recherchons les problèmes émotionnels non résolus qui animent les comportements non désirés et, une fois que ces problèmes de base ont disparu, les comportements ne reviennent pas. Dans cet article, notez comment Figen Genco continue à rechercher un problème fondamental important sous-jacent au TOC et finalement le trouve. D'autres séances peuvent être nécessaire pour localiser d'autres problèmes essentiels, mais la façon dont celui-ci a été découvert en vaut la chandelle. Bien à vous, Gary"
Traduction de la page :
**http://www.emofree.com/Addictions/obsessive-compulsive-disorder-ocd-figen.htm**

Par Figen Genco, BA :
Jane m'a téléphoné pour un rendez-vous d'EFT. Elle m'a dit qu'elle avait un TOC (trouble obsessionnel compulsif) et elle m'a expliqué que son médecin de famille lui avait recommandé de trouver un praticien EFT pour ses problèmes. J'ai été agréablement surprise d'apprendre que l'EFT lui avait été conseillé par un médecin.
Quand je suis allée la voir, Jane a commencé par me dire qu'elle avait une liaison et qu'il y avait aussi ces 3 ou 4 kilos supplémentaires qu'elle désirait perdre. Elle a ajouté qu'elle avait l'air vraiment trop grosse et qu'en raison de ces 3-4 kilos supplémentaires elle ne pouvait pas laisser ses enfants s'approcher d'elle. C'était là son comportement de TOC actuel - une focalisation compulsive sur son poids non désiré. Elle était presque en larmes en prononçant le mot "grosse" et on pouvait voir le dégoût dans ses yeux. (Elle mesure 1m97 et pèse 62 kilos).
J'ai commencé par lui demander quand ce comportement obsessionnel compulsif avait commencé. Elle m'a dit que lorsqu'elle avait environ 7 ans, chaque fois que quelque chose de bien s'était passé, elle allait à la salle de bain et allumait et fermait les lumières plusieurs fois pour empêcher que quelque chose de mauvais se produise.
Je lui ai demandé si elle savait pourquoi elle faisait ça, mais elle ne pouvait pas se souvenir. Nous avons donc fait le tapotage pour :
- "Même si je ne me souviens pas pourquoi j'ai commencé à faire mes rituels avec les lumières, quand j'avais environ 7 ans, chaque fois que quelque chose de bien s'était passé, je m'accepte profondément et complètement."
A ce stade, je lui ai demandé si la phrase est vraie pour elle, et elle a dit qu'elle avait des difficultés avec la partie "je m'accepte". Nous avons donc changé cette partie de la phrase en :
- "... Je suis ouverte à la possibilité de m'accepter ..."
C'est à bon escient que je ne demande pas à mes clients, avant de leur faire dire la phrase, s'ils peuvent s'accepter, parce que je ne veux pas commencer par leur demander s'ils se sentent bien vis-à-vis d'eux-mêmes. Mais s'il existe une difficulté liée à l'acceptation de soi-même, cela "sort" de toute façon.
Après la première séquence de tapotage avec cette phrase de départ, elle a commencé à me parler de sa liaison. Je lui ai demandé si son mari savait et elle a dit "oui". Alors je lui ai demandé s'il lui pardonnait, et elle a dit "oui". J'ai perçu de la colère et du ressentiment dans sa voix, alors je l'ai noté sur mon bloc-notes. Je lui ai demandé si elle s'était pardonnée elle-même. Elle a dit "non" alors nous y avons travaillé avec la phrase de départ :
- "Même si je ne me suis pas pardonnée pour cette liaison, je suis ouverte à la possibilité de m'accepter moi-même profondément et complètement. Je vais envisager de m'aimer et de me pardonner pour cette liaison. Je vais envisager d'aimer et de pardonner toute personne qui pourrait avoir causé le fait que j'aie cette liaison."
Nous avons travaillé sur différents aspects de cette liaison concernant le mari, l'amant et elle-même, de la manière ci-dessus. Tout en tapotant pour les émotions liées au mari, nous avons découvert un aspect concernant sa mère. Elle m'a dit que sa mère était une femme qui n'était jamais contente, jamais satisfaite de sa vie. Elle avait toujours poussé le père de Jane à trouver davantage d'argent, de meilleurs emplois et des maisons plus grandes. Et Jane avait toujours senti rien n'était assez bon pour sa mère. Elle a alors réalisé qu'elle avait fait de même avec son propre mari. Nous avons donc fait le tapotage EFT sur plusieurs choses liées à ce thème.
Elle s'est également rendu compte qu'elle ne se sentait pas assez bien pour son mari, lequel est un homme très autonome et affectueux. Alors elle avait trouvé cet amant qui avait besoin qu'elle le prenne en charge, et qui lui répétait toujours qu'elle était trop grosse et qu'il allait la quitter. J'ai noté cela comme une auto-punition.
Après plusieurs séquences de tapotage avec des "phrases de départ" différentes, elle a répété le nom de son amant, et soudain, elle a eu une expression perplexe. Elle m'a dit qu'elle n'arrivait plus à visualiser son visage, qu'elle voyait seulement les lettres de son nom, mais comme à travers la brume. Alors, je lui ai dit de mettre un cadre autour des lettres (technique PNL) et de commencer à s'éloigner de ce cadre jusqu'à ce qu'il disparaisse - tout en faisant jouer une joyeuse musique d'adieu en fond sonore. Ensuite, je lui ai dit de fermer les yeux, de remercier cet homme et de lui dire "au revoir, et bonne chance!"
Nous avons bu un peu d'eau, puis elle a commencé à me dire que lors du précédent Noël elle avait été tellement heureuse avec sa famille - les parents vivent à proximité - qu'elle voulait que cela dure éternellement, mais ... Au milieu de sa phrase, elle a commencé à se souvenir! Tandis que je posais les questions appropriées et que je la guidais, elle a fait le tapotage sur elle-même et elle s'est souvenue de son histoire!
Quand elle avait 7 ans, ils vivaient dans une maison qu'elle adorait. Ils avaient eu un Noël magnifique et puis elle était vraiment tombée malade. Ils avaient dû l'emmener à l'hôpital. Elle était restée à l'hôpital pendant 3 mois. Après cela, ils avaient dû déménager de la maison qu'elle et toute sa famille aimaient tellement.
Elle s'était ainsi créée cette association d'un événement heureux suivi de quelque chose de mauvais qui lui arrive en causant à tout le monde la perte de quelque chose qu'ils aiment. C'était donc a ce moment qu'elle avait commencé son rituel avec les lumières pour empêcher que ces sortes d'événements surviennent... ainsi que la peur, la culpabilité, le sentiment d'être indigne, l'auto-punition et l'angoisse.
Nous avons fait et refait le tapotage EFT. Nous avons fait rayonner l'amour vers le mari, vers sa mère et vers la petite Jane de 7 ans. Nous étions presque arrivées à la fin de ma séance de deux heures avec elle, et pas une seule fois je n'avais abordé la question de son poids. Il était grand temps! Je lui ai dit de répéter cette phrase: "Je suis trop grosse." Elle l'a dit très catégoriquement et a ajouté: "Oh, je peux toujours faire de l'exercice et me débarrasser de ces quelques kilos. J'ai hâte que mes enfants rentrent à la maison, je ne peux pas attendre pour les embrasser. Je ne peux pas croire que j'aie perdu tout ce temps !"
Nous avons donc fait le tapotage pour :
- "Même si j'ai perdu tout ce temps ..."

Figen Genco, BA.
EFT Emotional Freedom Techniques
***
Je crois que j'ai oublié dans le cours de ce blog de signaler qu'il est important de boire de l'eau tout au long d'une séance d'EFT, afin d'éviter la déshydratation qui peut survenir, et de permettre une meilleure circulation des fluides, et de l'énergie, dans le corps. Ne manquez pas d'avoir un verre d'eau près de vous lorsque vous commencez.
***

lundi 29 mars 2010

EFT Un modèle de séance pour arrêter de fumer

Une procédure pour contrer le tabagisme et autres toxicomanies avec 80% de réussite, par Carol Look
Nous voyons ici l'art d'une praticienne EFT expérimentée, d'abord psychothérapeute dans le domaine de la santé mentale avant de rencontrer Gary Craig et l'EFT. Vous remarquerez qu'elle ne s'arrête pas aux premiers résultats qui pourraient leurrer un débutant en lui faisant croire qu'il a réussi et que le travail est terminé.
Gary Craig écrit :
"Salut à tous,
"Dr. Carol Look nous a fourni gracieusement le protocole qu'elle utilise pour aider les clients à surmonter leur accoutumance au tabac. Notez la construction permettant en même temps de cibler les noeuds émotionnels sous-jacents - c'est très important, à mon avis. Elle nous donne également une statistique des succès de ses clients à ce jour, qui indique 80% d'efficacité.
"Carol est une hypnothérapeute compétente et, tout naturellement, elle inclut cette expérience dans le processus. J'ai plutôt tendance à croire, cependant, que son processus serait très utile aussi pour les non-hypnothérapeutes. L'hypnothérapie peut ajouter quelque chose à sa méthode, mais je pense que celle-ci est très efficace même sans cela. En fait, je ne vois aucune raison de limiter ce processus à la cigarette. Ces procédures sous-jacente devraient être applicables à tout type de dépendance - depuis l'alcool jusqu'à la compulsion de se ronger les ongles, y compris peut-être les troubles obsessionnels compulsifs.
"Avec un grand merci à Carol ... Bien à vous, Gary"

Traduction de la page :
**http://www.emofree.com/Addictions/smokingprocedure.htm**

Par le Dr. Carol Look :

Cher Gary,
À votre demande, j'ai mis par écrit l'essentiel de ma procédure pour cesser de fumer. J'ai vérifié mes dates, faits et chiffres et j'en suis arrivée à un taux de réussite de 80%. J'ai ajouté quelques détails concernant le suivi des clients.
Au téléphone, je donne rendez-vous pour la première séance de 90 minutes. Je dis au client qu'il n'est pas nécessaire pour lui d'arrêter de fumer à la date de la première séance. J'ai constaté que cela l'aide à évaluer sa préparation et sa motivation avec plus de précision et lui donne la liberté de revenir en arrière s'il n'est pas prêt. Sa réaction à cette information est instructive aussi. (Bien sûr, cela m'aide beaucoup pour ma statistique de réussite, car cela élimine tous ceux qui n'ont pas vraiment sérieusement pris la décision d'arrêter !) Nous parlons de tout cela au cours de la première séance.

SEANCE # 1
L'HISTORIQUE
Je demande au client un historique général de son habitude de fumer, en m'assurant de couvrir les sujets suivants:
- Quand avez-vous commencer à fumer et pourquoi ?
- Qui d'autre dans votre famille fume ?
- Avez-vous quelquefois cessé de fumer ?
- Qu'est-ce qui a fonctionné ? Et pourquoi avez-vous fait une rechute ?
- Qu'est-ce qui vous dit que vous êtes prêt à arrêter maintenant ? Pourquoi en ce moment précis ?
- Que voyez-vous comme avantage pour vous si vous arrivez à cesser de fumer ?
- Que voyez-vous comme comme aspect négatif au fait de ne plus fumer? (C'est la question la plus importante de toutes, car vous ferez le tapotage sur l'ensemble des aspects, sentiments et facteurs négatifs.)

LE BESOIN DU MOMENT :
Je demande au client de prendre une cigarette et de la humer, puis d'évaluer son besoin de fumer sur l'échelle de 0 à 10. Nous faisons ensuite le tapotage pour réduire ce besoin, avec la phrase :
- "Même si j'ai cette envie de fumer maintenant..."
Je demande au client de dire haut et fort : "J'arrête de fumer" et je lui demande d'évaluer l'inconfort ou l'anxiété qui en résulte sur l'échelle de 0 à 10. Nous faisons ensuite le tapotage sur cela. Je demande :
- "Parlez-moi de vos trois moments préférés de la journée pour fumer."
Et nous faisons le tapping pour ce qui suit : "Imaginez que vous êtes en train de fumer votre cigarette avec le café du matin ... A combien est votre désir de fumer pendant que vous imaginez cette scène ? Notez-le."
- "Même si j'ai besoin de fumer quand je bois mon café...."
- "Même si j'ai cette furieuse envie de fumer après le repas..."

Puis j'inverse le test et je leur demande de se représenter eux-mêmes incapables de fumer après le repas, et je leur demande d'évaluer le niveau d'anxiété qu'ils auraient à la suite de cette "privation", plutôt que leur désir ou envie de fumer.
Ensuite, je leur demande quelle est leur théorie au sujet de la principale émotion qui les pousse à prendre une cigarette. Et nous faisons le tapotage pour cela ...
- "Même si je fume quand je m'ennuie..."
Après cela, je leur demande s'il y a quelque chose d'autre qui leur vient à l'esprit maintenant. La plupart de mes clients ont déclaré ressentir trois choses :
1. La tristesse de la perte de leur comportement de fumeur / le rappel d'un autre deuil.
2. La peur et l'anxiété d'avoir des symptômes de sevrage, l'inquiétude de savoir quoi faire dans ce cas.
3. L'inconfort de perdre la "dernière forteresse" dont ils disposaient pour pouvoir se rebeller.

HYPNOTHERAPIE :
J'utilise un processus court pour induire une relaxation progressive avec des suggestions de confiance en soi, puis nous fixons des buts pour le futur.

SEANCE # 2:
(Beaucoup de clients ont déjà cessé de fumer dans le courant de la semaine, ou même ont cessé dès la sortie de mon bureau après la première séance.)
Je demande au client d'évaluer la façon dont leur semaine s'est déroulée, leurs défis et leurs bonnes surprises (s'il y en a eu).
- Avez-vous fumé moins, autant, ou plus ? Ou avez-vous cessé de fumer ?
- Comment était votre anxiété ? Votre sentiment de perte ? (et toute autre émotion qui ait été dominante au cours de la première séance). Nous faisons le tapotage pour toutes les émotions qui resurgissent.
- Voulez-vous une cigarette maintenant ? Nous faisons le tapotage pour ce désir.
Fondamentalement, la semaine a fourni au client l'occasion de remarquer et d'expérimenter sa vulnérabilité à la rechute. Souvent, nous faisons le tapotage EFT comme suit :
- "Même si j'utilise la cigarette comme ma récompense..."
- "Même si j'utilise des cigarettes pour étouffer mes sentiments et mes émotions..."
- "Même si j'utilise la cigarette pour me réconforter..." etc.

À ce stade, je demande au client de décider si aujourd'hui est le jour où il arrête définitivement, ou s'il a besoin d'une autre semaine d'expérimentation. Je souligne le fait que je veux qu'il se sente en sécurité quand il cessera de fumer et qu'il soit armé d'assez d'outils pour pouvoir dépasser les envies soudaines ou les symptômes de sevrage. Je termine avec une nouvelle séance courte d'hypnothérapie de relaxation. En fait, après le tapotage de la séance, il entre dans la phase de relaxation immédiatement.

SEANCE # 3 :
Il s'agit d'une séance de nettoyage classique. Je demande : "Qu'avez-vous remarqué cette semaine? Quels ont été les points difficiles ?" Et nous tapotons :
- "Même si j'ai envie de fumer lorsque les enfants crient ..."
- "Même si j'ai peur de prendre du poids si j'arrête de fumer ..."
- "Même si les copains avec qui je fumais vont me manquer si j'arrête ..."
- "Même si j'ai envie de fumer quand je suis seul ..."
Souvent, le client se souvient de pertes antérieures et est surpris ...
- "Même si je suis encore triste à cause de cette rupture ..."
Je termine avec une séance classique d'hypnothérapie pour cesser de fumer tirée d'un manuel.

STATISTIQUE CLIENTS :
# 1. Sept. 97 - succès à ce jour.
# 2. Déc. 98 - rechute après hospitalisation de sa mère, a fait une dépression et a été mis sous Prozac par le psychiatre. Elle a commencé à prendre du poids et recommencé à fumer.
# 3. Sept. 98 - succès à ce jour ... m'a envoyé de nombreux client ... a fait EFT seule d'elle-même pour d'autres problèmes dans sa vie.
# 4. Fév. 99 - succès à ce jour. A envoyé un ami.
# 5. Mars 99 - succès à ce jour. A envoyé un ami.
# 6. Sept. 99 - succès à ce jour.
# 7. Juin 97 - rechute en buvant. Plus tard est entré aux Alcooliques anonymes.
# 8. Janv. 2000 - succès à ce jour.
# 9. Janv. 2000 - succès à ce jour.
# 10. Fév. 2000 - succès à ce jour.

Amitiés, Carol Look

P.S. J'ai oublié de mentionner que je fais TOUJOURS sur moi-même exactement le même tapotage que ce que fait le client pour cesser de fumer, plutôt que de rester à le regarder le faire. Et la séquence que j'utilise est votre séquence EFT originale, sauf que j'ajoute le point de la cheville et le point du sommet de la tête utilisé par un acupuncteur dans une des vidéos avancées. Le sommet de la tête semble être particulièrement efficace.

*****

dimanche 28 mars 2010

EFT et le traitement des toxicomanies

Peut-on éliminer une cocaïnomanie en une seule session ? Une praticienne EFT l'a fait.
Il est très rare de pouvoir éliminer rapidement une toxicomanie de ce type, c'est pourquoi je tenais à faire figurer ce texte dans mon blog.
Néanmoins, il est important de considérer qu'on ne peut pas "s'attaquer" de front à ce genre de problème sans une sérieuse formation psy et la garantie d'un entourage expérimenté.
En Angleterre, le Centre EFT de Londres dirigé par Emma Roberts et Sue Beer s'est spécialisé (entre autres) dans le soutien aux toxicomanes. Inutile de vous dire que pour pouvoir bénéficier d'un traitement EFT ces derniers doivent d'abord être inscrits dans un programme de désintoxication et sérieusement le suivre ! Emma et Sue ont envoyé à Gary Craig un texte sur EFT et les toxicomanies, que je vous traduirai un jour.
En attendant, voici une étude de cas par Aileen Nobles, dans laquelle une seule séance a été nécessaire pour éliminer le problème de la cliente.
Pour qu'un problème soit éliminé dès la première séance, il faut que l'art du praticien EFT lui permette d'arriver à cerner tout de suite le "noeud du problème" (core issue) qui manipule le comportement et les "croyances" de la personne. Cela se produit, mais pas toujours. Et même lorsque cela se produit, cela ne veut pas dire que la personne n'ait pas besoin de continuer de faire des séances EFT pour les autres composantes de sa personnalités. En effet, un trauma ayant causé un problème aussi grave que la toxicomanie a des ramifications sous-jacentes qui peuvent avoir de nombreuses autres conséquences.
Il faut aussi vérifier que, cette première addiction ayant été éliminée, la personne ne va pas immédiatement la remplacer par une autre, moins grave (nourriture, tabac...), mais qui reprend le même but que la première : occulter un problème de fond.

Une cocaïnomane élimine son problème en une seule séance d'EFT
Gary Craig écrit :
"Salut à tous,
"Les cas graves d'accoutumance aux substances demandent souvent plusieurs séances d'EFT pour démêler les émotions non résolues qui soutiennent cette habitude. Parfois, cependant, les problèmes émotionnels sous-jacents peuvent être facilement et rapidement découverts et éliminés. Ce fut le cas pour la cliente d'Aileen Nobles. Notez comment Aileen arrive à cerner le problème central grâce à son langage intuitif. Bien à vous, Gary"
Traduction de la page :
**http://www.emofree.com/Addictions/cocaine-addiction-one-session.htm**

Par Aileen Nobles
Bonjour Gary,
Même si j'ai vu pas mal de toxicomanies à la cocaïne disparaître peu après que la douleur émotionnelle ait été éliminée en quelques séances, vous savez qu'en général cela prend beaucoup plus de temps, et que cela peut être très difficile. Mais voici encore une histoire de "miracle à la minute". Je pense que ce genre de succès rapide dépend énormément du fait que le client soit déjà "prêt" pour cela.
Tanya m'a contactée parce qu'elle avait un certain nombre de problèmes sur lesquels elle voulait travailler : La consommation de cocaïne ... La peur de parler et de s'exprimer ... La peur du changement ... La procrastination.
Tanya était une personne très affectueuse et spirituelle, qui avait essayé la cocaïne histoire de rire. Elle avait jugé que c'était assez enivrant. De plus, en l'utilisant, elle s'était sentie tellement plus forte et compétente... Sa famille n'avait aucune idée de ce qu'elle utilisait et Tanya se sentait très mal à l'aise à cause du fait d'avoir à le cacher.
Nous avons commencé à creuser sur tous les problèmes qui pouvaient avoir contribué à l'utilisation de la cocaïne.
- Aileen : "Donnez-moi un exemple de tout ce que vous n'arrivez pas à gérer."
- Tanya : "Je ne fais pas le ménage, mon appartement est un gâchis et mon petit copain se plaint."
- Aileen : "Et qu'est-ce que vous arrivez néanmoins à maîtriser ?"
- Tanya : "Mes études et mon travail."
- Aileen : "Le fait d'occuper un emploi tout en étudiant demande de gérer beaucoup de choses à la fois, peut-être êtes-vous seulement sélective quant à la manière dont vous utilisez votre temps."
- Tanya : "Je n'accepte vraiment pas le fait que je sois sale et désordonnée. Je travaille très dur, mais je ne veux pas entrer dans des polémiques et j'évite toute confrontation."
Nous avons commencé à tapoter sur ces phrases :
- "Je ne veux pas qu'on soit sur mon dos à me dire quoi faire."
- "Quand j'étais enfant, je ne m'exprimais pas."
- "Maintenant j'ai toujours du mal à m'exprimer"
- "Je ne veux pas me conformer aux règles des autres gens."
- "Je ne veux pas faire ce que je me dis à moi-même que je dois faire."
- "Je ne mérite pas d'être harcelée, ni par moi-même, ni par quelqu'un d'autre."
- "C'est formidable de continuer des études tout en ayant un emploi."
Tanya ne semblait pas se sentir beaucoup mieux et elle avait beaucoup de mal à avoir des sentiments positifs vis-à-vis d'elle-même. Je lui ai alors demandé si par hasard elle ne portait pas quelque lourde culpabilité en elle-même. Tanya a éclaté en sanglots et a évoqué un souvenir. Elle était à la plage avec sa famille, ses parents se disputaient, et elle a pensé que sa mère allait sauter en bas de la falaise et se tuer. Elle s'était sentie totalement impuissante et effrayée.

Nous avons utilisé la Technique du Film tandis qu'elle faisait le tapotage du point-gamme (voir le schéma des points dans "EFT comment" et la Technique du Film dans "EFT méthodes").
- "Je suis terrorisée, tu vas sauter, je ne sais pas comment t'arrêter et j'ai peur de te perdre"
- "Je n'aurais pas dû assister à cette scène, je suis juste une petite fille."
- "Maman ne saute pas - Je t'aime - Ne saute pas."
Nous avons continué le tapotage pour laisser partir la réaction émotionnelle au souvenir, et Tanya a ensuite pu raconter l'événement sans se sentir responsable de ne pas pouvoir faire cesser la dispute. L'intensité a été ramenée à zéro sur l'échelle de 0 à 10.
A la suite de cet incident, la mère de Tanya avait fait de nombreux séjours à l'hôpital, et Tanya avait souffert d'un sentiment d'abandon. Son père aussi lui avait fait sentir que si elle avait été une "meilleure fille", si elle avait fait ce qu'on lui disait et mieux aidé sa mère, cette dernière ne serait pas dans l'état où elle était. Nous exploité tout cela jusqu'à arriver à 0 sur l'échelle de 0 à 10.
Nous sommes ensuite passées à la peur du changement et à la peur de se détacher de ses peurs.
- "Même si j'ai peur de lâcher mes peurs ..."
- "Peut-être que c'est parce que je ne sais pas qui je serai si je change."
- "Je me connais comme une personne qui a peur et qui reste tranquille, qui a peur de s'exprimer, mais si je changeais je pourrais peut-être être une Tanya plus merveilleuse."
- "Je peux changer à mon propre rythme."
- "Je n'ai pas besoin de lâcher toutes mes peurs en même temps."
- "Je peux faire cela petit à petit, c'est moi qui contrôle ici."
- "Il n'y a vraiment rien de positif dans le fait de conserver toutes mes peurs."
- "J'en ai tellement assez d'être intimidée par des forts-à-bras. Je mérite de m'exprimer et de faire ce que je veux quand je veux."
- "Peut-être que je n'ai pas vraiment besoin de cocaïne pour me sentir ainsi."
- "J'aimerais bien me sentir comme ça sans cette accoutumance."
- "Maintenant je lâche l'impression que la cocaïne est plus forte que moi."
- "Maintenant je lâche ma dépendance à cette substance et je me sens puissante."
- "Maintenant je lâche les bonnes excuses que je me donnais pour utiliser la cocaïne."
- "Je suis prête à renouer avec mon Moi supérieur, l'être que je suis vraiment.
- "J'abandonne ma peur de ne pas pouvoir arrêter de prendre de la cocaïne."
- "Je suis une personne merveilleuse, que je cesse ou non de l'utiliser."
- "Même si je nettoie la maison tout en continuant de l'utiliser, peut-être qu'il va y avoir un miracle et que je vais avoir l'énergie et l'envie de nettoyer la maison sans cocaïne."
- "Si je ne nettoie pas la maison, je vais la confier à une femme de ménage."
- "Je le mérite."
- "Je me sens si bien quand je me connecte avec mon Guide supérieur, l'être que je suis vraiment."
- "Je choisis de ressentir cette relation, de la renforcer et de guérir."
- "Je mérite d'être libre, forte et dégagée."
- "Je me permets cette guérison."
- "Je n'ai pas à plaire à d'autres personnes pour gagner leur amour, ils m'aiment quand même."
- "Il est sans danger pour moi de prendre la parole et d'exprimer ma propre opinion."

Tout en tapotant sur le "point karaté", elle s'est représentée enveloppée dans les bras de son Moi/Guide supérieur, puis elle s'est imaginée en train d'accomplir sa journée en étant telle qu'elle s'était choisie : aimante, forte et propre. Nous n'avions même pas abordé la procrastination, mais comme elle s'était donné la permission de faire ce qu'elle voulait, au lieu de ce qu'elle sentait qu'elle devait faire, elle a lâché son besoin de remettre les choses à plus tard.
Avant son rendez-vous suivant, Tanya m'a contactée pour me dire qu'elle n'avait eu aucun désir de consommation de cocaïne depuis notre séance (qui s'était passée par téléphone). Elle se sentait régénérée et finalement vivante.

Bien à vous,
Aileen Nobles
*****

vendredi 26 mars 2010

EFT pour vaincre la procrastination

La plupart d'entre nous faisons face à la procrastination dans notre vie quotidienne. Quoi faire pour y remédier ?

Frances Songhurst du Royaume-Uni a utilisé l'EFT pour dépasser ce problème. Elle nous donne son "truc".

Traduction de la page du site de Gary Craig, créateur de la méthode EFT (Emotional Freedom Technique) :
**http://www.emofree.com/Articles2/procrastination-songhurst.htm**

Note: Cet article suppose que vous ayez une connaissance pratique de EFT. Les nouveaux arrivants dans ce blog peuvent quand même en tirer les enseignements, mais il est conseillé néanmoins de lire mes posts "EFT c'est quoi?" et "EFT comment" ainsi que la page "Apprendre EFT" pour une compréhension plus complète. En cas de problème médical, veuillez consulter un médecin préalablement.

Frances Songhurst écrit :

Bonjour Gary,
Cet article est pour ceux qui considèrent que leur vie est dirigée par la PROCRASTINATION! C'était mon cas, jusqu'à une période récente.

Tapoter pour la liste des choses à faire

Chaque matin, je commence ma journée avec une tasse de thé, et tandis que je la bois, je crée une liste de tout ce que je dois faire au cours de cette journée. J'ai bien l'intention de faire toutes ces choses qui figurent sur ma liste, mais je m'étais rendu compte en fait que cela se produisait rarement. Peut-être une fois par mois seulement, je réussissais à accomplir toutes mes tâches de la journée.

Quoi qu'il en soit, il ya quelques jours, j'ai décidé de me donner une note sur l'échelle de 1 à 10, concernant ma possibilité de venir à bout de toutes les tâches que j'avais écrites (le niveau 10 indiquant que tout serait fait). J'ai eu la surprise d'être incapable de me noter au-dessus de 5.

Alors, ma liste à la main, j'ai fait une séquence de tapotage avec les phrases suivantes :
- "Même si je pense que je ne vais pas pouvoir faire toutes ces tâches aujourd'hui, je m'aime et je fais confiance à ma capacité de les accomplir."
- "Même si j'ai du mal à arriver à faire les choses, je choisis qu'il soit réellement facile pour moi de les faire, et je sais que je vais me sentir tellement heureuse lorsque je les aurai terminées."

J'ai fait une nouvelle évaluation de ma capacité à venir à bout de ma liste, et cette fois-ci un 7 est sorti. Pas mal, mais je voulais voir si je pouvais obtenir un 10, alors j'ai étudié ma liste pour voir ce qui pouvait m'empêcher d'y arriver. J'ai trouvé deux tâches que j'avais repoussées à plus tard depuis un bon moment déjà. L'une était d'écrire quelques newsletters pour présenter ma pratique thérapeutique, et l'autre était d'envoyer une lettre à un client possible.

Mon estomac m'a donné une véritable sensation de creux abyssal lorsque j'ai pensé à faire ces choses. Alors j'ai fait le tapotage sur :
- "Cette sensation de creux dans l'estomac"
- "Cela m'ennuie ce faire ces choses"
- "Cela prend tellement de temps"

C'était ce que je ressentais à ce moment-là, et cependant une grosse émotion est arrivée soudain, et c'était un sentiment de peur - j'avais peur du rejet, et j'imaginais des gens qui prenaient ma newsletter et qui la lançaient au loin. Et je voyais aussi le «client potentiel» mettre ma lettre à la poubelle!

J'ai tapoté sur :
- "Cette peur du rejet"
- "Choisir que les gens aient un vrai plaisir à lire mes newsletters"
- "Tisser des liens avec les autres"
- "Accueillir de futurs clients"
- "Si les gens décident de jeter mes écrits, ils vont manquer quelque chose, mais pour moi ça n'a pas d'importance."

J'ai fait encore une évaluation, et cette fois-ci un 10 est sorti ! Je me suis aussi sentie pleine d'énergie et j'avais hâte de me mettre à faire toutes ces tâches. À la fin de la journée, non seulement j'étais arrivée à faire toutes les tâches sur ma liste, mais j'avais eu une pause-repas inattendue de 3 heures 1/2, et j'avais également fait deux tâches supplémentaires!

Maintenant, je fais le tapotage EFT pour ma liste dans le cadre de ma routine quotidienne, et je suis étonnée de tout ce que je peux arriver à faire maintenant, sans problème ! C'est fantastique !
Frances Songhurst

*******

Si vous avez des "trucs" qui marchent contre la PROCRASTINATION, décrivez-les dans un commentaire à cet article. Vous pourrez peut-être aider quelqu'un.

****

mercredi 24 mars 2010

EFT pour les parents : faire face plus facilement

Un praticien EFT parle de sa propre expérience en tant que père

Gary Craig écrit :
"Steve Wells nous donne un point de vue important pour les parents qui appliquent l'EFT à leurs enfants. Comme il arrive souvent, les parents ont leurs propres problèmes de frustration et d'énervement qui s'ajoute à celui de l'enfant. Ceci peut aggraver les choses et créer de la résistance chez l'enfant. Solution ? Les parents doivent d'abord faire EFT sur eux-mêmes. Lisez le message de Steve pour les parents ci-dessous".

Traduction de la page :
http://www.emofree.com/Children/forparents.htm

Steve Wells écrit :

"L'utilisation d'EFT avec vos propres enfants peut être une expérience très enrichissante. Cela peut aussi être très frustrant. Voici quelques unes de mes réflexions sur ce que j'ai appris en utilisant EFT avec mes propres enfants.

1. Il faut que vous fassiez le tapping EFT sur vous-même d'abord.

Si EFT ne marche pas, je vous suggère d'essayer d'abord cette piste, surtout s'il s'agit d'enfants très jeunes. Ils ont tendance à coller intimement à votre état émotionnel pour savoir comment eux-mêmes vont se sentir. Souvenez-vous que les émotions se transfèrent d'une personne à l'autre en général au cours des rencontres, et les enfants sont des diapasons qui souvent se mettent en résonance avec nos propres états émotionnels.

Un exemple. Une nuit, mon fils Joshua, 6 ans, avait peur d'aller dans sa chambre seul parce qu'il risquait d'y avoir des fantômes. Après que je lui aie expliqué qu'il n'y avait pas de fantômes, et que la lumière était encore allumée - logique linéaire parentale traditionnelle - il refusait toujours. Je lui ai dit que j'allais "faire le tapotage" pour lui pour l'aider à avoir moins peur. Il a répondu que le tapotage ne marcherait pas. (J'ai trouvé que ce "phénomène d'apex" comme dit Gary Craig est très fort chez les jeunes enfants).

Dans le passé, j'avais eu tendance à ignorer de telles protestations parce que Joshua avait eu d'excellents résultats avec EFT malgré ses protestations que "ça n'allait pas marcher". J'ai donc commencé par masser le point douloureux en disant :
- "Même si tu as peur des fantômes, tu est toujours un bon petit garçon".
Puis j'ai fait quelques séries de points, mais sans réduction de la peur. Alors, dans ma frustration, j'ai mis en route le plan B : la méthode d'affrontement direct - "Ressens la peur et fais-le malgré tout, mon gars !".

Le résultat a été un petit garçon très perturbé qui est allé quand même dans sa chambre dans un état d'intense souffrance, de même pour se laver les dents dans la salle de bains, et pleurant encore plus fort pour aller aux WC. J'avais l'impression d'être un idiot total en le forçant ainsi à souffrir, alors j'ai pris un moment pour réfléchir et pour faire un peu de tapotage sur moi-même. Après avoir ainsi pris une distance nécessaire vis-à-vis du problème, je me suis assis sur son lit avec lui et nous avons parlé de ce qui lui faisait peur.

Maintenant que je ne me sentais plus perturbé (ni frustré) par son anxiété, je réalisais que j'étais plus disponible pour l'écouter - et pour adapter le traitement à ses peurs spécifiques - et il s'est montré alors beaucoup plus réceptif à l'EFT. Il m'a raconté qu'il avait vu une séquence d'un programme de télé qui était pleine de fantômes. Non seulement les images, mais ce qui était dit, l'avait inquiété. J'ai demandé s'il pouvait se focaliser sur ça tout en faisant le tapping, et il a accepté.

J'ai alors réalisé que la petite distance que j'avais maintenant était cruciale pour permettre au processus de fonctionner pour lui. J'avais eu besoin de me libérer de mon propre état émotionnel négatif AU SUJET de son problème, pour travailler avec lui SUR son problème. Mes émotions avaient entaché ma réponse à son état, et même s'étaient transférées à lui, court-circuitant notre travail ensemble.

Je pense que si nous faisons le tapping avec quelqu'un, ou pour quelqu'un, dans un état d'inquiétude, nous diminuons grandement nos chances d'un résultat positif - c'est pourquoi je fais toujours le tapotage sur moi-même en même temps que mes clients. Je ne veux pas que mon propre état interfère avec leur processus de guérison. Néanmoins, la conclusion de cette histoire est que nous avons été capables d'avancer à travers plusieurs aspects du problème, et que j'ai pu être suffisamment respectueux vis-à-vis de mon fils pour lui demander à chaque étape : "Comment pourrait-on appeler ça ?" quand nous découvrions de nouveaux aspects sur lesquels tapoter, en l'incluant beaucoup plus dans le processus. 5 séquences plus tard, il s'endormait. Problème résolu - au moins pour la circonstance.

Voici mon conseil aux parents et aux praticiens EFT : Faites toujours l'EFT sur vous-mêmes. J'ai eu l'expérience de plusieurs situations dans lesquelles cette attitude a fait toute la différence.

2. Faites l'EFT pour traiter vos propres réactions à ce que font vos enfants.

Quand ma fille est née, ses cris particulièrement forts et son insistance typique ont eu un effet négatif important sur mon humeur. Je cela trouvais extrêmement stressant quand je devais m'occuper d'elle dans ces moments d'agression auditive.

Un jour où je changeais sa couche, alors qu'elle hurlait et que je m'énervais, j'ai réalisé qu'il fallait que je fasse le tapotage EFT sur cela. J'ai fait quelques séquences sur sa manière de crier et soudain, je me suis rendu compte qu'elle utilisait une très grande variété de cris. Auparavants je les trouvais identiques - très forts, et intensément énervants pour moi. Maintenant, je réalisais que certains cris étaient dûs à une véritable souffrance, que d'autres étaient de la frustration, tandis que certains étaient seulement une demande d'un peu d'amour et d'affection, etc., alors qu'auparavant ils n'étaient pour moi que l'expression d'une souffrance intense. Et c'était pour moi très difficile de gérer cela, alors je voulais arriver à le régler tout de suite. Surtout quand elle était particulièrement fatiguée et que ça pouvait prendre une bonne heure pour qu'elle se calme et s'endorme.

Après avoir fait le tapotage EFT sur moi-même pour ses hurlements, j'étais capable de me rendre compte que ses cris ne demandaient pas tous une réponse immédiate, ni même une réponse tout court, en toute occasion. Et j'ai commencé à me sentir bien vis-à-vis de ma petite fille à nouveau. J'aimerais pouvoir dire qu'elle a cessé de hurler. Je peux dire que maintenant, presque deux ans plus tard, elle se calme plus rapidement. Mais le fait de pouvoir "tenir le coup à chaud" était un progrès important pour un père qui n'aurait jamais pu s'en sortir sans l'EFT.
Portez-vous bien.

Steve Wells (Australie)

************ *

Retour au Message du Jour ACCUEIL
* ***********

mardi 23 mars 2010

EFT soulage les traumas des jeunes enfants

Les réflextions d'une praticienne extrêmement expérimentée dans l'utilisation d'EFT avec les enfants.

(Pour les lecteurs qui ne connaissent pas l'EFT, commencer par lire en colonne de droite les pages "EFT c'est quoi" et "EFT comment").

Traduction de la page :
http://www.emofree.com/children/wisdomsandoz.htm

"Cher Gary,

SELON MA GRANDE EXPERIENCE DE LA PRATIQUE D'EFT AVEC LES ENFANTS...

Je suis une psychothérapeute spécialisée dans la famille et les enfants depuis 25 ans, et l'auteur du livre "Des Parachutes pour les Parents".

J'ai remarqué que les problèmes de l'enfance peuvent être classés en deux catégories :

- La première catégorie, c'est la simple gestion de l'enfant... trop ou trop peu, ou avec impatience et colère. Dans ces sortes de cas, les parents doivent renforcer leur habileté à gérer les situation, tout en utilisant le tapotage EFT pour eux-mêmes afin de dépasser leur propre résistance à faire de la discipline ainsi que leurs sentiments d'impatience et de colère.

- La deuxième catégorie comprend les réactions émotionnelles de l'enfant à des traumatismes petits ou grand qu'il peut subir.

En fait, je crois que la plupart des problèmes d'enfance viennent de réactions de peur qui remontent à un de ces traumas. Ces traumas peuvent être aussi simple que la participation à un programme d'entraînement de "sécurité en face d'étrangers" présenté à l'école, qui peut déclencher une forte peur des gens. Ou bien l'enfant a vu un film d'épouvante, ou quelque chose d'effrayant aux informations télévisées; ou encore, il a assisté à une discussion violente à la maison, ce qui lui a déclenché une peur des monstres, des voleurs, ou d'être kidnappé. Il peut aussi y avoir eu des traumas très graves comme le divorce des parents, une maladie physique ou psychique, ou bien un décès d'un membre de la famille.

N'importe lequel de ces événements provoque chez l'enfant des symptômes de traumatisme qui sont les suivants :


- sentiments d'anxiété et hypervigilance ;
- inquiétude obsessionnelle, ou comportement de stress répétés ;
- évitement des contacts sociaux ;
- peur d'aller à l'école, ou de se rendre à certains endroits ;
- difficultés pour s'endormir, et pour rester endormi ;
- cauchemars ;
- altération de la concentration et de la mémoire ;
- état de colère quasi-permanent avec des crises violentes.

Si les parents réfléchissent à ce qui s'est passé aux alentours du moment où le problème s'est établi, ils verront souvent un lien entre les nouveaux comportements de stress et certains événements traumatiques. Ils peuvent alors mieux identifier la source du problème et en faire la cible du travail avec EFT.

Je commence par enseigner aux parents de jeunes enfants comment faire le tapotage avec l'enfant ou pour lui, et je leur demande de m'informer des résultats qu'ils obtiennent. S'ils ont besoin de plus d'aide, je reçois la famille entière et je leur montre comment je fais pour identifier une peur spécifique et faire le tapotage pour ce cas.

Je commence toujours mon protocole EFT en tapotant sur le thymus, ou centre du coeur (en haut de la poitrine), avec l'extrémité des cinq doigts, tout en utilisant l'affirmation :

- "Même si j'ai ce problème, je m'aime et Dieu m'aime très fort".

Puis, je termine le protocole entier en utilisant mes propres variantes. Une fois que le tapotage a été enseigné à une famille, je suggère que les parents fassent le tapotage sur le centre du coeur pour les enfants qui l'apprécient, et cela tous les soir en les bordant dans leur lit. Je trouve que cela aide beaucoup pour régler et nettoyer les traumas des enfants au jour le jour. Les enfants qui ont reçu ce traitement semblent démontrer plus de détente et de résolution profonde de leurs problèmes.

A la suite de l'utilisation du tapotage EFT pour la peur des voleurs, la colère contre un parent qui a montré peu d'intérêt pour l'enfant à la suite d'un divorce, ou pour une phobie de l'école à la suite de la mort de la grand-mère, de nombreux enfants de ma clientèle ont été libérés des effets de leurs différents traumas et de toutes sortes d'insécurités et de peurs qui sans cela auraient pu se transformer en problèmes qu'ils auraient traînés tout au long de leur vie.

Bobbie Sandoz, MSW

*****

CONCLUSION : encourager les enfants très jeunes à se confier, à dire ce qu'ils ressentent vis-à-vis de tel ou tel événement survenu à l'école ou dans la famille. La "procédure de base" de Gary Craig, décrite dans mon post du 18 mars 2010, peut être très utile pour remarquer suffisamment à temps qu'un enfant est en train d'avoir un problème, et pour savoir sur quoi lui faire faire la technique EFT pour l'aider.

Le fameux "tais-toi et mange" de nos grands-parents fabriquait des enfants "calmes" qui ravalaient leurs angoisses et leurs chagrins et avaient peur d'exprimer ce qu'ils ressentaient. Il vaut mieux tolérer un peu plus de "bruit" et pouvoir remarquer tout de suite quelque chose qui a besoin d'être traité avec EFT. La relation parents-enfant n'en sera que meilleure.

****** *

Retour au Message du Jour ACCUEIL
*

vendredi 19 mars 2010

ARRET CARDIAQUE : vous pouvez sauver une vie avec cette technique simple

NOUVELLE METHODE DE REANIMATION EN CAS D'ARRET CARDIAQUE

Chacun de nous devrait apprendre à pratiquer cette technique simple qui n'utilise pas le bouche-à-bouche.

REGARDEZ CETTE VIDEO dans la page :
http://www.youtube.com/watch?v=E5huVSebZpM&feature=player_embedded
(en anglais, mais on peut regarder les gestes et les tableaux).

La traditionnelle technique du bouche-à-bouche suivie de compression du thorax (ou "réanimation cardio-pulmonaire") est maintenant remplacée aux Etats-Unis par une technique plus efficace appellée "Réanimation cardio-cérébrale".

Quelqu'un tombe par terre en se tenant la poitrine. Vous appelez le SAMU. Puis vous frottez la poitrine pour voir s'il va se réveiller. Vous mettez vos mains sur le sternum comme indiqué dans la vidéo et vous commencez à comprimer-relâcher la poitrine sur ce rythme assez rapide.




La ventilation des poumons dans le cas d'un arrêt du coeur est bien moins importante que le fait de continuer à pomper le sang vers le cerveau. Lorsque le coeur s'arrête, le sang contient suffisamment d'oxygène pour alimenter le cerveau pendant encore 10 minutes, à condition qu'on le fasse circuler.
Il faut simplement appuyer fortement sur le thorax au rythme de 100 fois par minutes pour activer la circulation du sang vers le cerveau et ainsi garantir que celui-ci reste en vie, le temps que les secours arrivent avec le défibrilateur pour remettre le coeur en marche.
Cette nouvelle technique a déjà permis de sauver plus de vies en assurant une meilleure protection des fonctions neuro-cérébrales.
Elle est beaucoup plus facile à apprendre que le célèbre bouche-à-bouche. Chacun de nous devrait donc être prêt à intervenir en cas de besoin.

La "maladie cardiaque" n'a aucun signe avant-coureur. Son seul "symptôme", c'est l'arrêt cardiaque sans prévenir. Sans une intervention immédiate, la personne ne survit pas.

PS - Cette vidéo est controversée. Je précise que cette méthode est préconisée par la CLINIQUE MAYO aux Etats-Unis.

***

jeudi 18 mars 2010

EFT avec vos enfants : une procédure de base pour les parents

Quelqu'un m'a demandé l'autre jour comment apprendre à un père à aider ses enfants avec EFT. Je vous propose ici une procédure de base décrite par Gary Craig (extraite du Tutoriel EFT).

Comment fonctionne la méthode EFT en général (pour ceux qui sont nouveaux dans ce blog) ? Il s'agit de "réveiller" les méridiens d'acupuncture définis par la médecine chinoise en tapotant certains points avec les doigts (ce qu'on appelle "acupressure") tout en se focalisant sur un problème émotionnel particulier que l'on énonce en l'accompagnant d'un élément positif.

On commence donc avec une "phrase de départ" qui classiquement s'énonce comme suit : "Même si j'ai cette ... (émotion) ou ce .... (problème), je m'aime et je m'accepte complètement". Ensuite, on tapote sur une série de points tout en répétant sur chaque point "cette... (émotion)" ou "ce ... (problème)". (Voir les schémas des points dans mes sélections d'articles "EFT c'est quoi" et "EFT comment", colonne de droite).
Chacun peut apprendre à utiliser l'EFT très facilement sur lui-même, grâce au manuel gratuit (voir colonne de droite) et aux nombreuses vidéos Youtube sur internet, pour ensuite le pratiquer à la maison, pour soi-même et pour son entourage. Cela permet en particulier de régler rapidement de nombreux problèmes liés au stress de la vie quotidienne.

Quand des parents ont commencé à utiliser cette technique sur eux-mêmes et qu'ils ont obtenu des résultats probants, ils peuvent essayer d'aider leurs propres enfants en faisant le tapotage sur eux : par exemple, pour les nombreuses peurs des tout-petits, les cauchemars... De nombreux parents dans le monde ont obtenu de tels résultats qu'ils se demandent maintenant comment ils faisaient avant d'avoir cet outil à leur disposition.
Dans l'exemple suivant, que j'ai traduit du site emofree.com créé par le fondateur d'EFT, Gary Craig, celui-ci propose un modèle général de travail avec EFT pour les parents avec leurs enfants. Les parents sont les plus à même d'intervenir tour de suite sur un problème qui dérange l'enfant avant que cela prenne des proportions et se transforme en mauvaise habitude émotionnelle bien ancrée, ou même en maladie psychosomatique.
Mais avant d'entrer dans ce texte, je me souviens d'une autre étude sur l'utilisation d'EFT par les parents, envoyée par le psychologue australien Steve Wells. Ce dernier conseille aux parents de faire d'abord le tapotage sur eux-mêmes avant de faire une séance avec un enfant en difficulté. En effet, les émotions se propagent très facilement des adultes aux enfants, et si le parent est lui-même dans un état émotionnel perturbé, il ne peut pas aider l'enfant à retrouver son calme.
Donc : "Même si je suis inquiet pour mon enfant qui ... (ou quoi que ce soit d'autre) ... je m'aime et je m'accepte et je suis un très bon parent qui fait du mieux qu'il peut."

EFT TUTORIEL : LA PROCEDURE DE BASE POUR LES ENFANTS

Traduction de la page :
**http://www.emofree.com/Children/mustprocedure.htm**

Gary Craig écrit :
"J'espère qu'un jour les médias vont s'emparer de cet article et le publier pour en faire bénéficier le monde. Cette idée mérite à mon avis une place de choix dans nos shows télévisés préférés ainsi que dans toute publication destinée aux parents.
"Appliquée correctement, cette idée peut propulser nos enfants vers un avenir adulte de paix et de confiance en soi-même. Si chaque enfant pouvait en bénéficier, nos espoirs de paix pour le monde seraient grandement favorisés. En effet, quel besoin d'armements et de guerres pour ceux qui ont atteint la paix intérieure ?"

Idée de base
C'est très simple. Chaque soir, lorsque les parents bordent leurs enfants dans leur lit pour la nuit, ils peuvent leur demander :
"Raconte-moi les bonnes choses et les mauvaises choses qui te sont arrivées aujourd'hui, et dis-moi tes bonnes pensées et tes mauvaises pensées."
Et pendant que l'enfant raconte, le parent fait doucement le tapotage sur les points EFT de l'enfant.

Résultats escomptés
Les gens qui ont déjà expérimenté l'EFT peuvent tout de suite comprendre l'intérêt de tapoter pour les "mauvaises" choses (on pourra parler plus tard de tapotage pour les "bonnes" choses). Quand l'enfant raconte l'événement, il est focalisé dessus et ressent l'émotion. C'est là où le tapping est efficace pour résoudre les problèmes ou, au moins, diminuer leur impact sur l'enfant.
C'est très important pour les enfants car ils sont sans cesse en train d'absorber des "choses" qui leur sont envoyées par leurs parents, professeurs et camarades de classe, par la télévision, etc. Tout cela s'accumule année après année pour remplir ce que nous, adultes, pourrions appeler nos "sacs d'ordures émotionnelles". Ces éléments non résolus leur créent des "limitations" inutiles, qui les empêchent de déployer pleinement leurs potentialités. Toutes ces peurs, culpabilités, chagrins et traumatismes inutiles continuent souvent d'affecter notre "réalité adulte" et cela nous coûte très cher, à la fois pour notre paix intérieure et pour notre portefeuille.

Voici quelques exemples de "mauvaises" choses que vos enfants pourraient rapporter :
- Papa m'a fait peur quand il a crié sur moi.
- J'ai vu un monstre manger des gens à la télé.
- Mon maître d'école ne pense pas que je sois très intelligent.
- Je ne peux pas courir aussi vite que Jimmy.
- Donna est plus jolie que moi.
- Le prêtre a dit que je dois être parfait sinon Dieu ne va pas m'aimer.
Bien sûr, il y a des milliers d'autres exemples de ce type qui peuvent parasiter le psychisme des enfants. La plupart d'entre eux sont des fictions, mais néanmoins ils ont un impact plus grand sur le développement de la vie d'un enfant que ce qu'il apprend à l'école.
Les parents avertis ont la possibilité d'éloigner ces parasites qui sapent la confiance en soi d'un enfant au quotidien. De plus, ce processus peut devenir très gratifiant à la fois pour les parents et pour les enfants parce que les enfants adorent qu'on les touche d'une manière aimante. Et tout en donnant votre amour à vos enfants de cette manière, vous pouvez leur poser d'autres questions sur "ce qui s'est passé aujourd'hui" et entrer plus avant dans les problèmes. Vous pouvez aussi leur proposer des reformulations et de nouvelles manières de voir les choses, tout en faisant le tapotage EFT, qui sont alors beaucoup plus efficaces que si vous les aviez amenées dans une conversation normale.

Ce processus peut être aussi utiles pour des enfants qui ne parlent pas encore. Même si les bébés ne peuvent pas vous dire ce qui les dérange, rien que leurs cris et larmes, ainsi que d'autres signes de détresse, montrent aux parents qu'il y a quelque chose (peur, trauma, ou inconfort physique) qui doit être réglé. Pendant ce moment de détresse le bébé est focalisé sur son problème et c'est là où l'EFT est efficace. Le fait d'ajouter le tapotage EFT à votre langage rassurant habituel peut être payant.
Vous avez peut-être remarqué que je n'ai pas inclus l'habituelle "phrase de départ" dans ma méthode ci-dessus. Il peut être utile de l'ajouter bien sûr, mais j'ai remarqué que les enfants en ont moins besoin que les adultes. Si vous l'utilisez, vous pourriez utiliser l'exemple ci-dessous (les enfants s'illuminent en le répétant) :
- "Même si j'ai ce ........................... , je suis toujours un très bon petit garçon / une très bonne petite fille";

Ainsi que je l'ai dit plus haut, je pense qu'il est utile de faire le tapotage sur les points EFT pendant que l'enfant est en train de parler des "bonnes" choses et des "bonnes" pensées qui lui sont arrivées dans la journée. Si c'est fait correctement, l'EFT parental sur l'enfant apporte un effet calmant à la discussion. De plus, même lorsque l'enfant parle de quelque chose de positif, il y a souvent une "comparaison" négative qui le sous-tend. par exemple, si l'enfant dit :
- "Aujourd'hui le maître d'école m'a complimenté devant toute la classe"
... la "comparaison" négative pourrait être comme suit :
- "Mais quelque fois il gronde certains enfants ou il les ignore, et j'ai peur qu'il fasse la même chose pour moi un jour".
Dans ce cas, même si le tapotage est fait pour la "bonne" chose, il va également réduire la peur de la comparaison négative. Ainsi, on applique EFT à la fois pour le "bon" et pour le "mauvais", ce qui a de grands résultats positifs.

Bien sûr, nous sommes tous des enfants (même si certains d'entre nous ont quelques rides) et donc cet article ne doit pas être réservé à un groupe d'âge spécifique. Est-ce que ne serait pas intéressant, quel que soit votre âge, que quelqu'un vous pose des questions sur vos "trucs" d'enfance ? Et est-ce que ce ne serait pas sympa de pouvoir résoudre ces problèmes au jour le jour ? Peut-être pourriez-vous échanger ce bénéfice avec quelqu'un, ou simplement faire ce processus pour vous même, seul.

Il n'est jamais trop tard pour avoir une enfance heureuse.

Gary Craig.

***

dimanche 14 mars 2010

LE CERVEAU DANS TOUS SES ETATS

Tout savoir sur le "super-ordinateur" qui fonctionne à l'intérieur de notre crâne.
Pour cela, rendez vous dans ce site web (en français et en anglais) :

LE CERVEAU A TOUS LES NIVEAUX
http://lecerveau.mcgill.ca/flash/index_d.html

Dans la page d'accueil, cliquez d'abord sur "Mode d'emploi" qui vous dit comment vous pouvez voyager dans ce site de différentes façons:

***Par THEME : avec votre bagage de connaissances, vous entrez dans un thème au gré de vos intérêts...
***Par NIVEAUX D'EXPLICATION : Pour tout savoir sur un sujet, vous l'abordez au niveau débutant, puis au niveau intermédiaire, et finalement au niveau avancé, jusqu'aux liens internet...
***Par NIVEAUX D'ORGANISATION : Vous pouvez creuser au niveau cérébral, cellulaire et même moléculaire, et jusqu'aux implications psychologiques et sociales.
***Par CAPSULES : Découvrez l'histoire d'une discipline, les outils qu'elle utilise, les chercheurs qui la font, les expériences marquantes qui aident à la comprendre...
***Par les VISITES GUIDEES : Notre ami Cerveau Droit vous entraîne dans des labyrinthes pédagogiques dont lui seul a le secret.
***Par le MOTEUR DE RECHERCHE si vous cherchez une information précise (en bas des pages de contenu).
Ensuite, revenez à la page d'accueil, et cliquez sur "plan du site".

Ce lien vous donne le plan du site de couleur JAUNE : c'est le niveau DEBUTANT.
http://lecerveau.mcgill.ca/flash/pop/pop_plan/plan_d.html
Les grands chapîtres du site sont :
- Du simple au complexe
- Au coeur de la mémoire
- Le plaisir et la douleur
- Que d'émotions !
- Le bricolage de l'évolution
- Le corps en mouvement
- Les détecteurs sensoriels
- Les troubles de l'esprit
- Le développement de nos facultés
- De la pensée au langage
- Dormir, rêver...
- L'émergence de la conscience
Vous cliquez sur les liens qui vous intéressent et vous entrez dans les pages qui vous donnent des informations GENERALES sur tous ces sujets.
Si ces infos vous semblent insuffisantes, ou bien vous voulez en savoir plus sur le sujet, revenez à la PAGE D'ACCUEIL.
Vous avez en haut à droite trois onglets : Débutant, Intermédiaire, Avancé.
Cliquez sur "Intermédiaire". Vous obtenez le même "plan du site", mais en TURQUOISE cette fois-ci.
Vous pouvez cliquer sur le même lien que la première fois, et lire des informations un peu plus élaborées que dans le niveau Débutant.

Si vous en voulez encore plus, retour à la PAGE D'ACCUEIL. Clic sur le bouton "Avancé". La page ROUGE qui apparaît vous donne les dernières informations scientifiques disponibles sur votre sujet.

RECHERCHE SUR UN MOT

Dans le plan JAUNE (niveau débutant), je clique sur "Le cerveau". J'obtiens une page de généralités.
Mais ce que je veux savoir, c'est ce que sont ces trucs aux noms bizarres qui étaient mentionnés dans mon dernier post : sous-système du lobe temporal médian, précunéus, sous-système préfrontal médian, cortex cingulaire postérieur... Je suppose que beaucoup de lecteurs se sont posés la question : c'est quoi ça ?
Donc, je descends tout en bas de la page du site, où j'ai le moteur de recherche pas mot. Je vais chercher, disons... "précunéus".
RIEN ! Le moteur de recherche dit qu'il n'a rien trouvé. Je suis déroutée.
Mais je me souviens que ce site est en trois niveaux. Le moteur de recherche n'a examiné que le niveau JAUNE (Débutant).
Je retourne à la page d'accueil et je clique sur "intermédiaire", puis "Plan du site" et "Le cerveau" (au passage, je remarque les informations plus élaborées).
En bas, dans le moteur de recherche, je tape à nouveau "précunéus". Et j'aboutis finalement à la page suivante :

VERS UNE CARTOGRAPHIE CEREBRALE DES ETATS DE CONSCIENCE ?
http://lecerveau.mcgill.ca/flash/i/i_12/i_12_cr/i_12_cr_con/i_12_cr_con.html
dans laquelle le premier schéma montre, en particulier, le fameux "cortex cingulaire".

Je descends plus bas et je trouve un schéma qui m'indique très précisément où se trouve le "précunéus" et m'explique quelque chose de très intéressant (si vous vous souvenez de mon post précédent) :
"Cette région montre le plus haut taux d’activité nerveuse au repos de toutes les régions cérébrales impliquées dans ce qu’on appelle «l’état de repos» ... À l’inverse, l’activité du précunéus est aussi connue pour diminuer dans des tâches qui ne font pas référence à soi-même." Bingo !
Les explications de cette page "Intermédiaire" turquoise sont déjà d'un niveau qu'il faut pouvoir enregistrer... Mais comme j'ai été "aux écoles" comme on dit et que cela ne me déroute pas trop, j'ai envie de savoir ce qui est dit sur le "précunéus" dans le niveau "Avancé".
Je retourne à la page d'accueil, je clique sur l'onglet "Avancé", puis sur "plan du site", et enfin sur "Le cerveau". En bas, je tape "précunéus" dans le moteur de recherche, puis je clique "cherchez dans le site".
RIEN. Cela veut dire que le niveau "Intermédiaire" a déjà donné tout ce qu'il faut savoir sur le "précunéus".

Donc, si je veux en savoir plus, je n'ai qu'à retourner dans la page turquoise "VERS UNE CARTOGRAPHIE CEREBRALE DES ETATS DE CONSCIENCE ?" et à étudier tout ce qu'elle contient en plus du texte et des schémas.
Notamment, il y a des liens vers d'autres sites web, qui sont matérialisés sur la gauche par de petites sphères dans des carrés colorés. Je peux aussi cliquer sur des icônes représentant des tubes à essais de laboratoire dans la zone "expérience". Ces cases de liens sont colorées en fonction du niveau de leurs informations : ici en turquoise ou en rouge. On peut donc choisir de ne cliquer que sur les liens qui correspondent au niveau d'information que l'on désire.

Amusez-vous bien ce dimanche, surtout s'il pleut...

******* *

Retour au Message du Jour ACCUEIL
* *****

mercredi 10 mars 2010

LES GAFFES DU CERVEAU

La cause des "erreurs bêtes" au cours d'une activité de routine
Pourquoi, dans une activité hyper-habituelle qu'on pratique sans y penser tous les jours, est-ce que soudain notre cerveau a un "raté" qui nous fait faire une erreur stupide ?
Les psychologues anglosaxons appellent ça un "pet du cerveau" (brain fart).

Le Dr Joseph Mercola, médecin américain, l'explique dans son site, à partir d'un article publié par "Discover Magazine" en décembre 2009.
http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2010/01/12/Scientists-Figure-out-the-Cause-of-Brain-Farts.aspx

Ce terme qu'on peut traduire en français par "un raté du cerveau" (comme un raté dans un moteur) désigne une erreur bête qui survient au cours d'une tâche simple pour laquelle on possède des capacités et une expérience développées au cours de nombreuses années, comme conduire une voiture par exemple. Tout le monde en fait. Les neuro-scientifiques appellent cela un "épisode de changement d'activité cérébrale inadapté".
Les recherches récentes en neurosciences semblent indiquer que les "ratés du cerveau" sont un type unique d'erreur cognitive. Ils ont un schéma neuronique prédictible qui émerge 30 secondes environ avant qu'ils se produisent.
Principalement, le cerveau va saisir la première occasion qui se présente pour refermer certains de ses systèmes processeurs. Les neurochercheurs décrivent ce processus étape par étape, sur une période de 10 minutes.

Démonstration.
Temps -10 minutes
Vous rêvassez, ce qui fait que vous avez en pleine activité les parties du cerveau suivantes : sous-système du lobe temporal médian, précunéus, sous-système préfrontal médian et cortex cingulaire postérieur ; ce sont ces éléments qui concourent à la formation du Réseau du Mode par Défaut (en anglais "default mode network" ou DMN - comme dans un ordinateur).
Temps -5 minutes
Vous faites face à une tâche exigeante, comme de conduire votre voiture pour rentrer à la maison. Vos régions cérébrales antérieure cingulaire et préfrontale droite, impliquées dans le processus de l'attention, commencent à s'activer, de même que le cérébellum et les cortex pariétal, visuel et temporal, qui contrôlent la coordination motrice dont vous avez besoin pour piloter au milieu de la circulation. En même temps que ces zones s'activent, votre DMN (le "réseau en mode par défaut" ci-dessus) se désactive.
Temps -30 secondes
Votre trajet vous est extrêmement familier. Vos lobes frontaux, qui s'ennuient au cours de cette tâche routinière, commencent à baisser en puissance. Le cortex rétrosplénien, dans la section postérieure du DMN, commence à s'activer à nouveau. Quand l'équilibre d'activité entre le réseau du mode par défaut (DMN) et le réseau de l'attention atteint un certain seuil, vous entrez dans "l'état prêt-à-l'erreur". Vous manquez la sortie sur le périphérique.
Temps +5 secondes
Vos lobes frontaux ont un "pic" de montée en puissance soudaine à un haut niveau pour essayer de compenser l'erreur. Ils reprennent leur état de performance optimum, prêts à travailler à une action correctrice.
Temps +15 secondes
Le stress généré par le fait d'avoir fait une gaffe active l'axe système-limbique-hypothalamus-hypophyse-surrénales, qui est le "bouton de panique" du cerveau. Vous avez une montée de l'hormone du stress appelée "cortisol".
Ce sont des choses qui nous arrivent à tous, et les auteurs de l'article du magazine "Discover" commentent les dernières recherches en la matière. Ils montrent que ce processus est seulement quelque chose qui fait de nous des êtres humains et non des robots.
Ils expliquent que le "réseau du mode par défaut" ou DMN du cerveau est responsable du processus de votre pensée intérieure, comme quand on "pense à autre chose". Ils démontrent que ce fonctionnement est loin d'être passif et qu'en fait il utilise beaucoup d'énergie. En un sens, le DMN entre en compétition avec d'autres zones du cerveau pour en utiliser les ressources. Et dès que vous vous mettez à faire quelque chose qui réclame de l'attention, votre cerveau doit inhiber le DMN.
Mais souvenez-vous, le DMN est le fonctionnement "par défaut" automatique de votre ordinateur (pardon, votre cerveau), ce qui veut dire que vous y retournez probablement à la première occasion tout en accomplissant de nombreuses tâches de votre routine quotidienne. Le cerveau perçoit un grand nombre de ces tâches comme étant des "schémas". Ce sont des activités que vous avez accomplies de nombreuses fois auparavant, alors le cerveau se dit qu'il peut se mettre un peu en veilleuse.
Si, pendant ces moments "en veilleuse", alors que le cerveau a refermé certains de ses systèmes processeurs, il croit que vous n'avez pas besoin de lui, alors vous être prêt pour faire des erreurs stupides. En un clin d'oeil, vous manquez la sortie vers chez vous, vous envoyez un email important à la mauvaise personne, ou vous oubliez pourquoi vous êtes entré dans l'autre pièce.
Heureusement, les "blips" du DMN sont très courts, et une fois que vous avez réalisé que vous avez fait une erreur, le cerveau repart en mode "overdrive" pour la corriger.

Est-ce qu'on peut entraîner le cerveau à éviter ces gaffes ?
Les neurochercheurs pensent qu'il est presque impossible d'éliminer ces "épisode de changement d'activité cérébrale inadapté" ou "blips du DMN" de notre vie. Par contre, on peut booster son cerveau pour augmenter sa mémoire et ses capacités, car le cerveau est un organe qu'on peut modeler très facilement.
En fait, il a été démontré récemment que les êtres humains continuent à créer de nouveaux neurones toute leur vie en réponse à leur activité mentale. On croyait jusqu'à présent que le cerveau n'augmentait plus de volume à partir de 20 ans, mais il n'en est rien, c'est ce qu'ont montré les recherches faites grâce au scanner à imagerie par résonance magnétique (IRM). Le cerveau continue d'augmenter jusqu'au milieu ou à la fin de la quarantaine.

L'aérobic du cerveau
L'une des méthodes les plus simples pour booster ses fonctions cérébrales est de continuer à apprendre toute sa vie. La taille et la structure des neurones ainsi que des connexions entre eux change au cours du processus d'apprentissage. Vous pouvez le faire de différentes manières, qui dépassent ce qu'on a été conditionné à considérer comme le processus normal d'apprentissage : lire des livres. Vous pouvez voyager pour découvrir un nouveau pays, apprendre à jouer d'un instrument de musique ou à parler une langue étrangère, ou participer à des activités sociales bénévoles dans votre ville, etc.

Il y a d'autres méthodes que certains appellent "l'aérobic du cerveau". Vous pouvez défier votre cerveau dans des activités de "mind-training" (entraînement mental) pour le conserver au top niveau tout en vieillissant. Cela peut être aussi simple que de faire une liste mentale de tous les "people" dont le nom commence par la lettre A, de faire des mots-croisés, de jouer à des jeux de société qui obligent à réfléchir.
[Et c'est bien pour cela que je fais mes traductions bénévoles de la documentation EFT en anglais. Croyez-moi, ce n'est pas sans bénéfice, de toutes sortes de manières].

Bien nourrir son cerveau
Tout en faisant cela, il ne faut pas oublier que le cerveau a aussi besoin d'être nourri correctement pour rester performant. Le Dr Mercola conseille d'augmenter sa consommation en oméga-3 EPA et DHA qui conservent le niveau optimum de la dopamine dans le cerveau, augmentent la croissance neuronale dans le cortex frontal et activent la circulation cérébrale (voyez votre diététicien ou votre naturopathe). Il recommande également de faire de l'exercice, car cela encourage le cerveau à fonctionner au maximum de ses capacités en augmentant la multiplication des cellules cérébrales, en renforçant leurs interconnexions et en les protégeant. Il faut également bien dormir, car le manque de sommeil arrête la multiplication des cellules cérébrales. Il faut aussi se nourrir de manière saine (légumes et fruits frais) et s'exposer au soleil très souvent (pour la vitamine D).

Des choses à ne pas faire
Mais il y a aussi des choses à éviter, selon le Dr Mercola. Ne pas laisser la télé allumée tout le temps, surtout quand on a des enfants (cela ralentit leur apprentissage du langage et leur développement social). Se protéger des radiations des téléphones portables. Eviter les nourritures qui contiennent des édulcorants de synthèse (tout ce qui est dit "light" ou "sans sucre"), des colorants et parfums artificiels, qui endommagent le cerveau. La consommation d'aspartame (Neutrasweet, etc.) inhibe le fonctionnement enzymatique dans le cerveau.

******* *