samedi 27 février 2010

EFT pour l'enfant du placard

Un travail d'intuition pour découvrir le trauma et vérifier l'effet du traitement

Traduction de la page en anglais :
http://www.emofree.com/Trauma/traumatic-incident-cupboard.htm

Gary Craig commente : "Il y a quelques éléments important dans ce compte-rendu de Pieter de Zwart, de Nouvelle-Zélande. Le mot "vent" lui permet de déterrer un traumatisme et, après plusieurs séquences de tapotage EFT, il vérifie le résultat en recréant la scène originale. Ce cas peut être adapté à d'autres circonstances traumatiques."

Article de Pieter de Zwart :

Voici un cas qui illustre pour moi la nécessité pour les praticiens EFT de combiner une bonne écoute intuitive avec un interrogatoire minutieux afin d'éviter toute erreur d'évaluation ou malentendu conduisant à une guérison incomplète. De plus, nous allons voir comment le langage peut être interprété de plusieurs façons différentes.

Ma cliente m'autorise à «publier» cet article, mais à condition que son nom soit changé.

Trudy, une dame de 40 ans, originaire d'Afrique du Sud, m'a appelé pour me demander si je pouvais l'aider avec un problème d'estime de soi. Donc, après les présentations d'usage et l'échange de conversation au début de la première séance, et sachant que les problèmes d'estime de soi relèvent souvent de nombreux bouleversements émotionnels bien ancrés, je lui ai demandé ce qui la dérangeait le plus à l'heure actuelle. "Le vent", me répondit-elle. Le vent ? "Oui, j'ai ces douleurs dans le coin inférieur droit de la zone abdominale".

Elle n'avait pas mentionné ces douleurs auparavant. Mais, considérant la région qu'elle désignait ... j'ai pensé que ça avait un sens, des douleurs de gaz, peut-être le syndrome du côlon irritable ... Mais plus tard, en questionnant plus avant, nous avons mis à jour aussi des problèmes avec ses parents et des abus pendant l'enfance.

Donc, nous commençons en tapotant pour la douleur, qu'elle a évaluée à un 6. Mais trois séquences plus tard nous n'avions pu faire baisser l'évaluation que d'un point. Par conséquent, avant de continuer, je décide de poser d'autres questions et de mentionner que les douleurs de gaz ou de "vents" peuvent aussi être associées à la rétention d'idées ou de faits "non digérés", etc. "Des douleurs de gaz ?", répond-elle, "comme des flatulences ? Non, je n'ai pas cela. La douleur se déclenche souvent quand je suis là-bas, quand j'entends le vent qui souffle, surtout quand je suis à l'intérieur de la maison ...".

Il s'est avéré que, lorsqu'elle était enfant, elle était souvent enfermée dans un placard quand sa mère et son père se disputaient, puis plus tard, après la mort de son père, quand maman recevait d'autres hommes. Et comme le placard avait un mur donnant sur l'extérieur, elle entendait le vent souffler quand elle y était, et c'est ce qui avait provoqué une association avec le traumatisme subi. Alors maintenant, chaque fois qu'elle entend le bruit du vent, ou qu'elle est tout près d'un placard, elle a mal au ventre ; et depuis récemment ça se déclenche aussi sans raison.

Nous avons donc décidé de continuer le tapotage pour cette expérience traumatisante de l'enfance, dont elle noté l'intensité émotionnelle à 10.

- "Même si j'ai été enfermée dans le placard, et que ce n'était pas ma faute, et que j'entendais le vent souffler, je m'aime et je m'accepte profondément et infiniment".

Après deux séquences, elle me dit qu'elle est descendue à 3. Wow, génial, mais quelque chose me dit que ce n'est pas tout à fait sincère. Alors je lui demande de vérifier et elle dit oui, c'est un 3. Bon, si vous le dites, pensai-je. Mais mon intuition m'a fait traverser la pièce, ouvrir le placard double, et lui demander d'entrer à l'intérieur. Sa réaction a parlé pour elle : elle s'est effondrée, et après s'être un peu calmée elle a admis qu'elle était toujours à 10, mais qu'elle n'avait pas voulu passer pour une idiote alors elle avait dit 3.

Nous avons continué en faisant encore plus de séquences EFT et en employant des phrases de départ différentes pour traiter la peur et la colère. Après six séquences supplémentaires, elle a admis avec raison qu'elle était à 3. Encore une séquence et elle était à 0. Alors, je lui ai à nouveau demandé d'entrer dans le placard. Et cette fois, elle y est entrée d'elle-même, et a même refermé la porte sur elle sans ressentir la moindre anxiété, et ce, plusieurs fois. Inutile de dire qu'elle était très heureuse, et ça se voyait.

Au cours de la deuxième séance nous avons à nouveau fait le test du placard, et elle est restée à 0. Nous avons également abordé ses problèmes de maltraitance sexuelle dans l'enfance. J'ai reçu par la suite le mot de remerciement suivant :

"Grâce à vous et au programme EFT j'ai résolu beaucoup de mes problèmes du passé. J'avais des doutes, mais maintenant je suis convaincue que le programme EFT marche. J'ai redécouvert la joie dans ma vie, je me sens beaucoup mieux et tous ceux qui m'entourent ont remarqué la différence. Merci encore. "

Chaleureusement

Pieter de Zwart

***** *

Retour au Message du Jour ACCUEIL
* ******

vendredi 26 février 2010

EFT Que faire quand ça ne marche pas .....?

Réponse de Gary Craig à une FAQ de son site : "J'ai tapoté, tapoté... mais ça ne marche pas ! Qu'est-ce qui se passe pour moi ?"

Traduction de la page en anglais :
**http://www.emofree.com/FAQ/whenit.htm**

Gary Craig écrit :

Quand le progrès avec la méthode EFT semble s'être arrêté - ou bien qu'il semble que "ça ne marche pas" - EFT n'est habituellement PAS le problème. La cause de l'absence de progrès, le plus souvent, est due à l'inexpérience de l'utilisateur.
Pourquoi est-ce que je dis cela? C'est parce que ceux qui ont la maîtrise de l'EFT ne manquent pas souvent leur cible. Non seulement ils obtiennent un bon nombre de "succès instantanés" mais, en comparant avec les techniques conventionnelles, ils obtiennent des progrès impressionnants pour à peu près n'importe quel problème ayant une cause émotionnelle - y compris de nombreux maux physiques. Dans les cas où les praticiens expérimentés restent perplexes, cependant, ils n'accusent pas EFT de "ne pas fonctionner".
Les praticiens expérimentés se posent plutôt ce genre de questions :
- "Qu'est-ce qu'il y a en trop ici ?"
- "Qu'est-ce que je n'ai pas encore vu ?"
- "Quelle est le problème central que j'ai été incapable de trouver ?"

Je ne dis pas ici que l'EFT soit une panacée pour tout. Il ne va pas peindre vos ongles, et il ne va pas vous permettre de boire de l'essence sans dommages. Mais à peu près tout problème ayant une cause émotionnelle -y compris de nombreux maux physiques - est un bon candidat le travail avec EFT. Les résultats sont souvent admirables, même entre les mains d'un débutant. Mais cela ne signifie pas que nous avons ici la perfection. Nous sommes encore dans la phase d'apprentissage de cette méthode et nous devons rendre grâce pour les "cas difficiles" qui nous incitent à parfaire nos compétences.

Ceux qui veulent arriver à la maîtrise de l'EFT seront intéressés par les raisons suivantes pour lesquelles il semble parfois que "ça ne marche pas" :
- La méthode EFT n'a pas été étudiée à fond.
- Le problème a été pris d'une manière trop globale.
- La "phrase de départ" n'a pas été appliquée suffisamment.
- Le client est passé d'un aspect à l'autre.
- Il y a un problème de fond qui interfère avec le problème traité
- Parfois, tout ce qui manque c'est un peu d'humanité
- Une procédure spéciale est nécessaire (par exemple, la respiration claviculaire) ou bien il faut utiliser des points d'acupressure supplémentaires
- Bien que ce ne soit pas fréquent, il peut y avoir une "toxine énergétique" dans l'environnement qui contrecarre le processus.

1 - La méthode EFT n'a pas été étudiée à fond

Je sais qu'il est tentant de sauter l'étape de toutes ces bandes vidéo et cassettes audio pour vous occupez de vos "sujets" personnels (surtout si vous ne parlez pas l'anglais).
Beaucoup de gens s'en tiennent aux instructions des premières pages du manuel et ne cherchent pas à en apprendre plus. Dans ce cas, ils n'auront pas compris l'importance de certains sujets tels que les aspects, l'inversion psychologique, l'importance de la précision, le fait d'insister, etc. et ne sauront pas comment les exploiter.
Vous pouvez apprendre la recette de base à la lecture du manuel et ensuite regarder la première cassette de la série des DVD en anglais.
A partir de là, beaucoup de gens commencent à appliquer l'EFT sur eux-mêmes et sur leur famille, puis sur leurs clients et amis - souvent avec de superbes résultats (y compris des "succès instantanés"). Toutefois, sans une étude plus approfondie, les praticiens EFT resteront perplexes devant certains cas en disant : "Ça ne marche pas".

Il est peut-être nécessaire de travailler l'Inversion Psychologique avec plus d'insistance. Peut-être que le client a effectivement fait des progrès, mais s'est déplacé d'un aspect à l'autre sans que vous le remarquiez. Peut-être que le problème central sous-jacent n'a pas encore été découvert. Peut-être que le problème q été approché d'une manière trop générale. Peut-être... Ces sujets, ainsi que bon nombre des autres rubriques de cette section de questions et réponses, sont abordés dans le cours EFT [première série de DVD en anglais. Il est possible également d'étudier ces notions dans les stages de formation EFT qui sont donnés partout dans les pays francophones. Renseignez-vous auprès des sites dont je donne l'adresse dans la colonne de droite. NDT].

Le cours EFT n'enseigne pas seulement la recette de base dans les moindres détails mais il montre également l'application de "l'art de délivrer" sur plus de 80 personnes lors de séances en direct. Vous voyez et entendez comment les gens réagissent. On vous apprend comment atteindre le problème fondamentale sous-jacent et comment traiter les aspects, l'inversion psychologique, etc. Et ce sont des vidéos que vous pouvez repasser plusieurs fois pour observer comment le tapotage est fait.
Entre les mains d'un expert, EFT peut transformer la vie d'une personne et l'aider à en faire un chef-d'oeuvre.
[MON COMMENTAIRE : Si vous êtes réellement intéressé par l'EFT, n'hésitez pas à utiliser tout ce que vous pourrez rencontrer comme occasion de formation dans ce domaine. Même faire deux fois le même stage avec deux praticiens différents n'est pas un gaspillage de temps, ils ont chacun leur manière unique d'obtenir des résultats probants.]

2 - Le problème a été pris d'une manière trop globale.

Le cours EFT souligne l'importance d'être précis chaque fois qu'on le peut. Certaines personnes font le tapotage pour "cette anxiété généralisée" (un problème trop général) et se demandent pourquoi leurs résultats sont temporaires ou inexistants. La raison en est que les éléments globaux tels que l'anxiété généralisée, les problèmes d'image de soi, la colère persistante, la maltraitance dans l'enfance, etc, sont composés de nombreux événements passés spécifiques. La somme totale de tous ces éléments spécifiques de peur, rejet, traumatismes, culpabilité, etc, se transforme en de vastes problèmes généraux tels que l'anxiété globale et les problèmes d'image de soi. Aborder le problème aussi globalement est une erreur assez commune faite par les nouveaux praticiens.


Pour illustrer ceci, voici une lettre que je viens de recevoir :
"... Je n'arrive pas à traiter avec succès mon propre trouble d'angoisse généralisée. J'ai utilisé EFT tout en me concentrant sur "mon problème d'angoisse", ou sur ma boulimie, ou sur la paralysie mentale généralisée qui s'ensuit parfois, et je me sens un peu mieux après avoir fait ça, mais il n'y a pas d'effet durable."

En général, il faut briser un problème général en ses différentes parties spécifiques afin de neutraliser chacune d'elle de façon indépendante. Ceci est clairement illustré dans le DVD "6 Jours au Centre des Vétérans", une vidéo dans laquelle notre Cours EFT est appliqué à des anciens combattants du Vietnam. Rich, le premier de ces vétérans, avait "plus de 100 souvenirs de guerre qui lui causaient une intensité émotionnelle au niveau 10." Ces souvenirs contribuaient à maintenir son problème général plus connu sous le nom de "stress post-traumatique" (SSPT). Nous avons utilisé EFT sur deux ou trois événements spécifiques tout en tournant la vidéo, et Rich a travaillé par lui-même sur 3 ou 4 autres événements spécifiques. Le résultat a été que ces 100 souvenirs se sont amenuisés dans leur ensemble et ont cessé de le déranger.

Vous pouvez néanmoins faire le tapotage pour un problème global, bien sûr, et faire des progrès. Cependant, habituellement ces progrès semblent très lent tant que le processus ne fait que diminuer les différents aspects du problème plus vaste. Un avantage de travailler sur des événements spécifiques est que nous apporter de l'aide assez rapidement, permettant ainsi au client de reconnaître immédiatement le résultat. Un autre avantage est que, après qu'on ait abattu quelques-uns des arbres de sa forêt négative, toute la forêt a tendance à s'abaisser. C'est comme si chaque arbre spécifique avait des éléments en commun avec tous les autres arbres. Un effet de généralisation tend à se produire et tout le problème se désactive. J'ai vu cela se produire de nombreuses fois.

3 - La "phrase de départ" n'a pas été appliquée suffisamment.

La "phrase de départ" est une procédure qui fait partie de la Recette de Base et qui est destinée à corriger l'Inversion Psychologique (IP). Quand l'IP est présente, elle bloque le processus entier. Donc, si vous n'arrivez nulle part, il faut "commencer par le haut" et travailler avec la "phrase de départ" de manière plus approfondie.
Ce que je veux dire par là, c'est de tapoter plus fort le point Karaté ou de masser plus vigoureusement le point douloureux de la lymphe tout en répétant l'affirmation négative/positive d'une voix plus forte - on peut même crier. J'ai souvent été bloqué, et en faisant en sorte que le client emploie plus de vigueur pour le tapotage tout en criant la phrase avec emphase, nous avons pu briser l'obstacle de l'IP et progresser vers un résultat normal. Ceci est démontré dans une vidéo (Richard) de la série de DVD "Steps towards Becoming the Ultimate Therapist". Richard n'obtenait que peu de résultats sur un problème d'estomac noué dont il souffrait depuis des années. Richard m'a écrit par la suite qu'à la suite de cette mémorable séance emphatique, le problème a disparu et n'est revenu que dans des moments de stress émotionnel inhabituel.

Aussi, permettez-moi d'adresser mes remerciements au Dr Fred Gallo pour l'introduction de ce qu'il appelle les Critères reliés à l'Inversion Psychologique. Selon son expérience, les gens qui sont coincés dans une inversion psychologique peuvent trouver utile de cibler la phrase de départ de façon plus précise. Des exemples pourraient être :
- "Même si je mérite pas de dépasser ce problème de _________"
- "Même si je sens que je ne serais pas en sécurité si je dépassais ce problème de _________"
J'ai utilisé ces formulations avec grand succès et je vous les recommande comme un outil utile.

Une autre façon d'aborder l'inversion psychologique, c'est de la traiter comme la preuve d'un bénéfice secondaire majeur ou d'un risque de perte - c'est-à-dire qu'un problème beaucoup plus important se dissimule sous le problème qui est présenté. C'est la supposition je fais lorsque je n'obtiens pas de progrès. Je commence à chercher le problème central sous-jacent.
Une fois que je l'ai trouvé, l'inversion semble s'estomper et le clients dit qu'il se sent mieux. Nous en sommes au début de l'apprentissage ici et je ne suis pas sûr que cette théorie soit correcte. Elle fonctionne bien dans la pratique, cependant.

4 - Le client est passé d'un aspect à l'autre.

Souvent, le client fait des progrès satisfaisants, mais ne le mentionne pas parce qu'il passe sans cesse à de nouveaux aspects du problème. Les aspects de départ ont effectivement été soulagés, mais d'autres aspects sont toujours source d'angoisse. Le client n'est pas en faute, car il est souvent incapable de distinguer entre le soulagement déjà obtenu et le stress qui reste. Cela arrive fréquemment et trompe à la fois le client et le praticien EFT, qui ont tendance à penser "Ça ne marche pas".
Voici un exemple. Supposons qu'un client présente encore des symptômes de traumatisme à cause d'un accident de voiture qui s'est produit il y a 20 ans. Lorsqu'on lui a demandé ce qui le gêne dans le souvenir de l'accident, le client dit: "Les phares! Les phares! Je peux encore les voir venir sur moi." L'EFT est ensuite appliqué à l'émotion des phares et lorsqu'on demande au client si l'accident le dérange encore, le client dit "Oui."

A moins qu'on n'étudie davantage le cas, il semblerait que le client ne fasse aucun progrès et que l'EFT "ne marche pas". En revanche, si on emande au client "Est-ce que les phares vous dérangent toujours ?", la réponse typique sera quelque chose comme : "Non, mais je peux encore entendre les cris dans la voiture". Comprenez-vous que c'est un autre aspect? Certainement. Maintenant, le problème est lié aux cris dans la voiture. Une fois que cet aspect est soulagé, vous pouvez en rencontrer d'autres tels que la culpabilité d'avoir toulé trop vite, la colère vis-à-vis de l'autre conducteur, etc

De nombreux problèmes émotionnels n'ont qu'un aspect unique et il suffit d'une ou deux séquences d'EFT pour les soulager. Ils donnent lieu à des "succès instantanés". D'autres, bien sûr, ont beaucoup d'aspects et demandent plus de soin.
Comment découvrir ces aspects ? Le processus est habituellement simple. Il suffit de demander au patient de décrire le problème après chaque séquence d'EFT et de constater comment son langage change. Il peut commencer, par exemple, à parler du problème en termes de peur et, après une séquence d'EFT, il va en discuter en termes de culpabilité. De même, les événements sur lesquels il se concentre peuvent changer (par exemple, en passant des phares aux cris). En outre, les sensations physiques du corps peuvent changer, en passant peut-être d'une "sensation d'oppression dans l'estomac " à un "resserrement dans la gorge".

On peut me signaler ici que cette manière de passer d'un aspect à l'autre, tout en pouvant démontrer que l'EFT "ne marche pas", donne en fait une preuve éclatante du contraire. La raison pour laquelle le client passe d'un aspect à l'autre est que le problème posé par l'aspect original a été résolu. Les phares sont plus un problème (succès EFT) alors maintenant le client se concentre sur les cris (le prochain aspect en ligne de mire).

5 - Il y a un problème de fond qui interfère avec le problème traité

Ce sujet est étudié dans la section sur la "phrase de départ", mais on va le développer plus avant ici. Quand un problème de base important est "caché" derrière une question moins importante, l'ensemble du processus semble s'essouffler. C'est parce que la vraie question n'est pas abordée. Trouver le problème principal sous-jacent est ce pour quoi les psychothérapeutes sont formés, bien sûr. C'est la pièce maîtresse de l'art thérapeutique.
Avec EFT, une façon de trouver le problème essentiel est d'écouter comment le client décrit son problème. L'oreille avertie peut capter les indices menant au "problème de fond". Une autre manière consiste à développer sa capacité d'intuition pour deviner juste sur la véritable question. (voir les DVD "Steps for Becoming the Ultimate Therapist").

Avant que je commence à se développer (et à faire confiance à) mes capacités d'intuition, je posais simplement des questions comme celle-ci "S'il y avait un problème émotionnel plus important ici, qu'est-ce que ça pourrait être?" Je sais que cette question peut sembler élémentaire, mais je l'ai utilisée avec grand succès. Je posais la question et, souvent, le client disait : "Je ne sais pas". Alors je le guidais doucement à me donner une réponse. Je lui demandais de deviner simplement, ou bien j'utilisais ma question préférée de PNL en disant : "Si vous le saviez, ce serait quoi?" Il finissait par donner une réponse et c'était presque toujours quelque chose qui nous emmenait dans une direction utile.

6 - Parfois, tout ce qui manque c'est un peu d'humanité

Il ya quelque chose de spécial, dans le "lien" entre deux personnes, qui permet parfois au processus de fonctionner plus efficacement. Je sais que c'est un élément impalpable qui ne se prête pas bien à un examen scientifique. Néanmoins, j'ai eu beaucoup de preuves anecdotiques allant dans ce sens. Parfois, je trouve que le processus ne semble pas marcher AVANT QUE le praticien ne tapote physiquement les points d'acupressure du client. A ce moment, presque par magie, le problème disparaît. C'est assez rare mais cela arrive.

7 - Une procédure spéciale est nécessaire (par exemple, la respiration claviculaire) ou bien il faut utiliser des points d'acupressure supplémentaires

Un raccourci à la recette de base a été introduite dans le cours EFT, c'est la "méthode courte" (1) qui n'utilise que la moitié des points de la Recette de Base (2) et qui suggère que les 9 actions du Point-Gamme et la respiration claviculaire peuvent être "mis de côté" jusqu'à ce qu'ils soient vraiment nécessaires. Donc, si vous ne progressez pas, souvenez-vous que vous pouvez réintégrer ces procédures et travailler sur la série complète des points. C'est rarement nécessaire néanmoins. Je préfère envisager les autres raisons ci-dessus.

8 - Bien que ce ne soit pas fréquent, il peut y avoir une "toxine énergétique" dans l'environnement qui contrecarre le processus.

J'ai eu clairement la preuve de la réalité de ce phénomène, surtout dans les cas de dépression et avec des enfants hyperactifs (utilisateurs du Ritalin). En fait, il me semble que, souvent, ces problèmes soient causées par un aliment inapproprié ou une substance chimique, et que la seule chose nécessaire pour obtenir le soulagement soit la suppression de cet élément de l'environnement de la personne. Une fois cela fait, il se peut que le tapotage ne soit même plus nécessaire.
En général, je trouve que l'interférence des "toxines énergétiques" est beaucoup moins répandue en comparaison avec ceux qui pratique la méthode du Dr Callahan. Pour moi, la persistance dans la recherche du problème fondamental sous-jacent (ce qui bout sous la surface) est plus susceptible d'être efficace que la recherche d'une toxine énergétique.

Les toxines énergétiques (si elles sont vraiment le problème) peuvent être découvertes par le test musculaire. Cependant, pour faire ce travail à fond, on devrait tester minutieusement une liste imposante de choses que les gens mangent, boivent, respirent, portent ou avec lesquelles ils peuvent avoir été en contact.
Une autre façon de s'y prendre est de demander au client de ne manger que les nourritures de culture biologique qui suivent, pendant une semaine : fruits, légumes (sauf le maïs), riz, noix, graines et eau filtrée. RIEN D'AUTRE!. Pas de sucre, ni de pain, pâtes alimentaires, pas de café, thé, glaces, sauces pour salades, pas de tabac ni d'alcool, etc Cela permet au système de "nettoyer la maison", car les éléments inclus dans le régime ci-dessus sont rarement toxiques.
Dans la grande majorité des cas, si les toxines sont en effet un problème, vous pourrez avancer beaucoup plus facilement avec le tapotage après que le client ait suivi ce régime pendant plusieurs jours, voire une semaine. Si cela ne fonctionne pas, passez à l'élimination des parfums, déodorants, résidus de savon et autres éléments qui sont dans son environnement.

Gary Craig

******

EFT TUTORIAL : les méthodes des experts pour se transformer soi-même

Comment les "EFT masters" formés personnellement par Gary Craig voient la pratique de leur profession - et les conseils qu'ils donnent pour se transformer soi-même en utilisant EFT au quotidien.

Avec des exemples concernant les phobies et les croyances limitatives

Traduction de la page en anglais :
**http://www.emofree.com/tutorial/tutorjten.htm**

Gary Craig écrit :

"Le psychologue australien Steve Wells a écrit une série en 4 parties qui mérite une place de choix dans ce didacticiel. Il met l'accent sur de nombreuses caractéristiques importantes de la méthode EFT ainsi que sur la manière d'en obtenir le maximum."

Première partie : Objectif libération totale, rien de moins

S'il ya une chose qui me préoccupe, c'est que beaucoup de gens approchent l'EFT avec une compréhension limitée de son potentiel, et ont donc une limitation des avantages qu'ils peuvent en obtenir. Dans cet article, je voudrais examiner cette question ... et vous encourager à élargir votre vision de la libération que vous pouvez obtenir en utilisant ces merveilleuses techniques.
Je pense que nous ne devrions accepter rien de moins que la complète libération. Je dis cela non seulement par rapport à la façon de progresser à travers chaque problème sur lequel nous travaillons, mais aussi par rapport au nombre et au type de problèmes que nous choisissons d'aborder et par rapport aux objectifs que nous nous fixons dans la vie.

Je pense que nous limitons notre libération lorsque:
1. Nous ne considérons pas que nous pouvons utiliser l'EFT sur tous les problèmes que nous avons.
2. Nous ne continuons pas le processus jusqu'à ce que absolument toute l'intensité qui demeure soit entièrement dégagée.
3. Nous ne testons pas nos changements dans le monde réel ... ou nous ne nous assurons pas que nous avons testé toutes les provocations possibles pouvant entraîner le retour du problème.
4. Nous n'utilisons EFT que d'une manière corrective pour éliminer les problèmes existants, plutôt que de l'utiliser pour nous aider à créer un avenir nouveau et atteindre nos objectifs ultimes.

Certains supposent que, parce qu'ils ont observé l'utilisation d'EFT pour guérir les peurs et les phobies, EFT ne peut être utilisé que pour les peurs et les phobies. D'autres obtiennent un soulagement avec EFT pour un problème précis, mais ne réalisent pas qu'ils peuvent aussi l'appliquer à d'autres problèmes.
J'ai travaillé avec une cliente qui a réussi à se dégager d'une phobie en utilisant EFT. Cette même cliente m'a contacté 3 mois plus tard pour un autre problème qu'elle voulait travailler. "Avez-vous envisager d'utiliser l'EFT sur ce problème? " lui ai-je demandé. "Oh!" répondit-elle, "Je suppose que j'aurais pu le faire. Je n'y ai pas pensé". "OK", ai-je dit, "Pourquoi ne le feriez-vous pas maintenant chez vous, et ensuite vous me téléphoneriez pour me faire savoir comment vous vous en sortez?" Devinez quoi? Elle a découvert qu'elle pouvait régler ce problème elle-même. J'ai depuis lors donné le même bon conseil à d'autres clients avec des résultats similaires.

Un exemple d'obstination dans un cas de rhume des foins


Combien de fois avons-nous d'autres problèmes dans notre vie sur lequels nous pourrions appliquer EFT, mais nous ne pensons pas à le faire ? Faisons comme Gary le recommande : essayons-le sur tout ce qui se présente à nous. Nous pourrions avoir de belles surprises. Vous n'imaginez pas tout ce qu'on peut réaliser.
Dans combien de problèmes restons-nous plongés alors que nous pourrions réellement les traiter ? Et combien de fois avons-nous travaillé sur un problème pendant un certain temps avec un certain succès, mais pour ensuite laisser le problème se réinstaller dans notre vie?

Prenez mon rhume des foins, par exemple. J'ai découvert ce qui s'était passé. La première année, j'ai appris l'EFT je l'ai appliqué avec diligence - ainsi que plusieurs autres techniques énergétiques - à mes symptômes de rhume des foins. Par exemple : "Même si j'ai cette congestion" / "Même si j'ai ce mal aux yeux" / etc. Et mes symptômes se sont réduits de plus de 90%.
Mais au cours de chacune des deux années suivantes, je commençais le processus trop tard et je n'étais pas assez précis ou insistant avec mon tapotage - et donc la méthode avait peu ou pas d'effet sur mes symptômes - sauf sur la douleur des yeux qui a toujours bien répondu. Cette dernière année, j'ai décidé de faire EFT très tôt et de commencer le tapotage avant même le début de la saison du rhume des foins. Dès les premiers signes de symptômes et pendant toute la saison des pollens j'ai appliqué EFT régulièrement tous les jours. En conséquence, j'ai réussi à traverser toute la saison sans dommages ... alors qu'elle a été enregistrée comme la pire année pour l'allergie aux pollens ... je n'ai pratiquement eu aucun symptôme.

Cette expérience m'a appris la valeur de l'insistance pour des problèmes de ce genre. En appliquant la méthode suffisamment souvent, on peut obtienir la disparition complète des symptômes, lesquels peuvent même ne jamais réapparaître. J'ai été témoin de cela avec de nombreux clients qui ont assidûment appliqué la technique à leurs problèmes physiques pendant un temps assez long. Leur exemple me donne maintenant l'inspiration de continuer jusqu'à ce que je me sois complètement libéré de tout symptôme.
Dans la suite de cet article, je vais examiner d'autres questions que nous devons aborder dans notre quête de la libération totale. Dans la deuxième partie, j'étudierai la nécessité d'aborder tous les aspects d'un problème jusqu'à ce que nous soyons totalement libérés de toute intensité émotionnelle nocive. Ensuite, j'examinerai les croyances entravantes qui peuvent nous empêcher de parvenir à cette libération totale. La dernière partie décrira comment on peut passer de l'optique d'élimination d'un problème à une optique de création d'un futur positif, ce qui nous permettra de débloquer davantage la puissance de ces techniques.

Steve Wells

Deuxième partie : Ne pas s'arrêter avant le succès total

Tester la guérison en situation réelle

Lorsque nous travaillons sur un problème particulier, nous devrions continuer jusqu'à ce que nous soyons totalement libres. Il ne faut pas supposer que le traitement est terminé dès que nous pouvons y penser d'une certaine manière sans en être affecté. Il faut faire toutes les sortes de tests possibles ... et surtout, si possible, tester dans la réalité.
J'ai appris à devenir plus prudent lorsqu'il s'agit de supposer que les problèmes sont entièrement résolus, et je teste et re-teste les transformations que moi et mes clients avons obtenues en utilisant EFT. Il est important de tester complètement ... pour voir si il ne reste pas encore une certaine façon de cerner le problème, s'il ne reste pas une certaine manifestation ou une certaine partie du problème qui peuvent encore causer un bouleversement émotionnel. Si oui, il faut continuer le travail.

Pour une phobie des oiseaux

J'ai d'abord constaté la véritable importance des aspects en faisant une démonstration publique de l'EFT peu après avoir appris ces techniques. Une femme avait une phobie des oiseaux, et grâce à EFT elle a pu passer d'une situation de peur absolue à la possibilité de penser à un oiseau sans l'ombre d'une crainte. Pour une raison quelconque, l'image d'un vol de nombeux oiseaux m'est venue à l'esprit tout en parlant avec elle et je lui ai demandé : "Et si c'était tout une troupe d'oiseaux?" Immédiatement elle fait un bond en arrière et sa peur est remontée à un niveau encore plus élevé qu'auparavant. Une fois que le traitement de cet aspect de sa crainte a été parfaitement accompli, elle a pu aller à l'extérieur à la recherche d'oiseaux (elle en a compté 24). Je l'ai revue quelques mois plus tard et elle m'a informé qu'elle s'était promenée dans la volière du zoo sans aucun problème.
Dans nos traitements de groupe pour les personnes souffrant de phobies, nous avons travaillé avec des gens qui avaient peur des petits animaux. Tout le monde dans le groupe a fait des séquences d'EFT à l'unisson, chacun se concentrant sur son problème particulier. Au cours de ce processus, j'ai été stupéfait par la façon le modèle décrite ci-dessous se reproduisant.

Pour la phobie des petits animaux et des araignées

Je fais une séquence d'EFT et ensuite je vérifie l'intensité ressentie lorsque les gens pensent à l'animal qu'ils craignent. En faisant le tour du groupe, on a souvent quelqu'un qui dit par exemple : "Cela ne me touche plus du tout d'y penser maintenant. Je crois que je suis guéri!" Ma réponse est de tester cette hypothèse et de demander aux participants de refaire une recherche sur n'importe quel aspect du problème qui les bouleversait jusque là. Dans un certain nombre de cas, la personne répond qu'elle ne trouve rien d'autre, et qu'elle ne peut pas faire remonter son niveau d'intensité.
Cependant, tout en continuant le travail avec le groupe, il y a soudain une autre personne qui dit quelque chose comme : "Je me sentais très bien, problème réglé, puis j'ai commencé à penser à une araignée posée sur moi et maintenant c'est reparti pire qu'avant!" À ce moment, la personne précédente s'inquiète et s'écrie : "Oh non!" parce que le problème de l'autre personne l'a remise en contact avec un aspect différent de sa peur.

Nous avons eu des exemples de problèmes face à des choses comme les pattes poilues des araignées, la queue de la souris et la manière dont la souris se déplace en bondissant très vite dans tous les sens. Dans chaque cas, une personne du groupe qui jusque là pensait avoir partiellement ou intégralement réglé son problème a été mise en contact avec un autre aspect qui la dérangeait vraiment, lorsque ces problèmes ont été soulevés par quelqu'un d'autre dans le groupe. J'ai constaté la valeur du travail en groupe pour aider les gens à obtenir une guérison plus complète grâce à la révélation d'aspects spécifiques à travailler.

Depuis ce temps, j'ai également mené des vérifications plus approfondies avec les clients pour m'assurer que tous les aspects du problème auxquels on pouvait éventuellement penser ensemble, avaient été traités. J'aime bien aussi, si possible, avoir la preuve dans le monde réel que le changement va durer. Et même alors, je ne suis pas totalement convaincu.
Quand la personne est sur le lieu de son problème, je tiens à l'inciter à manipuler la situation d'autant de façons qu'il est possible de le faire, pour essayer de trouver quelque chose qui la restimule. Si rien ne le fait, alors là je suis plus convaincu. Cependant, je crois qu'il est toujours important de réaliser que d'autres aspects peuvent être mis à jour. Il ne s'agit pas d'un échec de la technique ... c'est juste une autre partie du problème qui requiert un traitement. Traitez-le et élargissez plus encore le domaine de votre liberté.

Mon opinion est que la plupart des traitements que j'ai menés pendant mes premières années de l'utilisation des techniques EFT n'ont peut-être pas été des guérisons aussi complètes que je le pensais. Et maintenant, j'encourage mes clients ... de même que je vous encourage ici - à optez pour le changement complet. Cherchez activement pour découvrir les choses qui vous dérangent afin de les traiter toutes.

Choisissez la libération complète. N'acceptez rien de moins.

Steve Wells

Troisième Partie : Vers la libération émotionnelle totale

Une question qui me taraude, c'est l'hypothèse selon laquelle il est suffisant de ramener l'intensité d'un problème à un niveau gérable. Cela peut sembler très libératoire, losqu'un problème intense que nous ressentions précédemment à 10 (sur l'échelle de 0 à 10) est tombé à 2.
Toutefois, un petit inconvénient qui reste peut s'avérer tout aussi problématique à long terme qu'un gros inconvénient. Une fois que nous avons atteint un faible niveau d'intensité du problème, il ne faut pas en rester là en limitant nos possibilités de réussite. Il faut régler tout cela en visant rien moins que la libération complète.

Pour une agoraphobie

J'ai travaillé avec une cliente agoraphobe qui ne pouvait pas entrer dans les magasins d'épicerie. Nous avons travaillé à mon bureau pour ramener la peur à zéro et ensuite nous avons pris sa voiture pour aller dans un centre commercial. En chemin, j'ai continué à vérifier comment elle se sentait et elle me disait qu'elle se sentait bien. Dans le parking du centre commercial, j'ai demandé une fois de plus comment elle se sentait.
Elle a dit encore une fois qu'elle se sentait bien. Comme je suis prudent, je l'ai à nouveau remise en cause. Elle a indiqué que la peur n'était qu'à un niveau 2 ou 3 environ sur une échelle de 10 points. Elle a estimé que c'était assez bien ... un niveau très gérable.

Je lui ai dit : "Si votre peur est à un niveau 2 ou 3 lorsque vous entrez dans les boutiques et, qu'une fois entrée il se passe quelque chose fait remonter votre peur de 5 points, par exemple, vous serez alors à un niveau 7 ou 8 - ce qui est complètement impossible à gérer. Si, part contre, vous êtes à un niveau zéro lorsque vous entrez dans les magasins et que quelque chose arrive, il est peu probable que votre peur va remonter à un tel niveau ... et si elle augmente de 5 points, alors c'est encore un niveau beaucoup plus facile à gérer, à partir duquel on peut prendre des décisions, contrairement à un niveau de 7 ou 8."

Nous sommes restés assis dans la voiture et nous avons continué à travailler sur des aspects du problème, jusqu'à ce que sa peur soit descendue au niveau zéro. Puis, la personne a été en mesure d'entrer dans la boutique toute seule. En fait, elle a passé tellement de temps là-dedans que je me suis inquiété et que je suis parti à sa recherche, pour découvrir qu'elle était en train de profiter à fond de sa libération.

Se libérer des croyances limitatives concernant la guérison

On peut avoir tendance à supposer qu'on a besoin de conserver certaines émotions intenses, pour une grande variété de raisons. Parmi les exemples typiques, il y a les sentiments de culpabilité, les peurs pour la sécurité, et le sentiment de ne pas mériter, entre autres. Par exemple, beaucoup de gens pensent qu'ils ont besoin de garder certaines de leurs peurs afin de rester en sécurité ... et que s'ils n'ont plus peur ils perdront leur capacité d'être prudents. Il s'agit là d'une fausse croyance qui peut causer des souffrances inutiles.
D'autres personnes entretiennent la croyance sous-jacente qu'ils ne méritent pas de se guérir complètement du problème sur lequel ils travaillent, ou que si cette guérison survenait, ce serait une mauvaise chose pour eux, en quelque sorte.

Pour traiter de tels blocages, il faut d'abord identifier toutes les croyances que vous avez qui peuvent vous faire sentir que vous avez besoin - ou que vous méritez - de conserver certaine partie de votre problème, ou celui-ci dans son entier. Ensuite, il faut insérer ces croyances négatives dans la phrase de départ. Par exemple:
- "Même si je crois que j'ai besoin de conserver une partie de ce problème afin de rester en sécurité, je m'accepte complètement et entièrement."
- "Même si je ne mérite pas de surmonter ce problème... Même si je ne mérite pas de guérir complètement de ce problème..."

Il y a beaucoup d'autres exemples de croyances limitatives qui peuvent être responsables de notre incapacité à obtenir un résultat plus complet. De nombreux auteurs (parmi lesquels le Dr David Lake et moi-même dans notre nouveau livre sur les thérapies énergétiques, ainsi que Fred Gallo dans son livre Psychologie de l'Energie) fournissent des exemples typiques de croyances limitatives sur lesquelles travailler.
Cependant, la manière la plus simple d'avancer est de vous demander quelles sont les raisons pour lesquelles vous ne pouvez pas dépasser complètement votre problème ... ou pourquoi ce ne serait pas "bon" pour vous, ou pas "bien", de le faire. Les réponses à ces questions révèlent habituellement vos croyances sous-jacentes et vous pouvez ensuite appliquer le processus de l'EFT sur celles-ci. Après avoir fait cela, vous pourriez constater qu'en faisant à nouveau le tapotage sur le problème en question, vous obtenez de meilleurs résultats.

Steve Wells

Quatrième partie : Pour une nouvelle vision de l'avenir

Je pense que ce n'est pas seulement pour résoudre des problèmes que nous avons commencé ce travail. Je pense plutôt que nous devons examiner ce que nous voulons réellement obtenir dans notre vie ... et ensuite regarder comment nous pouvons utiliser les techniques EFT pour nous faciliter l'accès à quelque chose de plus positif dans notre façon d'être.
Je m'intéresse au concept de changement générateur plutôt qu'au changement réparateur. Il s'agit de créer de petits changements qui se renforcent mutuellement de façon exponentielle jusqu'à ce que notre vie tout entière est soit transformée.
Je pense qu'en prenant en considération les questions qui suivent on peut se brancher sur une toute nouvelle orientation pour l'utilisation des techniques EFT:

- Qu'est-ce qu'il serait bon pour moi de créer dans ma vie ?
- Qu'est-ce qu'il serait intéressant pour moi de faire pour le reste de ma vie ?
- Qu'est-ce que j'aimerais faire ? Qu'est-ce qu'il serait amusant pour moi de faire ?
- Quel genre de personne est-ce que j'aimerais devenir en finale ?

A partir du moment où vous vous posez ces questions, il a y avoir des blocages. C'est une bonne chose et c'est l'une des raisons pour lesquelles je crois que nous avons reçu EFT ... pour nous aider à aller au-delà des points où nous sommes coincés. Si nous avons utilisé l'EFT pour résoudre certains problèmes mais que nous n'avons pas élargi nos objectifs toujours plus loin (jusqu'à ce que nous sentions une certaine résistance), je crois que nous n'avons pas vraiment tiré parti de la pleine puissance de ces techniques. Dans ce sens, EFT peut devenir un outil d'évolution personnelle en nous mettant en contact avec nos possibilités humaines et en dégageant la voie pour les atteindre. Quelle méthode utiliser pour cela ?

Une meilleure définition de son identité pour transformer sa vie

J'aime bien commencer par demander aux gens de préciser le genre de personne qu'ils aimeraient être. Si nous travaillons à transformer notre identité, nous pouvons changer notre vie tout entière. Comme le dit Zig Ziglar : "Vous n'obtiendrez jamais de résultat cohérent si vous agissez d'une manière qui est incompatible avec la façon dont vous vous définissez vous-mêmes. "
Récemment, dans une intervention en entreprise, j'ai travaillé avec une dame qui disait qu'elle n'avait pas vraiment d'objectif. Elle disait qu'elle était très satisfaite de sa vie et de sa manière d'être. Je suis toujours aux aguets pour découvrir quelqu'un que je puisse vraiment croire lorsqu'il dit cela. Je suis sûr que c'est une personne qui aura atteint une véritable victoire sur elle-même. Tant que je n'ai pas observé une totale congruence chez la personne qui fait ces déclarations, j'ai tendance à voir ses paroles comme une couverture masquant la peur et un moyen de limiter sa réflexion sur elle-même.

Nous avons examiné sa première déclaration : "Je suis juste une personne ordinaire", comme une croyance courante. Sans m'y opposer ni porter aucun jugement, je lui ai ensuite demandé de considérer la croyance inverse : "Je suis une personne extraordinaire". Je lui ai fait répéter cette deuxième phrase à haute voix: elle a senti que pour elle c'était totalement faux, et même pas souhaitable. Ensuite, je lui ai fait faire trois séquences d'EFT.

La première séquence se concentrait sur les croyances actuelles ("Même si je suis juste une personne ordinaire..."). La deuxième séquences se concentrait sur la conviction opposée ("Même si je suis une personne extraordinaire..."). Et la troisième séquence de tapotage se concentrait sur les deux croyances alternativement ("Je suis une personne ordinaire" / "Je suis une personne extraordinaire").

Après ces trois séquence, la personne a montré un visage considérablement plus épanoui. Auparavant, lorsqu'elle se décrivait comme une personne ordinaire, sa mâchoire était contractée et son visage était sombre. Elle a déclaré avec enthousiasme : "Je crois que je suis vraiment une personne extraordinaire". De plus, sa façon précédente de penser à elle-même et à sa vie ne l'intéressait plus vraiment ... c'était evenu terne et sans attrait pour elle. Sans vie. Cela ne lui semblait plus du tout vrai. Et ses objectifs avaient changé. Elle était maintenant en mesure de regarder dans des directions nouvelles, qu'auparavant elle aurait été incapable de prendre en considération ... et elle se sentait optimiste par rapport au fait de changer sa vie.

Si vous voulez vraiment changer votre vie, pensez à la façon dont vous vous définissez pour vous-même. Réfléchissez à ce que vous aimeriez être. Puis appliquez l'EFT pour les objections ("oui mais...") que vous avez intérieurement face à l'idée d'être cette nouvelle personne MAINTENANT.

Continuez jusqu'à ce que vous obteniez un véritable sentiment de cohérence ("C'est ce que tu es"). Cela déclenche habituellement est un réel sentiment d'enthousiasme et de lilbération de votre potentiel.
Ce n'est là qu'une des nombreuses façons dont nous pouvons utiliser l'EFT pour nous construire un avenir nouveau.

Steve Wells

******

mercredi 24 février 2010

EFT : quels mots utiliser ?

C'est une question souvent posée par les débutants : Quels mots utiliser ?
Comment trouver la bonne formulation pour travailler sur un problème ?

Traduction de la page en anglais :
**http://www.emofree.com/FAQ/language.htm**

Gary Craig répond :
La "recette de base" d'EFT fournit une formulation standard, tant pour la "phrase de départ" que pour les "rappels". Ceci est expliqué très clairement dans le manuel gratuit EFT.
Bien que l'emploi de cette formulation ait obtenu de nombreux résultats brillants, il existe encore des cas où il serait peut-être plus élégant de personnaliser le langage afin de l'adapter à certaines circonstances précises.
Ainsi, ceux qui ont étudié certains de mes DVD (en anglais, la série "Steps toward Becoming the Ultimate Therapist") m'ont vu faire évoluer ce langage en une forme très utile de recadrage et de reformulation. C'est pour moi le nec plus ultra de "l'art de délivrer". C'est amusant à faire, et avec un peu de pratique, chacun peut développer avec élégance sa manière personnelle d'appliquer les principes de base.
En fin de compte, vous souhaitez développer votre propre capacité à personnaliser votre intervention en fonction des circonstances. C'est très utile parce que les gens ont chacun leur manière unique de vivre les problèmes... ET ... parce que les problèmes qui assaillent les êtres humains remplissent de nombreux livres. L'acquisition de cette compétence n'est pas compliquée. Avec un peu de pratique, cela devrait devenir une seconde nature ... aussi naturelle que de faire de la bicyclette.

Les nouveaux utilisateurs d'EFT, cependant, trouvent cette personnalisation difficile et réclament des listes de phrases, des exemples de langage ou des processus décrits étape par étape pour les aider dans les premiers stades de l'apprentissage. Les deux articles ci-dessous devraient les aider.
John Freedom de l'Arizona et Carol Tuttle de l'Utah sont tous deux qualifiés pour diriger des ateliers EFT. A ce titre, ils connaissent parfaitement les besoins des débutants dans ce domaine. En conséquence, ils ont préparé les deux articles ci-dessous. John offre une méthode par laquelle on peut adapter la "phrase de départ" à chaque personne, alors que Carol donne propose des suggestions de "rappels".

Gary Craig

(PS - Pour savoir comment utiliser les "phrases de départ" et les "rappels" je suggère aux nouveaux visiteurs de ce blog de télécharger le manuel gratuit de Gary Craig. Voir colonne de droite. NDT)

Une formulation sur-mesure pour la "phrase de départ"
Par John Freedom

La "phrase de départ" est souvent sous-estimée. Beaucoup d'entre nous ont utilisé la phrase générique du manuel en la considérant comme allant de soi. Elle énonce que "Même si j'ai ce ________, je m'aime et je m'accepte profondément et complètement." Cela fonctionne la plupart du temps, mais pas toujours.
La phrase de départ est destinée à être un antidote contre l'Inversion Psychologique (ou IP). Un IP est une objection à la guérison. C'est une forme subtile d'auto-sabotage, qui comprend toute croyance ou pensée limitative entretenue par la personne, l'empêchant de guérir et de changer. Souvent, cela prend la forme d'une haine de soi implicite.

La personne peut croire, consciemment ou inconsciemment, ce qui suit : "Puisque j'ai ce problème, je suis quelqu'un de mauvais, et donc on ne peut pas m'aimer". La phrase de départ générique attaque cette possibilité de front en la reconnaissant : "Même si j'ai ce problème", et fournit l'antidote à l'inversion psychologique : "Je m'aime et je m'accepte profondément et complètement."
Mais cette phrase de départ générique pose certains problèmes. Il y a des gens qui reculent devant l'idée (ou même la possibilité) de s'accepter ou de s'aimer eux-mêmes. J'ai travaillé avec une femme atteinte du syndrôme des personnalités multiples, et elle objectait en disant: "Mais je ne me vois pas comme un "moi" (à accepter ou aimer)". Et puis pour d'autres, l'acceptation de soi n'est pas le problème, et donc cette phrase n'est pas l'antidote. Il peut y avoir d'autres formes d'IP (cachées sous la surface) qui ont besoin d'un antidote.

L'Inversion Psychologique peut prendre plusieurs formes, qui ont été répertoriées par (entre autres) Fred Gallo, David Grudermeyer et Asha Clinton. Il s'agit notamment de celles-ci :
- Capacité : "Je n'arrive pas à surmonter ce problème."
- Valeur : "Je ne mérite pas de surmonter ce problème."
- Sécurité : "Ce n'est pas sans danger pour moi de surmonter ce problème."
- Bénéfice secondaire ou risque de perte : "Je vais perdre _______, si je dépasse ce problème"
- Autorité: "Mon médecin dit que j'aurai toujours ce problème".
- Identité: "Je ne peux pas me libérer de ce problème, ce problème fait partie de ce que je suis." Etc.

J'ai récemment assisté à un séminaire de "Bénéfices Empruntés" (en anglais "Borrowed Benefits", voir les DVD pour les anglophones) dirigé par Gary Craig au mois de mai à Flagstaff (USA), et j'ai remarqué qu'il était très "souple" et créatif avec ses phrases de départ, et qu'il faisait beaucoup de recadrages et de reformulations. Dans mon propre travail, j'ai constaté que c'était plus efficace, créatif et amusant de créer mes propres phrases sur-mesure. Tout comme l'une des clés de la réussite avec EFT est de travailler "morceau par morceau" avec une très grande précision, le fait de concevoir des phrases de départ très précises améliore grandement l'efficacité de l'ensemble du traitement.
Une manière simple mais élégamment puissante de concevoir vos propres phrases de départ est d'utiliser le texte suivant comme "modèle". C'est ce que j'appelle "la phrase de départ pour les parties de soi-même", et elle est en trois parties. Comme ceci:
- "Même si une partie de moi pense que ______ ...
- "Le reste de moi-même SAIT que ______ ...
- "Et je VEUX / je CHOISIS de ______ "

A la fin de la première phrase, vous insérez la croyance limitative, l'objection à la guérison (IP). A la fin de la seconde phrase, vous insérez un FAIT VERIDIQUE POSITIF, ce attaque la croyance limitante et en est l'antidote. Qu'est-ce qui est plus puissant qu'une croyance limitative, et qui peut la neutraliser efficacement ? Un fait véridique non limitatif!
A la fin de la troisième phrase, insérez une ACTION POSITIVE que vous VOULEZ FAIRE ou que vous CHOISISSEZ DE FAIRE (suivant le modèle du Dr. Patricia Carrington). CHOISIR est un mot puissant, VOULOIR est plus doux. Mais il est important de dire que vous CHOISISSEZ de FAIRE quelque chose SEULEMENT SI vous voulez vraiment aller jusqu'au bout et LE FAIRE!

Voici un exemple. Une fois, j'ai eu une participante à un séminaire EFT qui croyait qu'elle "ne pouvait rien faire de bien". Ce n'était pas vrai, bien entendu, mais c'était sa croyance. Et SI elle ne pouvait "rien faire de bien", elle ne pouvait donc pas bien faire EFT! Cette croyance limitative allait saboter ses résultats.
Alors je lui ai construit ses phrases de départ sur mesure, comme ceci :
1 - "Même si une partie de moi pense que je ne peux rien faire de bien,
"LE RESTE DE MOI SAIT que je fais certaines choses très bien (FAIT VERIDIQUE POSITIF), et
"Je VEUX m'accepter et m'aimer (ACTION POSITIVE), que je fasse les choses bien ou non."
2 - "Même si une partie de moi pense que je ne peux rien faire de bien,
"LE RESTE DE MOI sait que j'ai tenu un poste de responsabilité à mon travail pendant de nombreuses années, et
"JE CHOISIS de me concentrer sur ce que je fais bien, plutôt que sur ce que je ne fais pas bien."
3 - "Même si une partie de moi pense que je ne peux rien faire de bien,
"LE RESTE DE MOI sait que je suis intelligente, compétente et capable, et
"Je VEUX apprendre à faire le tapotage EFT sur moi-même, et à obtenir les résultats que je désire."

Je demande à mes clients de répéter la phrase de départ trois ou quatre fois en utilisant la même Inversion Psychologique ou objection, mais avec différents "antidotes" et choix dans les phrases 2 et 3. Je trouve que ce système de phrase de départ bien conçu, suivi de séquences de tapotage, est comme un "coup double" qui aura pour effet de démonter de nombreux problèmes. En reconnaissant ouvertement, en affrontant et en désactivant l'inversion psychologique spécifique, on attaque beaucoup plus facilement le "vrai problème" par le tapotage. Souvent, le niveau d'intensité du client sur l'échelle de 0 à 10 va diminuer de 50% ou plus, simplement en utilisant cette phrase de départ toute seule.

La phrase de départ pour les parties de soi n'est qu'un exemple parmi d'autres Variations de la Phrase de Départ possibles. Amusez-vous avec librement et faites des expériences, puis faites moi savoir ce que vous avez découvert !

John Freedom, M.C., PNL.

Suggestions de "rappels"
Par Carol Tuttle :
L'un des défis les plus courants, source de frustration pour ceux qui s'essayent à utiliser la méthode EFT, est ceci : "Qu'est-ce que je suis censé dire tout en tapotant ?". Un grand nombre de mes étudiants et de mes clients m'ont confié : "Mon esprit se vide quand je commence à tapoter".
Une fois que nous avons ramené à zéro l'émotion sur un événement spécifique qui représente un problème fondamental, il est fréquent de rester collé aux mots qui représentent ce problème central, et nous nous retrouvons muets en sentant que nous interférons avec le processus d'EFT. C'est alors que nous pensons qu'il est moins efficace pour nous.

Il n'existe a pas de mots exacts, ni d'expressions ou de déclarations spécifiques pouvant s'accorder avec chacune des situations individuelles qui sont présentées. C'est pourquoi Gary pousse les étudiants de la méthode EFT à développer leur créativité dans ce domaine. Il s'agit d'un processus d'essai et d'erreur qui, une fois maîtrisé, est extrêmement productif. En attendant, cependant, il ya des thèmes communs à explorer dans la plupart des types de traumatismes, de problèmes centraux, de croyances limitatives et de dysfonctionnements.
Ce que j'ai trouvé en travaillant avec des centaines de clients, c'est qu'il existe des types de formulations standard qui peuvent être utilisées avec une variété de gens différents pour les aider à défricher leur problème plus efficacement grâce à EFT.

Par exemple, si vous vouliez éliminer un problème fondamental et un mode de comportement liés au désir de "plaire aux autres", voici une proposition de phrases concernant ce dysfonctionnement. Tout en tapotant selon la séquence des points EFT, prononcez les phrases de "rappel" suivantes (pour un travail de dégagement et de libération) :
- J'ai peur / Je me mets moi-même en travers / Je suis source de problèmes / Il faut que je fasse tout bien / Il faut que je paraisse irréprochable pour survivre / Je laisse partir tout ça ...
- Je ne suis pas bien tel que je suis / je ne suis pas aussi bon qu'un autre / je ne rentre pas dans la norme / Je ne fais pas partie de ces gens / S'ils savaient vraiment ce que je suis, ils ne m'apprécieraient pas / Je ne dois pas parler sinon tout va s'écrouler / Je ne dois pas être distrait sinon ils ne vont pas m'apprécier / Il n'y a pas de place pour quelqu'un qui n'a pas toutes les qualités / Je laisse partir tout ça ...
- J'ai peur si je suis moi-même / Ils ne vont pas m'accepter / Ils vont me rabaisser / J'ai besoin d'amour alors pour en avoir je fais tout ce que les autres veulent / Je suis en colère / Je ne suis jamais assez bien / Je modifie ma vérité pour me couler dans leur moule / Je nie ma vérité pour obtenir ce dont j'ai besoin / Ils m'ont laissé tomber / Je suis déçu / J'attends des autres qu'ils me disent que je suis bien / Je n'ai pas confiance en moi-même / Si quelqu'un d'autre est malheureux ce ne peut être que de ma faute / Je laisse partir toutes ces distorsions ...
- J'attends des autres qu'ils me donnent ma valeur / Pour que mes besoins soient satisfaits, je dois faire changer les autres / Je dois gravir des montagnes pour être aimé / J'ai peur de me tromper / J'ai peur d'avoir tort / Je laisse partir toutes ces distorsions ...

Après avoir fait le travail d'EFT sur ces suggestions de croyances limitatives et de problèmes fondamentaux, vous pouvez recommencer le tapotage avec les "rappels" de recadrage suivants :
- Je suis très bien comme je le suis
- Je connais ma propre valeur
- J'affirme la vérité en toutes circonstances
- Je suis digne d'amour
- Je suis en accord avec moi-même et je me sens bien
- Je suis digne d'amour
- Je suis prêt à accueillir ma nouvelle liberté et ma joie
- Je suis fidèle à moi-même
- Je prends soin de moi
- Je mets fin aux relations qui ne sont pas saines pour moi
- Je suis la seule personne que je peux faire changer
- Je vis ma vie pleinement
- Je suis très demandé
- J'affirme ma vérité
- Je suis moi-même et j'aime ça
J'utilise un livre d'affirmations positives que je trouve extrêmement utile dans ma pratique et j'encourage mes clients à s'y référer comme support tout en utilisant EFT entre les séances pour effacer leurs blocages et leurs distorsions.
Les phrases proposées sont aussi une aide précieuse pour obtenir que la personne s'ouvre, afin que d'autres problèmes cachés et d'autres croyances puissent émerger avec plus de spontanéité et de facilité.

Carol Tuttle
*******

mardi 23 février 2010

EFT : et si le praticien ne croyait pas en ce qu'il fait, est-ce que ça "marcherait" quand même ?

Une étrange question posée dans les FAQ du site EFT : Et si le praticien ne croyait pas en ce qu'il fait ?

Est-il important de savoir si le praticien EFT est sceptique ?

Traduction de la page en anglais :
**http://www.emofree.com/FAQ/doesit.htm**

[Personnellement, il me semble que si quelqu'un est sceptique vis-à-vis de la méthode EFT, il ne va pas l'utiliser tout simplement. Par exemple, si j'étais sceptique, je ne passerais pas des heures à faire des traductions pour les mettre gratuitement sur un blog. Je le fais parce que je crois que ça peut vraiment aider les gens, et que j'ai moi-même obtenu des résultats concluants.]

Néansmoins, Gary Craig répond sur la question du scepticisme du praticien EFT:
"Cela importe parfois. Laissez-moi vous expliquer.
"Au début des années 1990, à l'époque où je commençais a mettre en place ces procédures, à peu près tout le monde était sceptique, aussi bien les praticiens que les clients. Les gens ouvraient des yeux ronds, faisaient des commentaires désobligeants, parlaient derrière notre dos, etc. Néanmoins, nos résultats étaient remarquables. Les maux de tête disparaissaient, les traumatismes s'amenuisaient, les phobies n'étaient plus là soudain, et ainsi de suite. Tout n'était pas parfait, bien sûr. Nous n'obtenions pas 100% de réussite (et nous ne l'obtenons pas encore). Mais des progrès précis étaient faits en dépit du scepticisme ouvert (et parfois de l'hostilité) des participants.

"Mais cela ne signifie pas que le degré de scepticisme du praticien ne puisse pas être un obstacle. En effet, dans les cas difficiles, le scepticisme peut être un véritable fardeau.
"Récemment, "Jim" (un thérapeute) m'a appelé et m'a dit: "Gary, il semble que je ne puisse pas obtenir les mêmes résultats que vous, avec le même pourcentage de réussite. Je suis un sceptique par nature - toujours à la recherche de ce qui cloche - et vous êtes beaucoup plus optimiste. Est-il possible que vous obteniez des résultats parce que vous voulez voir ces résultats - même s'ils ne sont pas vraiment là?"

"Bien sûr, cela est possible! L'enthousiasme de la personne peut certainement colorer ce qu'elle voit et peut même convaincre les clients de "marcher dans la combine" et de rendre compte de résultats qui ne sont pas vraiment là. Je soupçonne que cela puisse se produire dans toutes les versions de ces procédures énergétiques.
"Selon mon expérience, néanmoins, l'enthousiasme et l'optimisme béats ont tendance à avoir cours pendant les premiers stades. Après cela, chacun se retrouve face à la "réalité". Même si je reconnais que j'ai certainement une personnalité enthousiaste, je crois que mon optimisme initial pour EFT s'est adouci au fil du temps et est devenu ce que j'appelle la congruence.

"La congruence reflète l'expérience. C'est une forme d'optimisme arrivé à maturité. Cela se produit quand vous avez un profond sentiment de confiance en vous-même et de compréhension de la manière dont ces procédures fonctionnent - concernant ce qu'elles peuvent faire et ce qu'elles ne peuvent pas faire. Lorsque des praticiens EFT congruents rencontrent une difficulté avec un client, ils se disent : "Hum! Qu'est-ce qui semble bloquer le passage ici?" et ils cherchent d'autres manières d'aborder le problème. Ils insistent. Ils recherchent des aspects nouveaux. Ils traquent des noeuds essentiels. En conséquence, ils sont beaucoup plus capables d'obtenir des progrès avec les clients que les sceptiques qui abandonnent trop tôt en disant : «Vous voyez! Encore une fois, ça ne marche pas."

"Ainsi, est-ce qu'il importe de savoir si le praticien EFT est sceptique ou non ? Dans les cas les plus simples, probablement pas. Mais dans les cas difficiles, le scepticisme (ou plutôt, le manque de congruence) peut provoquer un échec apparent là où un progrès aurait été possible."

Gary Craig

***

EFT : pourquoi utiliser des formulations négatives ?

Réponse à une question qu'on nous pose souvent

La méthode Coué a été inventée en France. Il existe de nombreuses techniques qui en découlent et qui utilisent des affirmations positives pour contrer toutes sortes de problèmes, de la dépression aux mauvaises habitudes.

Voici un extrait des FAQ du site EFT, traduit de l'anglais :
http://www.emofree.com/FAQ/affirmations.htm

"Je suis habitué à utiliser des affirmations positive. Pourquoi est-ce que le langage EFT met l'accent sur les aspects négatifs? Puis-je utiliser des déclarations positives à la place?"

Gary Craig répond :

Je sais que cela prête à confusion. Les affirmations, dans le sens classique du terme, sont conçues pour vous conduire dans des directions positives. Ainsi, leur formulation est toujours de nature à vous pousser en avant : "Allez-y, vous pouvez tout faire". -(Pour une discussion unique sur les affirmations voir la série DVD "Le Palais des Possibilités" pour ceux qui peuvent suivre une vidéo en anglais).

EFT, en revanche, n'est pas conçu pour vous emmener dans des directions positives. Au contraire, son but est d'éliminer le négatif et d'ouvrir ainsi la voie pour le positif. C'est un objectif très différent.
L'un des éléments déterminants de l'efficacité d'EFT est que l'on doit "se brancher" sur le problème. Sinon, l'effet de rééquilibration de l'énergie du tapotage pour ce problème sera de peu d'utilité, et d'une valeur limitée. Par exemple, essayez de soulager des souvenirs traumatiques de guerre avec l'EFT alors que le client se concentre sur Disneyland, le sexe ou le fonctionnement interne d'un ordinateur. Les perturbations de l'énergie ne vont pas être présentes et le problème ne pourra pas être abordé.

Le langage de la "phrase de départ" d'EFT (appelée aussi "affirmation / mauvais choix") est nécessairement axé sur ce qui ne va pas. Cette "phrase de départ" est comme une quille placée dans un jeu de bowling pour que la boule EFT (autrement dit, le reste du processus) puisse l'abattre.

Fait intéressant, certains praticiens rapportent qu'ils ont obtenu de bons résultats en installant la "phrase de départ" dans le positif. Ils avaient pu dire au phobique des araignées quelque chose comme "Même si j'adore les araignées...." Toutefois, même si le langage est orienté positivement, quelqu'un qui a une véritable phobie des araignées va avoir un langage intérieur concentré sur ces "horribles bestioles grouillantes". Dans ce cas, le client se concentre toujours sur le problème, malgré le langage à effet contraire.

Espérant vous avoir aidé,

Gary Craig

****

Apprenez l'EFT en téléchargeant le manuel gratuit et en lisant mes posts "EFT c'est quoi" et "EFT comment".

****** *

Retour au Message du Jour ACCUEIL
* ***

lundi 22 février 2010

EFT TUTORIEL : Lorsque le client se sent "plus mal" après une séance

Qu'est-ce que cela veut dire lorsque la personne "se sent plus mal" après une séance EFT ?
Un extrait du didacticiel du site EFT

Traduction de la page en anglais dans le site de Gary Craig :
**http://www.emofree.com/tutorial/tutorheight.htm**

Gary Craig écrit :
"En général, les clients éprouvent des effets positifs grâce à la méthode EFT. De temps en temps, cependant, un client affirme "se sentir plus mal." Étant donné que dans la majorité des cas EFT les gens se sentent mieux, peut-on vraiment dire que ces clients se "sentent plus mal" ou bien qu'il y a autre chose qui se passe ?
Ce tutoriel explore cette question en examinant un cas réel qui a été rapporté dans notre "newsletter". Le fait de se "sentir plus mal" met souvent en évidence une occasion d'atteindre une guérison plus profonde."

Extrait de la newsletter EFT :
"Glenn Turner décrit ici un cas où un client semble d'abord faire des progrès de qualité, mais, plus tard, affirme qu'il se "sent plus mal". Cela n'arrive pas très souvent mais, quand cela arrive, c'est souvent mal compris. Cela semble être un problème, alors qu'en réalité c'est une occasion merveilleuse de guérison, pour le client comme pour le praticien. Lire la suite.
"P.S. Bien que cette "impression d'aller plus mal" s'applique ici à des problèmes émotionnels, les mêmes concepts s'appliquent aux problèmes physiques."

Glenn Turner écrit :
Je viens d'avoir une expérience avec un vieil ami de la famille, sur laquelle je souhaiterais obtenir un feedback. Ce monsieur est venue me voir la semaine dernière, souffrant d'anxiété extrême concernant une quantité de choses, trop nombreuses pour qu'il puisse savoir par où commencer. A la fin, il a dit qu'il se "sentait plus mal".

REPONSE DE GARY CRAIG :
Voilà votre premier indice quant aux raisons pour lesquelles votre ami finalement "s'est senti plus mal". Il est venu à vous "souffrant d'anxiété extrême concernant une quantité de choses, trop nombreuses pour qu'il puisse savoir par où commencer" : Il arrive à votre porte avec toute une "forêt d'arbres négatifs". De façon typique, ces arbres ont des racines graves, nourries par beaucoup de peur sous-tendue par des traumatismes et de la culpabilité. Vous ne pourrez pas les résoudre en une seule séance. Il est fort probable, cependant, que vous pourrez résoudre certains problèmes de surface, permettant ainsi à des problèmes plus importants de se mettre à bouillonner pour émerger.

GLENN poursuit :
J'ai fait quelques séquences de tapotage d'une manière très générale, dont une en particulier pour "Ce poids si lourd", et il est ensuite parti en se sentant beaucoup mieux. Il a bien mangé ce soir-là pour la première fois depuis un bon moment. Il mangeait relativement peu en raison de son anxiété et des sensations profondes (au niveau des intestins) qui y étaient associées. Il a donc pensé que c'était un miracle et, franchement, j'étais d'accord.

REPONSE DE GARY CRAIG :
Cela arrive souvent avec l'anxiété généralisée. Après quelques séquences d'EFT, les problèmes immédiats disparaissent. Cela semble souvent miraculeux. Quelqu'un arrive, tout bouleversé, et, en très peu de temps, cette personne est calme et vaque à ses affaires.
Si le bouleversement réapparaît (ce qui est très probable dans un cas d'anxiété généralisée), ce n'est pas parce que EFT "ne fonctionne pas" ou est la cause du fait de se sentir plus mal. Au contraire, c'est parce que EFT a supprimé certains problèmes de surface, permettant ainsi à des questions plus fondamentales de sortir de leur cachette. Le véritable coupable (qui était déjà là depuis le début) est maintenant en tête de liste et au centre des préoccupations. Ce n'est pas un problème, c'est une occasion magnifique ! Enfin, le vrai problème se montre, réclamant sa solution avec EFT. À ce moment, il est facile (pour le client et pour le praticien inexpérimenté) de faire marche arrière et de mal interpréter ce qui se passe. Par contre, le praticien EFT chevronné jubile parce que le "plus gros problème" est maintenant à découvert.

GLENN poursuit :
Cependant, quelques jours plus tard, il m'appelle, très agité, disant qu'il a besoin de me revoir. Je le rencontre et il me semble aller beaucoup plus mal. Le tapotage semble faire empirer les choses. Je m'interroge, mais ce que je ressens, c'est le fait qu'il est en train de supprimer (probablement) un événement très réel, à cause duquel il risquerait de perdre, en termes financiers, tout ce pour quoi il a travaillé si dur. Et je ne pense pas qu'il ait remarqué cette réalité avant que certains de ses autres "arbres" émotionnels aient été abattus. Il était très bouleversé quand cette idée l'a frappé et j'ai fait le tapotage sur ce sujet pendant un temps assez long.

REPONSE DE GARY CRAIG :
Puisque vous vous interrogiez, nous ne savons pas vraiment où ses pensées l'emmenaient. Toutefois, votre idée selon laquelle il ne voyait pas le plus gros problème tant que d'autres arbres n'avaient pas été abattus est très cohérente dans ce genre de cas. La "vérité" reste cachée sous toutes sortes de problèmes "protecteurs" et de rationalisations diverses. C'est en appliquant EFT à ces problèmes-écrans que l'on peut finalement faire face à un problème fondamental qui a des répercussions négatives sur la vie du client. Votre exemple n'apporte pas une réponse à la question de savoir ce qu'est ce problème, mais avec un peu d'art et un travail de détective, on peut le découvrir en temps voulu.
Je me souviens d'un client qui est venu à moi il ya quelques années, bouleversé au sujet d'une dispute qu'il venait d'avoir avec sa petite amie. C'était une dispute simple, une colère qu'on peut généralement résoudre avec quelques séquences de tapotage EFT. Néanmoins, la colère n'a pas bougé et le client a indiqué qu'il "se sentait plus mal". Pourquoi? Nous avons finalement découvert qu'il était "branché" sur un événement dans lequel sa mère l'avait rabaissé en criant après lui. Le vrai problème était sa mère, pas sa petite amie. La dispute avec la petite amie avait tout simplement déclenché le vrai problème et il s'était "senti plus mal" jusqu'à ce que nous ayons résolu le problème avec la mère (un effort demandant plusieurs séances, d'ailleurs, parce qu'il y avait de nombreux aspects à traiter).

GLENN poursuit :
J'ai laissé les choses en l'état, tandis qu'il ne se sentait pas très bien mais qu'il souriait en disant que c'était peut-être pour le mieux.

REPONSE DE GARY CRAIG :
Peut-être avez-vous mis à jour un problème fondamental et que vous l'avez résolu. Vous ne le saurez pas, bien entendu, jusqu'à ce que vous revoyiez ce client pour évaluer son anxiété. S'il ne revient pas pour vous parler de son anxiété, il y a de grandes chances qu'il ne considère pas que les problèmes que vous avez déjà traités en sont la cause. Il apportera de nouveaux problèmes (aspects). C'est très typique des cas de ce genre et, bien sûr, c'est la preuve lumineuse du fait que la méthode EFT marche bien.
Souvent, cependant, le client ne reconnaîtra pas ses progrès, parce qu'il se sentira toujours anxieux. Pour ce type de client, le problème est l'anxiété généralisée et non pas les différentes parties qui la composent. Je suggère que les praticiens utilisent comme routine, pour ces types de problèmes, le fait de rappeler systématiquement au client la longue chaîne d'événements que vous avez déjà résolus avec lui grâce à EFT tout au long du travail sur l'anxiété en général. Cela aide énormément pour obtenir la coopération du client.

GLENN poursuit :
Il m'a fallu un certain temps pour arriver à ce point de mon récit, mais ma question est la suivante : en ce qui concerne l'anxiété pour des choses qui risquent de provoquer un grand changement dans le futur et qui menacent la vie même, et dont on est certain qu'elles vont arriver, est-il préférable de "maintenir le couvercle" sur ces problèmes plutôt que de les faire surgir en plein visage du client alors qu'il n'y est pas préparé ? (et franchement, je n'étais moi-même pas préparée pour cela). Une partie de moi sent qu'il vaut mieux savoir dans quel obstacle on est en train de foncer tête baissée, et de traiter les émotions et sentiments qui surgissent de cette certitude. Mais une autre partie de moi, après l'épisode ci-dessus, se demande si c'est vraiment bon. Je suis désolée de cette diversion, mais toute aide serait acceptée avec gratitude.

REPONSE DE GARY CRAIG :
Je suppose qu'il ya certaines situations dans lesquelles "le mieux est l'ennemi du bien", et que nous devrions permettre à notre client de faire l'autruche et de ne pas affronter la vérité. Je vais laisser ce jugement aux personnes impliquées. Toutefois, je me lance rarement dans des situations dans lesquelles je suis prêt à faire volte-face ou à regarder ailleurs.
Comme je l'ai dit plus haut, je considère le type de situation décrit ici comme une excellente occasion de progrès :
(1) pour que le client se débarrasse définitivement de ses plus grandes limitations et
(2) pour que le praticien développe ses compétences et s'aventure sur des terrains où il n'a pas encore été. La vérité est la vérité. Elle aura son effet, que nous le voulions ou non. La nuit vient à son heure même si nous n'en voulons pas. Il en va de même pour la pluie, le vent, la mort et les impôts. Ce sont là des formes de la réalité - de la vérité, si vous voulez. On peut essayer de les repousser à plus tard ou de les ignorer, mais on ne les changera pas.

GLENN : Portez-vous bien.

Glenn Turner

***

vendredi 19 février 2010

EFT comment aider un client qui "ne ressent rien" ?

Encore une conséquence de trauma : l'absence d'émotion. Une FAQ du site emofree.com
Note: Pour plus d'info sur ce sujet, voir mon post suivant : "Découvrir les problèmes cachés".

Gary Craig écrit :
"Voici une idée utile pour les clients qui se sont eux-mêmes tellement protégés contre leur passé traumatique qu'ils ont "pas de ressenti" à propos de leurs événements passés. Ils peuvent s'en souvenir, bien sûr, parfois dans tous les détails. Mais ils sont assis là en face du praticien qu'ils sont venus consulter, sans aucune intensité d'émotion, et ne font que débiter des mots comme une routine. Ils ont branché le pilote automatique. Pas de sentiments, pas d'émotions.
"Dans ce genre de cas, il semble impossible de prendre des repères pour pouvoir mesurer les progrès avec l'EFT. Si le travail commence avec un œil morne à zéro émotion et se termine avec un œil morne à zéro émotion, comment savez-vous si vous avez fait des progrès?
"Il ya une autre manière de faire.

"Avec EFT on n'est pas obligé de travailler avec une intensité d'émotion mesurable AVANT de commencer. L'EFT peut encore faire son travail, même dans de telles circonstances trop calmes. Rappelez-vous, l'idée sous-jacente est que le client soit "branché" sur son problème tout en s'occupant d'un déséquilibre ou d'un dérangement de l'énergie. le fait de se brancher sur son problème ne réclame pas forcément d'éprouver une intensité émotionnelle. Cela demande seulement de la sensibilisation.
Donc, essayez ce qui suit...
"Demandez au client, "Quel est le souvenir que vous préféreriez ne pas avoir ?"

"Bien qu'un client de ce genre n'ait aucune intensité émotionnelle, il est presque toujours en mesure de choisir un souvenir désagréable. Alors, isolez ce souvenir spécifique et tapotez sur tous ses éléments. Déterrez tous les aspects que vous pouvez trouver et ensuite utilisez votre intuition pour en trouver encore plus. Faites de nombreuses séquences de tapotage sur la série de points d'acupressure. Faites la recette de base en entier au lieu de la recette courte. N'oubliez pas la gamme des 9 actions et la respiration claviculaire (voir le manuel gratuit pour la description de cet exercice). Travaillez sur tout ce qui peut sortir. Cela doit vous prendre au moins 15 à 20 minutes pour le faire à fond.
"Au cours de ce processus, le client peut vous donner des indices que des progrès sont en cours. Un indice principal est le fait qu'il change de sujet ou passe à un autre souvenir. C'est la preuve que vous avez contribué à résoudre le problème lié au souvenir d'origine.
"La véritable preuve, toutefois, sera donnée quand le client reviendra vous voir. Demandez-lui encore:
"Quel est le souvenir que vous préféreriez ne pas avoir ?" et écoutez sa réponse.
Je vous parie une semaine à Paris qu'un souvenir différent va être apporté cette fois-ci - c'est la preuve que vous avez amoindri ou supprimé l'impact du premier souvenir. Faites le tapotage à fond sur le nouveau souvenir.

"A la troisième séance où le client revient, posez encore la même question. Tapotez sur les nouveaux souvenirs comme ils viennent, et il y a de grandes chances que vous soyez en train de faire s'effondrer, une par une, les raisons pour lesquelles le client s'est ainsi protégé. Peu à peu, vous le débarrassez de son fardeau émotionnel afin qu'il commence à avoir des sentiments et des émotions et à se comporter plus normalement.
"Cherchez une augmentation des sourires, un rebond dans la démarche du client. Un changement dans son vocabulaire, qui passe du négatif au positif. Soyez sûr de ne pas vous donner trop d'importance, malgré tout. Nous ne voulons pas d'une planète pleine de praticiens soignants auto-satisfaits et fiers d'eux-mêmes... Quoique..."

Gary Craig
****

EFT Découvrir le fond du problème

FAQ : Comment atteindre les problèmes de base lorsque la personne elle-même les ignore ?
Une liste de questions utiles qu'on peut éventuellement se poser à soi-même.

Gary Craig écrit :
"Voici une question que j'ai reçue d'un thérapeute australien (noms supprimés sur demande). Il me demande comment trouver le moyen de résoudre des problèmes de son client qui lui semblent "cachés", à la fois à lui-même et au client. Je vous propose ensuite plusieurs idées et méthodes que vous pourriez trouver utiles.
"P.S. On peut approfondir ce sujet avec une autre question des FAQ du site EFT : "Comment aider un client qui ne ressent rien?"
Gary Craig

QUESTION DU PRATICIEN :
"Je suis consulté par un homme qui a un cancer. Ce cancer est d'un genre qui ne peut pas être traité par la chimiothérapie ni par la radiothérapie. Il est venu vers moi car il pense (espère) que les techniques de psychologie énergétique pourraient l'aider.
"Il a aussi entendu dire que la plupart des cancers sont causés par un traumatisme. Le "problème" c'est qu'il ne se souvient pas avoir eu de traumatisme, et qu'il n'arrive même pas à ressentir la moindre inquiétude ou anxiété concernant sa maladie.

"J'ai utilisé l'EFT aver la recette de base sur ces phrases :
- "Même si j'ai ce cancer ..." (Je sais que c'est une déclaration très globale...)
- "Même si j'ai ce bas niveau d'énergie"...
"Et j'ai aussi "forcé" pour trouver quelques expériences anciennes dont il pourrait se souvenir et qui auraient été mauvaises pour lui.
- "Même si mon fils a commencé à fumer ..."
- "Même si j'ai été consigné parce que j'ai fait enlever à la fille tous ses vêtements quand nous avons joué au docteur..."

"J'ai utilisé des techniques de brainstorming sur le thème "cancer" - par exemple, peur de la généralisation, peur du cancer dans tel ou tel organe, peur de mourir, peur de faire de la peine aux autres, etc Mais je n'ai été capable de trouver aucun aspect qui puisse obtenir un certain niveau d'intensité sur l'échelle de 0 à 10.
"Ainsi les véritables problèmes ici semblent cachés et je n'ai aucune idée si je suis sur la bonne voie ou pas. Pourriez-vous s'il vous plaît me donner quelques conseils?"

REPONSE DE GARY CRAIG :
Qui sait si nous sommes toujours sur la bonne voie ? Parfois, nous devons revenir sans cesse sur un même problème à partir d'approches différentes avant d'atteindre un certain succès.
Selon ma propre vision non-médicale, la plupart de nos maux sont des manifestations de problèmes émotionnels non résolus (et pas seulement suite à des traumatismes, comme votre client le suppose). Ceci s'applique aussi au cancer et à la plupart des autres maladies dégénératives.
Mais rappelez-vous, c'est ma propre vision non-médicale. Elle m'est venue en observant la disparition des symptômes physiques lorsque nous résolvons les culpabilités, les peurs, les colères, les traumatismes etc., qui s'accumulent au fil d'une vie. Il peut y avoir d'autres causes, bien sûr, mais c'est tellement souvent qu'on obtient des résultats partiels ou complets en suivant la piste des émotions que, pour moi, les praticiens devraient mettre toutes ces sources émotionnelles sur le dessus de leur "pile de causes".

Votre client n'arrive pas à trouver quelque chose qui évoque de l'intensité émotionnelle. Peut-être a-t-il mené une vie limpide et protégée, mais c'est peu probable. Le simple fait qu'il a le cancer est la preuve, au moins pour moi, que quelque chose d'important est en suspens.
Il se peut qu'il réprime quelque chose, ou qu'il soit tellement habitués à vivre avec certains états émotionnels qu'il pense qu'ils sont normaux (et donc qu'ils ne valent pas la peine d'être traités). À moins que ces choses soient explorées avec le client, elles passent inaperçues et continuent à lui limiter la vie. Voici quelques exemples de ce type de problèmes :

* Un sentiment de ne pas être au niveau parce qu'il n'a jamais correspondu, selon lui, aux attentes de ses parents ou de la société envers lui. Cela peut être un gros problème sous-jacent que le client souvent ignore.
* Une peur "oubliée" qui a été installée dans l'enfance et s'est reportée sur le système de croyance de l'adulte. Cela pourrait être quelque chose d'aussi simple qu'un film d'horreur à la télévision. Dracula ou Frankenstein, par exemple, peuvent se généraliser en ceci : "Vous ne pouvez jamais savoir qui sont réellement les gens. Personne ne peut faire confiance à qui que ce soit." Je sais que ce n'est pas logique, mais les gens ont tendance à ne pas réagir en fonction de la logique. Ils répondent émotionnellement, en général, aussi irrationnel que cela puisse être.
*** Cette catégorie peut également inclure une longue liste de problèmes émotionnels que le client a mis en veilleuse à cause de sa conviction que rien ne peut être fait à ce sujet de toute façon.

D'autres possibilités incluent (1) une culpabilité profondément installée à cause de quelque chose qu'il a fait (ou n'a pas fait) et il ne veut tout simplement pas à en discuter ni regarder cela en face ; et (2) votre client pense qu'il a "péché" et ainsi, en fonction de ses convictions religieuses, Dieu le poursuit pour le punir. Ces deux causes peuvent être difficiles à déceler car elles paraissent tellement normale pour le client. Cette "histoire de Dieu" sous-tend beaucoup plus de problèmes que nous le pensons. Dans bien des cas, c'est un problème central dont on ne discute pas.
"Pour atteindre ces "problèmes cachés" il faut souvent avoir de l'expérience et utiliser des approches de l'ordre du grand art. En plus de compter sur mon intuition, je trouve les questions suivantes tout à fait appropriées pour mettre à jour les problèmes cachés ou sous-jacents :
- "Si vous pouviez recommencer votre vie à zéro, quelle personne ou quel événement voudriez-vous éviter ou supprimer ?"
- "À quand remonte la dernière fois que vous avez pleuré, et pourquoi ?"
- "Qui ou quoi vous met en colère, et pourquoi ?"
- "Quel est votre plus grande tristesse, ou votre plus grand regret ?"
- "Qu'est-ce qui vous manque pour que votre vie soit parfaite ?"
- "Nommez trois peurs que vous aimeriez ne pas avoir"
- "Irez-vous au ciel?"
- "Quelle est la chose que vous voudriez n'avoir jamais faite ?"

Ces questions nous emmènent souvent sur des pistes utiles vers les problèmes fondamentaux sous-jacents. Parfois, les réponses font porter la culpabilité sur quelque chose ou quelqu'un en dehors du client, par exemple : "Joe s'est moqué de moi." Toutefois, de telles réactions sont habituellement la projection extérieure d'un état intérieur et c'est cet état intérieur qui doit être traité. Dans mon exemple, Joe a probablement déclenché un souvenir d'événement passé chez le client, et c'est souvent cet événement du passé qui détient la clé d'une guérison importante. Un bon travail de détective permettra de le retrouver. J'espère vous avoir aidé."

Gary Craig

****

lundi 15 février 2010

EFT TUTORIEL : Technique du Traumatisme Sans Larmes

Description de la technique du TRAUMA SANS LARMES par Gary Craig dans son didacticiel du site emofree.com


Traduction de la page du site EFT :
**http://www.emofree.com/tutorial/tutorqseventeen.htm**

Note: Depuis que nous avons introduit cette technique pour le grand public, elle a été utilisée avec succès par de nombreux professionnels. Toutefois, le terme "sans larmes" ne signifie pas que le client ne va jamais pleurer ni ressentir de l'inconfort. En effet, certaines personnes réagissent par des larmes ou tout autre forme de détresse à la simple mention de leur problème. Ainsi, il faut considérer cette technique du TRAUMATISME SANS LARMES comme une méthode permettant de grandement atténuer ou éliminer la détresse.

"La technique du "Traumatisme Sans Larmes" a été développée dans un groupe avec des résultats impressionnants et, bien qu'elle continue à être efficace pour les groupes, elle est présentée ici comme une alternative pour minimiser la douleur lors de séances individuelles.
"En voici les étapes:

"- 1. Demandez au client d'identifier un incident traumatisant précis de son passé. Dites-lui qu'il faut ce soit quelque chose qui s'est passé il ya au moins 3 ans, pour minimiser les complications de la dynamique d'un événement en cours. Un exemple pourrait être : "le coup de poing que mon père m'a donné quand j'avais 12 ans." En revanche, la phrase: "mon père m'a maltraité" serait trop large parce qu'il ya des chances que l'abus ait eu lieu plusieurs fois, en de nombreux incidents. Notez que vous pouvez avoir besoin d'avertir le client qu'il doit rester sur son problème d'origine, car beaucoup d'entre eux vont se déplacer vers d'autres problèmes au fur et à mesure où ils auront résolu le premier.

"- 2. Demandez au client de DEVINER quelle serait son intensité émotionnelle (sur une échelle de 0 à 10) s'il commençait à imaginer vivement l'incident, et notez cette évaluation. Dites-lui de ne pas imaginer l'événement (bien que certains ferment les yeux et le font quand même). Cette estimation est extrêmement utile, et sert à minimiser la souffrance émotionnelle.

"- 3. Demandez au client de créer une "phrase de rappel" à utiliser pour le processus d'EFT, par exemple "cette émotion-coup-de-poing de papa", et faites ensuite une séquence de tapotage avec ce rappel.

"- 4. Après ce cycle de tapotage, demandez-lui de DEVINER à nouveau quelle serait l'émotion s'il se mettait à imaginer à l'incident, et comparez cette nouvelle évaluation à la précédente. En général, le chiffre est moins élevé.

"- 5. Refaites des séquences de tapotage et à chaque fois vérifiez en faisant DEVINER la nouvelle intensité. D'après mon expérience, un total de 3 ou 4 séquences amène presque tous les clients à DEVINER un niveau entre 0 et 3.

"- 6. Dès que le client est descendu à une estimation faible et acceptable, effectuez nouvelle séquence d'EFT, puis demandez-lui maintenant d'imaginer vivement l'incident. Notez que c'est la première fois que vous lui demandez de le faire. Toutes les fois précédentes ont été des estimations DEVINEES relativement indolores. D'après mon expérience, preque tout le monde descend à zéro. Si ce n'est pas le cas, poursuivez avec la Technique du Film (voir mes autres posts) ou avec la Technique de Raconter l'Histoire afin de traiter les aspects qui restent.

"J'encourage tous ceux qui travaillent dans le domaine des traumatismes à essayer cette formule. Essayez-la avec des groupes. Essayez-la en séance individuelle. Essayez-la sur des anciens combattants, sur des victimes de viol et des victimes de tortures. Essayez-la chaque fois que des traumatismes sont impliqués, en particulier avec des personnes qui ont peur de l'intensité d'émotion qu'elles ressentiraient si elles en parlaient ou si elles "entraient" dans leur événement.
"Les thérapies basées sur l'énergie sont très impressionnantes par le fait qu'elles permettent de gérer des émotions négatives. Ceci est parfaitement clair pour tous les praticiens utilisant ces procédures. Je pense que la technique ci-dessus, bien maîtrisée, ajoute un élément utile à "l'art de délivrer".

"Pour ceux qui voudraient utiliser cette technique avec des groupes, voici quelques détails. Dans l'un des groupes, il y a eu 25 participants qui ont identifié un incident traumatique pour lequel ils demandaient de l'aide. Environ 80% d'entre eux ont estimé leur intensité initiale entre 8 et 10 et, en moins de 20 minutes, vingt d'entre eux sont descendus à zéro, trois à 1, un à 2 et un à 3.
"Et rappelez-vous, j'ai fait ceci dans un lieu public avec 25 personnes à la fois (cela pourrait être fait pour plus de 100 personnes tout aussi facilement) et je ne connaissais aucun détail des incidents sur lesquels les gens travaillaient (sauf dans le cas de la dame qui allée a 3). Pendant la pause, j'ai travaillé avec cette dame qui est allée à 3 (à partir d'un niveau original de 10, d'ailleurs) pendant environ 5 minutes et je l'ai amenée encore plus bas.

"Il y a eu peu ou pas de douleur émotionnelle évidente dans cette séance. C'est pourquoi je me réfère à cette technique en l'appelant "le Traumatisme Sans Larmes". Je sais que le fait de réduire la douleur émotionnelle est critiqué par certains membres de la communauté des professionnels de la santé mentale. Dans mon expérience, cependant, je ne vois pas pourquoi la douleur serait vraiment nécessaire (mais je serais favorable à l'instauration d'un débat sur ce sujet). Je dis cela parce que je me suis occupé d'une quantité énorme d'incidents traumatiques (certains d'entre eux très graves) et, après la guérison, les clients n'ont simplement plus du tout envie de passer du temps à ressasser leurs événements du passé.
"Au contraire, il ya un changement cognitif visible et évident qui se manifeste dans la façon dont ils parlent de l'incident qui les dérangeait. Il semble que les clients en aient terminé avec le problème parce que la résolution qui est si appréciée par des praticiens de techniques plus intenses semble se produire, dans la séance d'EFT, avec une douleur minime. Pour moi, c'est si fondamental que je suis tenté de renommer le processus "la Paix Sans Douleur". Tant que j'obtiens la résolution sans la douleur, je ne vois pas la nécessité de la douleur. Encore une fois, je demande à quiconque de me prouver le contraire. Nous sommes dans la recherche de la vérité ici, pas dans une question de territoire.

Paix à vous,"
Gary Craig (USA)
***

Steve Wells : rapport sur la Technique du Traumatisme Sans Larmes

"Hello Gary
"Je viens de passer ce week-end à diriger un séminaire de développement personnel intégrant l'EFT ainsi que d'autres techniques de thérapie énergétique. J'ai testé la Technique du Trauma Sans Larmes et cela a fonctionné exactement comme vous l'avez décrit.
"16 personnes étaient présentes et toutes s'évaluaient à 8, 9 ou 10 en devinant l'intensité de leur traumatisme au départ. Après 4 séquences de tapotage, lorsqu'on leur a demandé d'imaginer l'incident traumatique d'une façon vivante, 11 étaient à zéro ou proche de zéro. Les autres étaient tous à 4 ou 5, et deux séquences supplémentaires ont suffi pour régler cela. Pendant la pause, j'ai proposé d'aider une femme dont le niveau d'intensité était resté à 4, mais elle m'a dit qu'elle avait réellement vu comment elle pouvait aller au-delà par elle-même, et qu'elle voulait le faire parce qu'elle se sentait surpotentialisée par la technique.

"La plupart des participants étaient absolument stupéfaits quand ils ont essayé d'accéder de nouveau à leurs émotions négatives et qu'ils ont vu qu'ils ne pouvaient pas. Le résultat le plus remarquable cependant a été atteint par un monsieur qui a mentionné que presque toute sa vie il avait ressenti une incroyable sensation de tristesse au sujet de son père; cette sensation avait tout à fait disparu et maintenant il éprouvait un sentiment de grande paix. Vous auriez dû voir comme son visage était illuminé. Ce type avait déjà eu un avant-goût de l'EFT dans une autre séminaire que je dirigeais. Il est venu à celui-ci car après qu'il ait utilisé l'EFT pour faire face à sa colère et à son angoisse constantes, sa femme lui a dit que c'était comme d'avoir un nouveau mari. Inutile de dire qu'elle était très heureuse qu'il revienne et en fasse plus. Je pense que maintenant sa propre mère ne pourrait pas le reconnaître.

"Pour faire écho à ce que vous aviez dit lors du séminaire du "Thérapeute Ultime" l'année dernière, Gary : "Mon Dieu, comme j'adore ce travail!"

Steve Wells (Australie)

***