dimanche 31 août 2008

EFT et nos croyances inconscientes

"ECRITS SUR LES MURS MENTAUX" : L'expérience d'une psychothérapeute
par Mair Llewellyn

"Qui écrit sur vos murs mentaux ?
"Gary nous a très souvent parlé de cette idée. Ce concept illustre comment nos pensées, mots, images, sentiments et réactions sont reliés à des expériences et conditionnements que nous avons eus plus ou moins tôt dans la vie. Ces réactions complètement inconscientes peuvent être des déclencheurs positifs ou négatifs. Cet article s'intéresse aux auteurs de ces écrits. Des articles futurs s'occuperont de la manière de les dépasser et de s'inspirer positivement avec de nouveaux éléments que nous inscrivons, ou inscrirons sur nos murs mentaux.
"Les écrits influents de notre passé

"Dans cette partie de mon article, je recherche d'abord qui a écrit sur mes murs mentaux. Par exemple, mon maître d'école disait que j'étais obtuse et que je n'arriverais jamais à grand chose ; il avait raison. Mes amis disaient que j'étais facilement influençable, et c'est ce que je suis. Ma mère réagissait comme si rien de ce que je faisais n'était assez bon - et ça ne l'était jamais. Ma meilleure amie m'a dit que j'étais trop gentille, et je le suis. Pourquoi est-ce que ce que les autres observaient ou prédisaient se passent encore ? Est-ce que cela a quelque chose à voir avec moi ? "Est-ce que c'est ce qui a été dit, ou la manière dont je percevais la vie pour moi, qui est devenu le mécanisme de ma prophétie auto-actualisante ? Cela s'est produit, et cela se produira toujours pour moi, tant que je continuerai à m'en tenir à ces croyances. C'est un processus, souvent inconscient, qui a été mis en place dans un but positif. Mon manque d'estime de moi-même peut être déclenché par mon dialogue intérieur, par les images créées dans mon esprit, aussi bien que pas le goût, le toucher, l'odeur ou une sensation dans mes tripes.

"Les écrits du présent

"Quand nous pensons "ici et maintenant", nous pouvons aussi bien nous demander qui est en ce moment en train d'écrire sur nos murs mentaux ?
"Sommes-nous toujours coincés dans l'objectif d'une prophétie auto-réalisante ? Pourquoi continuons-nous à croire ce qui nous a été dit ? Est-ce que nous n'avons fait que croire en ces suggestions négatives, ou bien est-ce que nous avons aussi absorbé des messages positifs ? D'où viennent ces images que nous voyons tout le temps ? Quels sont ces sensations dans notre corps qui semblent être reliées à ces mots et ces images ? Comment se fait-il que nous continuions à faire les mêmes erreurs, et à nous dire et redire ce que les autres nous ont dit ? S'il est vrai que "vous pouvez si vous pensez que vous pouvez", comment se fait-il que très souvent nous nous apercevons que nous ne pouvons pas ? Il doit y avoir là une vérité fondamentale qui manque, un morceau du puzzle qui a été laissé de côté.
"Physiquement, nous marchons aujourd'hui parce que nous avons appris à marcher plus tôt que nos souvenirs les plus anciens. Quand nous nous habillons, nous n'avons pas besoin de réfléchir pour savoir par quelle jambe commencer à mettre notre pantalon, ou quelle chaussure mettre en premier. Avec quelques exceptions, la routine de notre vie reste plus ou moins identique, inconsciemment compétente et automatique. Il y a relativement peu de réactions qui ne nous servent plus correctement. Est-ce que toutes nos réponses physiques, émotionnelles, spirituelles, professionnelles, sociales et financières sont comme cela ?

"Les écrits du futur

"Quand vous considérez vos attentes pour demain, que voyez-vous ? Comment vous sentez-vous ? Et qu'est-ce que vous vous dites à vous-mêmes ? De nombreux clients viennent en thérapie avec ce qu'on appelle "l'anxiété anticipatoire". De manière compréhensible, leurs expériences passées représentent des prédictions de ce qui pourrait à nouveau se dérouler. Leurs choix futurs, et les personnes importantes de leurs vies, ont la capacité d'affecter les écrits de leurs murs mentaux. Vos attentes par rapport à la vie peuvent de la même façon être considérées comme une prophétie auto-réalisante, ainsi qu'il a été dit : "Faites attention à ce que vous pensez, parce que cela se produira sûrement".
"La gomme magique

"Heureusement, tout ce qui a été écrit sur mes murs mentaux peut être modifié. Je sais maintenant que mon passé, mon présent et mon futur peuvent être sculptés, ou gommés, par les effets magiques de l'EFT.
"Quand j'ai commencé ma pratique de la psychothérapie, dans les années quatre-vingt, le passé se présentait pour les clients comme des cicatrices à vie. Maintenant, grâce à EFT, ce n'est plus le cas. Il faut de beaucoup d'obstination et un grand travail de détective pour mettre à jour les tours et les contours qui font que la perception des clients colorent ce qu'ils sont devenus. Ces expériences, ainsi que les couleurs qu'elles ont apporté à leur vie, peuvent être transformés en un magnifique Technicolor offrant de merveilleuses occasions et des possibilités d'apprendre et de se développer.
"Les cas où EFT "marche à la minute" inspirent à mes clients un sentiment de reconnaissance du fait que la véritable paix de l'esprit et la vraie libération sont tout à fait possibles. Je leur fais passer des étapes d'effacement et de recadrage, leur donnant un nouveau point de vue pour la liberté et la joie dans leur présent et leur futur.

"Devenir le meilleur psychothérapeute de tous les temps

"Gary Craig nous a librement et ouvertement présenté celle qu'il considérait comme sa meilleure psychothérapeute : sa mère. Mon coeur est touché par ses descriptions de cette mère merveilleuse. Je crois que les expériences positives de Gary ont ainsi représenté des déclencheurs extraordinaires pour lui - et il a rêvé de mettre cela à la disposition des autres aussi.
"Il se peut que ni vous ni moi n'avez eu une mère qui était la meilleure psychothérapeute. Jusqu'au moment présent, il se peut que nous avons été blessés, et ainsi nos sentiments de détresse peuvent nous blesser encore et blesser les autres. Grâce au merveilleux message d'EFT, et à sa possibilité de nous offrir la libération émotionnelle, ces liens émotionnels peuvent être détachés. Quand cette libération se produit, si nous avons des enfants, nous pouvons nous promettre d'essayer de devenir de meilleurs psychothérapeutes pour la vie de ces derniers.

En tapotant pour neutraliser la colère, l'angoisse et les traumas, nous pouvons simplement nous guérir des blessures passées, et devenir ce pour quoi nous étions faits. Notre propre transformation nous offre aussi l'occasion d'être les meilleurs psychothérapeutes pour nos propres enfants.
"Plus important, et parce que nos actions parlent plus fort que nos mots, l'EFT ouvre le chemin vers un présent et un futur positifs. Quand nous accueillons cette occasion, nous recevons le don d'être exactement le psychothérapeute idéal pour chacun d'entre nous. Nous pouvons au début avoir besoin de soutien ou de conseils pour établir notre compétence et notre confiance en nous-mêmes dans notre utilisation de l'EFT.

"Je ressens la plus profonde gratitude pour le fait d'avoir expérimenté une vision de libération lors de mon tout premier atelier d'EFT en 1999, ainsi que pour le fait que mon mari Tam m'a constamment encouragée à insister. Etrangement, j'avais du mal à faire EFT, même après avoir vu que cela marchait si bien pour moi. Pendant un certain temps, mon saboteur intérieur avait continué à diriger les opérations. J'avais passé beaucoup d'années à être un psychothérapeute crédible, c'est ce que je pensais. Maintenant, je suis vraiment contente d'avoir écouté mon intuition et je laisse ma crédibilité tranquille parce que je m'accepte profondément et complètement de toute façon.

"Dans des articles futurs, je décrirai avec plus de détails comment EFT peut améliorer les écrits sur nos murs mentaux. Ces articles expliqueront comment nous pouvons spécifiquement nettoyer des problèmes du passé, ainsi que comment notre présent décide de notre futur. Ainsi que la manière magique dont on peut utiliser l'EFT pour viser notre succès futur."

Mair Llewellyn, EFT master et enseignante (Royaume Uni)

Extrait traduit du site emofree.com : http://www.emofree.com/Articles2/mair-writing-walls.htm *

Retour au Message du Jour ACCUEIL
*

mercredi 27 août 2008

DOSSIER "Constellations Familiales" : à voir

SEANCE DE CONSTELLATION FAMILIALE AVEC IDRIS LAHORE

Première partie



Deuxième partie



Un (tout petit) livre pour comprendre comment ça marche :

"Les Constellations Familiales"
de Joe Manné - Ed. Jouvence

***

dimanche 24 août 2008

DOSSIER : LA MALTRAITANCE INFANTILE et la violence "éducative"

La violence éducative (châtiments corporels) est-elle nécessaire pour bien élever ses enfants, ou bien est-ce une habitude malsaine transmise de génération en génération dans certaines familles ?
Vous avez peut-être des enfants et vous vous êtes posé la question de ce qui vous pousse parfois à un accès de violence envers eux que (j'espère pour vous) vous parvenez néanmoins à retenir.
Ou bien vous n'avez pas d'enfants, mais vous vous demandez quelle est l'origine de certains traits de votre caractère, de votre manque d'estime de vous-même ou de votre tendance à la dépression. Vous savez que vous avez été élevé à la fessée ou au martinet mais avez longtemps pensé que c'était "normal", que "tous les enfants sont élevés comme ça", et que vous deviez être sûrement insupportable et désobéissant comme tous les enfants qui "ont besoin de coups pour obéir".

Alors allez d'urgence lire toutes les pages du site web d'Alice Miller :
http://www.alice-miller.com/index_fr.php
J'en reproduis ci-dessous quelques extraits (dont la longueur me sera, j'espère, pardonnée par leurs auteurs, vu la gravité et l'importance du sujet).

*

Manifeste contre la violence "éducative"
par Olivier Maurel

EXTRAIT :
"La France a signé et ratifié le 7 août 1990 la Convention des droits de l'enfant. L'article 19 de cette Convention stipule que les États signataires "prennent toutes les mesures législatives, administratives, sociales et éducatives appropriées pour protéger l'enfant contre toutes formes de violence, d'atteinte ou de brutalités physiques ou mentales".
"Or, en France, d'après un sondage SOFRES de janvier 1999, 80% des parents donnent à leurs enfants gifles et fessées quand ce ne sont pas des coups de martinet ou de ceinture. Presque tout le monde trouve cela normal, inoffensif et même nécessaire. Et les services sociaux et la Justice n'interviennent que dans les cas extrêmes.
Pourquoi est-il permis de frapper un enfant alors qu'il est interdit de frapper un homme adulte, une femme, une personne âgée et, en prison, le pire des criminels? Nos lois ne permettraient-elles d'agresser que les plus faibles?
"Les enfants ont le droit d'être élevés sans violence, ce qui ne signifie pas sans fermeté.
"De multiples études récentes ont montré que difficultés scolaires, délinquance, violence, dépression, alcoolisme, abus de drogues, maladies diverses et même accidents ont très souvent pour origine des violences, même modérées, subies dans l'enfance. Maintenant que nous le savons, nous n'avons plus l'excuse de l'ignorance qu'avaient nos parents.
"Pourquoi s'étonner que certains jeunes recourent à la violence quand le premier exemple de violence leur a en général été donné par leurs propres parents les frappant sur les joues, le crâne, le dos ou les fesses? L'enfant frappé apprend à frapper les autres. L'enfant respecté apprend à respecter les autres. Le rôle des parents est-il d'enseigner la violence ou le respect?
"Les parents qui frappent leurs enfants pour les éduquer le font parce qu'ils ont été frappés eux-mêmes et ignorent les conséquences de leurs coups."
(Lire la suite dans la page : http://www.alice-miller.com/lettresouvertes_fr.php?page=7 )

Olivier Maurel, Auteur du livre :
"La Fessée, 100 questions-réponses sur les châtiments corporels",
préface d'Alice Miller, Éditions La Plage.
*

Lettre ouverte aux Etudiants de toutes les Nations
Octobre 2000
par Alice Miller
(REPRODUCTION INTEGRALE)

"Cher amis,

"Je souhaite vous transmettre une information que certains ont peut-être déjà reçue mais que la plupart d'entre vous - plus de quatre-vingt dix pour cent je présume - ignorent probablement. Cette information est que tout type de châtiment corporel (fessée, gifles, coups) reçu par les enfants de leurs parents et professeurs est profondément immoral et dangereux. Les enfants ont le droit de protester contre cette humiliation puisque la plupart des Gouvernements (à l'exception des Etats-Unis et de la Somalie) ont signé la Convention des Nations Unies les obligeant à protéger les droits de l'enfant.

"Sur les quasi deux cents Etats qui ont signé cette Convention, onze seulement ont réellement fait ce à quoi ils s'étaient engagés en interdisant formellement via leur législation de battre les enfants (parmi eux, la Suède, la Norvège, le Danemark, la Finlande, la Lettonie et l'Allemagne).
En revanche, les autres pays n'ont rien changé à leurs vieilles habitudes et dans la plupart d'entre eux il est même autorisé de battre les enfants à l'école, pas seulement en Afrique ou en Asie, mais aussi dans vingt-deux Etats des Etats-Unis, parmi lesquels le Texas, dont Georges Bush, le candidat actuel à la présidence des Etats-Unis a été le Gouverneur pendant de nombreuses années.

"Je sais que les enfants dépendent de leurs parents et que beaucoup d'entre eux risquent de subir encore plus de brutalités s'ils osent prendre la parole pour essayer de se défendre. Cependant, je souhaite leur faire savoir, à chacun d'entre eux que le fait de corriger les enfants est absolument injuste et qu'ils ne sont plus désormais seuls s'ils osent protester. De façon aberrante, l'opinion que le fait d'infliger des souffrances à un être plus faible que soi peut avoir un effet bénéfique a été transmise, au cours des millénaires, aux générations suivantes en dépit de ses contradictions avec la réalité. Il est aujourd'hui scientifiquement prouvé que battre les enfants leur enseigne la violence et provoque la peur. C'est aussi fortement humiliant et résulte en opinions destructives dans le cerveau de futurs parents. Par-dessus tout, cela entraîne une cécité émotionnelle.

"De ce fait, la seule raison pour laquelle les parents continuent de croire en ce message trompeur et de battre leurs enfants vient du fait qu'ils ont eux aussi été battus et réduits au silence lorsqu'ils étaient enfants. Ils ont appris cette leçon mensongère très tôt et il leur est difficile de s'en libérer. Ils croient que les enfants ne souffrent pas parce que c'est ce qu'on leur a dit. Leur sensibilité envers la violence qu'ils infligent s'est émoussée.

"J'ai écrit cette lettre pour les Enfants et les Adolescents et l'ai montrée à un jeune ami qui m'a demandé de transmettre cette information avant tout aux étudiants qui ne sont plus eux-mêmes punis de cette façon mais dont la mémoire consciente de la punition corporelle peut encore être vive. Il a estimé que maintenant, en tant qu'adultes, ces étudiants pourraient vouloir se battre contre cette habitude éminemment destructive et aider la société à comprendre les conséquences désastreuses qu'elle provoque. J'ai tout d'abord accueilli à contrecœur sa suggestion. Je pensais en effet que des personnes de votre âge ne souhaitent pas se remémorer la souffrance et la solitude qu'elles ont dû endurer durant leur enfance. Elles préfèrent oublier ce temps. D'autant plus que la plupart d'entre elles ne savent pas que leur corps n'oubliera jamais l'histoire de leurs premières années et que, pour le bien de leur santé, il pourrait être très utile d'intégrer également cette histoire dans leur conscience active. Dans cet état d'esprit, j'ai alors pris la décision de vous écrire. Je suis certaine que, de toute façon, dans la décennie à venir, presque toutes les personnes ayant eu une formation universitaire seront confrontées à la question des châtiments corporels donnés aux enfants. Il ne semble pas possible d'échapper à cette connaissance mais il est bien sûr possible d'échapper à l'ignorance.

"J'ai consacré vingt ans de ma vie à aider des adultes à surmonter les principales conséquences des maltraitances sévères qu'ils avaient subies durant leur enfance : le refus, l'aveuglement et la tendance à maltraiter leurs propres enfants.

"Durant les vingt années suivantes, j'ai fait des recherches sur l'enfance et écrit dix livres pour faire prendre conscience aux gens que les enfants naissent innocents, et qu'ils ont besoin d'amour, de soins et de protection mais jamais de violence, pour devenir des adultes bienveillants. Lorsque les enfants manquent de ceci ou lorsqu'ils sont, au contraire, traités avec violence, ils valoriseront alors la cruauté et deviendront cruels envers les autres ou eux-mêmes ou les deux à la fois. Mes ouvrages ont été beaucoup lus mais leurs lecteurs appartiennent à une petite minorité de gens. La majorité doit recevoir cette information de façon urgente. Je souhaite que chacun ait à cœur de la propager en prenant conscience de son importance.

"J'ai longtemps été déconcertée par le fait que même des gens très instruits pouvaient dire que les enfants ont besoin d'être corrigés pour pouvoir apprendre mieux à l'école. Je me demandais pourquoi il n'était pas évident pour eux que l'on ne peut rien apprendre de valeur dans un état de peur. Les enfants qui ont peur n'apprennent qu'à annihiler leurs émotions fortes, comme la colère ou le chagrin, à composer avec leur peur, à mentir et à simuler. Par-dessus tout, ils aspirent fortement à la vengeance. La plupart d'entre eux se vengeront dès qu'ils auront un pouvoir. Les tyrans comme Staline, Hitler et Mao nous ont éclairés sur ce qui arrive alors. Ils ont été battus sans pitié étant enfants, ont nié leur souffrance et ont ensuite imposé cette souffrance refoulée à des nations entières. S'ils avaient consciemment maîtrisé l'histoire de leur enfance, des millions de personnes n'auraient pas eu à mourir.

"J'ai finalement compris que la mémoire que nous conservons de nos premières années de vie, dans notre corps, est plus forte que tout ce que nous pouvons apprendre par la suite à l'école ou à l'université. Cette mémoire des premières expériences, bien qu'inconsciente, peut rendre des parents fous et leur laisser croire qu'ils agissent dans l'intérêt de leur enfant. Grâce aux nouvelles recherches effectuées sur le cerveau de l'enfant, on peut se rendre compte que le cerveau d'un parent qui a été battu enfant est déjà programmé pour croire en l'efficacité des punitions et des fessées.

"Aujourd'hui, certains livres célèbres consacrés à l'éducation des enfants prétendent être à la pointe de ce nouveau savoir psychologique, mais leurs auteurs fournissent aux parents les mêmes méthodes qui ont contribué à leur propre éducation. Ils donnent des conseils sur la façon de contrôler, commander, manipuler et humilier les enfants de la façon la plus efficace et indétectable qui soit. Malheureusement, leurs lecteurs propagent le poison de cette pédagogie car lorsqu'ils étaient eux-mêmes enfants ils n'avaient la possibilité ni de le voir ni de le nommer.

"Si nous ne cherchons pas à prendre le pouvoir sur eux, nos enfants souhaitent vraiment coopérer avec nous, la coopération les intéresse comme voie de communication. Mais pour cela, ils ont besoin de nous faire confiance. Nous ne sommes en aucun cas dignes de confiance si nous voulons les gouverner justement pour échapper à notre sentiment d'impuissance.

"Aujourd'hui, il n'est plus permis de battre sa femme, d'avoir des esclaves ou de battre les personnes incarcérées. La seule chose toujours autorisée est de battre un enfant sans défense, même un bébé, et d'appeler cela la discipline. Il est grand temps d'arrêter cette pratique, de rejeter cette tradition cruelle, immorale, dangereuse et absurde et de faire connaître leurs droits aux enfants, de la façon la plus large possible. C'est précisément dans cette information que se situe leur pouvoir. Il revient à votre génération de remplacer la tradition de l'ignorance par la connaissance qui n'a pas encore de tradition."

Alice Miller

*
LIVRES D'ALICE MILLER

Ta vie sauvée enfin
Flammarion (2008)
"Plutôt que de nous enfermer dans la dépression ou, plus fréquemment encore, dans l'automystification et le déni des souffrances qui nous ont été infligées durant notre enfance, il nous appartient de chercher à nous en sortir en comprenant quels sont nos vrais besoins."

Notre corps ne ment jamais Flammarion (2004)
"Quand nous tombons malades, quand nous faisons l'expérience de la dépression, de la toxicomanie, de l'anorexie …, c'est que nous sommes traversés par un conflit intérieur entre ce que nous ressentons et ce que nous voudrions ressentir. D'un côté, il y a notre corps, qui garde intacte la mémoire de notre histoire, et tout particulièrement des mauvais traitements que nos parents ont pu nous infliger ; de l'autre, il y a notre esprit et notre volonté conditionnés par la morale et l'éducation traditionnelles à aimer et honorer, quoi qu'il arrive, ces mêmes parents."
L'auteur analyse sous cet angle les vies d'écrivains célèbres, parmi lesquels Arthur Rimbaud (extrait à lire dans le site).

Libres de savoir - Ouvrir les yeux sur notre propre histoire
Flammarion (2001)
"Souvent négligée par les discours "officiels" (ceux de l'Eglise ou du corps médical, par exemple), la violence éducative est généralement "refoulée" surtout par ceux qui en sont les victimes. Comment l'enfant - ou l'adulte - pourra-t-il laisser libre cours à la parole curative lorsque, par amour pour les siens, il dissimule ou nie les violences, physiques mais aussi verbales, qui lui ont été faites ? "

Chemins de vie
(Flammarion 1998, nouvelle edition totalement révisée Aubier 2008)
"Comment nos premières expériences de souffrance et d'amour influent-elles sur notre vie ultérieure et nos relations avec les autres ? Dès notre plus jeune âge, constate Alice Miller, elles impriment en nous des modèles de comportement que, sans nous en rendre compte, nous reproduisons. Pour le meilleur comme pour le pire. Mais ce n'est pas une fatalité. Aussi profondément marqués que nous soyons par notre éducation, nous pouvons, parvenus à l'âge adulte, déceler ces empreintes et sortir de l'impasse."

L'avenir du drame de l'enfant doué
PUF (1996)
"Contrairement au petit enfant, l'adulte a des opinions. Il peut se fonder sur ses expériences, dispose de la faculté de raisonner ainsi que du libre accès aux informations. Tout cela, il peut l'utiliser, s'il n'est pas bloqué dans le schéma de son enfance qui n'était auparavant qu'une stratégie de survie. Mais en détectant ce schéma nous pouvons en sortir et profiter des options que nous offre la vie."

Abattre le mur du silence
Aubier (1991)
"Ouvrez les yeux sur ce que vous avez subi étant enfant. Nous bâtissons de hautes murailles pour nous protéger de la douloureuse histoire de notre propre enfance. Il nous faut abattre ce mur du silence, en nous-même et dans le monde qui nous entoure, retrouver l'enfant méprisé, abandonné, trahi que nous étions jadis. Nous devons apprendre d'où viennent nos souffrances, et que l'on peut en guérir."

La connaissance interdite
Aubier (1990)
"Lorsque sera levée l'ignorance résultant des refoulements de l'enfance, et que l'humanité sera réveillée, cette production du mal pourra prendre fin. Mais comment lever cette ignorance, comment accéder, chez l'adulte, à l'enfant blessé en lui, sans bloquer sa parole par les exigences morales ou les visées éducatrices dont la psychanalyse est restée prisonnière ?"

La souffrance muette de l'enfant
Aubier (1990)
"Non, tous les enfants humiliés et maltraités ne deviennent pas des monstres; mais tous les monstres, tous, ont d'abord été des enfants humiliés et maltraités (les pages sur l'enfance de Staline, qui font écho à celles de C'est pour ton bien sur l'enfance de Hitler, sont à ce titre exemplaires). Seule la confrontation avec cette vérité, jusqu'à présent ignorée dans l'ensemble des civilisations, peut sauver l'humanité de l'autodestruction la plus aveugle."

Images d'une enfance
Aubier (1987)
"A travers les aquarelles que l'on découvrira dans ces Images d'une enfance, Alice Miller a laissé s'exprimer en toute liberté la petite fille meurtrie qu'elle avait été et qu'elle portait encore en elle - cette petite fille sage, trop sage, sur laquelle une mère apparemment exemplaire se vengeait inconsciemment des humiliations subies dans sa propre enfance."

L'enfant sous terreur
Aubier (1986)
"Enfants humiliés, enfants maltraités, enfants ignorés, dans la vérité de leurs sentiments et de leurs besoins, par des adultes qui trop souvent, ne s'en rendent même pas compte: notre société, en dépit des apparences, ne respecte pas les enfants. Depuis l'aube des temps, l'enfant, bouc émissaire, a toujours été utilisé par l'adulte pour se décharger de ses propres tensions, ou pour satisfaire ses propres désirs - sexuels, entre autres; et il sera beaucoup question, ici, des abus les mieux cachés dont les enfants sont victimes bien plus fréquemment qu'on ne le croit."

C'est pour ton bien
Aubier (1985)
"L'opinion publique est loin d'avoir pris conscience que ce qui arrivait à l'enfant dans les premières années de sa vie se répercutait inévitablement sur l'ensemble de la société, et que la psychose, la drogue et la criminalité étaient des expressions codées des expériences de la petite enfance. (...) Je considère que ma tache est de sensibiliser l'opinion publique aux souffrances de la petite enfance, et c'est ce que je tente de faire à deux niveaux différents, m'efforçant à ces deux niveaux d'atteindre, chez le lecteur adulte, l'enfant qu'il a été." — Alice Miller

Le drame de l'enfant doué
PUF (1983)
"Le drame de l'enfant doué, de l'enfant sensible et éveillé, mais pas forcément surdoué, consiste dans le fait qu'il ressent très tôt le besoin et les troubles de ses parents et s'y adapte. Il apprend alors à dissimuler ses sentiments les plus intenses, que ses parents supportent mal. Quoique ces sentiments, comme par exemple la colère, l'indignation, le désespoir, la jalousie ou la peur, puissent resurgir au cours de la vie future, ils ne seront pas intégrés à la personnalité. "

Extraits du site d'Alice Miller en Français, Anglais et Allemand :
http://www.alice-miller.com/index_fr.php

**

vendredi 8 août 2008

EFT Se lancer avec ses amis

Trois cas de phobies traitées avec l'EFT, entre amis.

Traduction de la page :

**http://www.emofree.com/Fear/ladder-fear.htm**
dans le site de Gary Craig emofree.com


Cet article est pour les nouveaux venus à l'EFT qui doutent encore du potentiel de l'application simple de la Recette de Base. Elle est ici employée par André Fillion du Canada, dans 3 cas différents de phobies qui limitent la vie de tant de personnes, avec des résultats impressionnants. Je vous prie de noter que certaines phobies sont tellement complexes qu'elle demandent plus de sophistication avec EFT que la seule Recette de Base. néanmoins, comme vous le verrez, la Recette de Base est très souple et peut souvent marcher là où rien ne l'a fait.

"Cher Gary,
"Je ne suis pas du tout un expert de l'EFT, je suis seulement un familier de la Recette de Base. Même avec mes capacités limitées, j'ai pourtant été capable d'aider plusieurs personnes avec des phobies, et les résultats ont été superbes. Je voulais déjà soumettre un article au site EFT il y a plusieurs mois, mais je voulais d'abord être sûr que le résultat du traitement était durable avant de l'envoyer... Il l'est!
"J'ai utilisé EFT dans mon travail pour "débloquer" des problèmes émotionnels qui m'empêchaient d'être efficace, et depuis, j'ai augmenté de 200% mes ventes et ma productivité. J'ai aidé des amis à dépasser plusieurs phobies comme la peur des hauteurs, de prendre l'avion, des serpents et des araignées, des chats et des échelles. Cela prend quelques secondes (ou minutes), en fonction de la gravité du cas, pour les éliminer complètement.



"Peur des échelles : Alors que j'étais encore en train d'apprendre la technique, je l'ai essayée sur mon partenaire et sur moi-même. Mon partenaire ouvrait de grands yeux car pour lui c'était un truc insensé et ridicule. C'est un douteur. Il est ingénieur et si on ne lui fournit pas une explication scientifique pour un truc, il ne va même pas remarquer son existence.
Alors je l'ai mis à l'épreuve. Mon partenaire a peur de tout. D'abord, il n'a jamais été capable de dépasser le second barreau d'une échelle - jamais - sans ressentir le vertige et la nausée. Alors, indigné, et pour prouver que j'avais raison, j'ai appliqué notre échelle extensible au mur de la maison (jusque là, j'étais le seul à l'utiliser) et je lui ai dit : "D'accord, alors grimpe." Il m'a regardé comme si j'étais fou - et un peu cruel - jusqu'à ce que j'aie fait le tapping pour lui et en moins de deux minutes il était en haut et regardait par la fenêtre du deuxième étage. Il était complètement stupéfait. C'était il y a deux ans, et depuis, il n'a plus du tout ressenti cette terreur des hauteur qui l'avait gêné toute sa vie. Et je ne suis plus obligé de laver les vitres moi-même.

"Peur de voler : Quelques jours après l'histoire de l'échelle, mon partenaire devait prendre un petit avion entre Ottawa et Toronto (une heure environ). Il avait pris des avions de ligne toute sa vie sans peur, mais jamais un petit appareil à hélices et à 20 places comme celui-là.
Quand il s'est assis à l'avant de l'avion, il a commencé à ressentir la nausée et le vertige parce que, de son siège, il pouvait voir, à travers la vitre du cockpit, d'autres petits avions semblables prendre leur envol en oscillant quelque peu. Il a failli décider de descendre, mais il était trop tard, l'avion roulait déjà. Il a saisi un sac en plastique, puis s'est souvenu de l'EFT.
Il n'avait pas vraiment fait attention lorsque je lui avais administré "ce truc insensé", alors il s'est seulement mis à tapoter sur tous les points dont il pouvait se souvenir. Il était assis près du président de la compagnie, lequel n'avait aucune idée de ce qu'il faisait, mais Will n'en avait cure : il fallait qu'il tapote ou qu'il vomisse. Quand il a eu terminé deux séquences complètes, pour autant qu'il se souvenait de ce qu'il fallait faire, il était devenu calme, relaxé, et en fait commençait à prendre plaisir à regarder hors du cockpit. Le vol s'est très bien passé, et pour le retour dans la même journée il n'a pas eu besoin de refaire le tapping. Depuis, il n'a plus eu aucun problème.
"Bon, ça c'était deux cas pour une seule personne. Alors un autre cas :

"Peur des chats : Nous avons eu des amis à dîner il ya plusieurs mois et l'un de nos invités a amené quelqu'un que nous ne connaissions pas. Ils sont arrivés, se sont installés dans le salon tandis que je versais le vin dans une autre pièce. C'est alors que j'ai entendu un grand cri (j'ai cru que c'était une femme), puis une porte claquée. Apparemment, l'un de mes chats avait sauté dans la pièce et ce nouvel ami avait paniqué, avait crié et s'était précipité à la porte. Il avait apparemment une telle phobie des chats qu'il ne pouvait pas être dans la même maison que l'un de ces animaux, ni surtout dans la même pièce.
"Je suis sorti sur le perron et je lui ai parlé; il tremblait, les yeux humides, et était très nettement gêné. Il m'a demander de retourner dans la maison et de lui rapporter son manteau parce qu'il ne pouvait simplement pas rester.

"Je me suis assis sur les marches avec lui et nous avons parlé de sa phobie pendant quelques minutes, et rien que d'en parler lui causait une panique. J'ai demandé s'il voulait bien essayer "ce truc étrange", ce traitement par le tapping, et je lui ai assuré que quelque soit le résultat, personne ne le forcerait à rester pour faire face à ses peurs, et que si ça ne marchait pas il n'y aurait aucun mal, et que je serais alors très content d'aller lui chercher son manteau.
"Comme il était d'accord, j'ai fait la Recette de Base sur lui et il a commencé à se sentir mieux (son intensité est descendue de 9 à 4), alors j'ai fait une autre séquence complète et sa peur a presque disparu (elle est descendue à 1). Je l'ai emmené sur la pelouse et lui ai demandé de regarder par la fenêtre dans la salle à manger, là où se trouvait l'un de mes chats (qui dort toujours sur l'une des chaises) et de me dire comment il se sentait. Il a regardé le chat et a été stupéfait de ne pas se sentir immédiatement anxieux (auparavant il ne pouvait même pas regarder un chat à la télévision. Les pubs des pâtées pour chats le faisaient fuir la pièce).

"Je lui ai demandé s'il était d'accord pour que j'appelle le chat en grattant la vitre, mais je l'ai averti que le chat risquait de venir à la fenêtre pour voir ce qui se passait. Il a dit qu'il était d'accord, alors j'ai appelé le chat qui est venu. L'ami n'a pas bougé. Le chat a sauté sur l'appui de la fenêtre et l'ami ne bougeait toujours pas. Alors je lui ai demandé s'il voulait bien poser la main sur la vitre, en l'avertissant que le chat, qui n'était pas très malin, voudrait renifler sa main à travers le verre. Il a donc "touché" le chat en toute sécurité à travers la fenêtre, et n'a ressenti aucune anxiété - oh ! enfin, c'était seulement 2. Alors j'ai refait le tapping pour ramener ça à zéro tandis qu'il continuait à "toucher" le chat.
"Ensuite, je lui ai demandé s'il se sentait prêt à voir un chat sans la protection d'une vitre. (Pendant ce temps-là, mon partenaire qui savait ce que je faisais avait emmené tous les hôtes de l'autre côté de la maison, sur la cour, pour ne pas gêner notre invité). Il a dit qu'il était d'accord pour essayer, alors, nous sommes rentrés dans la maison. Dans le foyer, je lui ai demandé comment il se sentait et il a dit qu'il se sentait à 3 ou 4, alors j'ai refait le tapping pour que cela descende à zéro. (C'était un sujet facile !)

"Je lui ai dit de me dire s'il avait le moindre reste d'anxiété, et je l'ai assuré qu'il pouvait ressortir de la maison n'importe quand (en fait, j'avais laissé la porte d'entrée ouverte pour qu'il puisse sortir immédiatement). Nous sommes entrés très lentement dans le salon et là, couché dans son panier, il y avait notre très gentil chat Simon, qui, seulement 8 ou 10 minutes auparavant, avait provoqué sa fuite hors de la maison. Il a regardé le chat, et le chat l'a regardé. Puis il m'a regardé et a dit : "J'ai envie de dire : 'Et alors, c'est un chat', et je ne peux pas y croire".
"Alors, je lui ai demandé s'il voulait bien se rapprocher (et je lui ai rappelé que la porte de devant était toujours grande ouverte). Il a marché droit sur le panier et s'est accroupi. Je lui ai demandé qu'elle était son intensité, il m'a dit : "Peut-être 1". "Voulez-vous que je fasse le tapping pour le faire partir?" ai-je dit. Il a répondu qu'il se sentait bien et voulait toucher le chat, alors j'ai tendu le bras et j'ai touché le dos de Simon. Celui-ci a immédiatement roulé sur le dos pour offrir son ventre à la caresse, comme il fait toujours. Notre invité a alors gratté le ventre du chat. C'était magnifique de les voir tous les deux aussi contents.

"Je lui ai alors demandé s'il voulait prendre Simon dans ses bras, il a été d'accord. J'ai pris Simon pour lui montrer comment tenir un chat, et il l'a pratiquement enlevé de mes bras et a commencé à le caresser en lui parlant - alors que dix minutes auparavant la "bête" l'avait plongé dans la plus intense panique.
"Je lui ai dit que s'il approchait son nez de celui de Simon, le chat lui ferait un bisou. Sans hésitation il l'a fait, et Simon lui a léché le nez. Notre invité était radieux, ses yeux brillaient et il me regardait, étonné. Il m'a remercié de l'avoir aidé à se débarrasser de cette chose qui lui avait causé tant de chagrin toute sa vie.
"Toujours en tenant Simon, il est sorti pour rejoindre nos hôtes et leur raconter l'événement des quinze dernières minutes. Il n'était plus gêné ni honteux : sa phobie était partie, et il était soulagé "au-delà de ses espérances".
"Après dîner, il s'est assis dans le salon pour le café avec Simon couché près de lui sur le fauteuil et un autre chat vautré sur le dossier au-dessus de sa tête.

"Epilogue:
"Après cet épisode, nous sommes devenus bons amis, je lui ai donné une copie des DVD de Gary et maintenant il parle de l'EFT à tout le monde. Il a même organisé une sorte de "séminaire" à son bureau, et a donné des copies des DVD à ses partenaires trop stressés et à d'autres membres de son équipe, après quoi il a remarqué qu'une sorte de calme était intervenu dans sa société.
"Il m'a appelé quelques semaines après le fameux dîner pour me demander de l'accompagner au refuge animalier afin de prendre un chat. C'était il y a trois mois, et maintenant il a trois chats qui dorment sur son lit avec lui. Absolument remarquable.
"On ne peut pas nier que l'EFT "marche". Comment ça marche, ça n'a presque rien à voir. La chose importante c'est que cela marche."

André Fillion

************

lundi 4 août 2008

EFT Précisions techniques

Comment rester concentré sur le problème à traiter
Voici une question qui touche aux éléments fondamentaux d'EFT.

LETTRE : "Est-il réellement important de nommer verbalement un problème ou une émotion tout en faisant le tapotage, ou le tapotage est-il suffisant ? C'est-à-dire, ne peut-on pas se mettre à tapoter chaque fois qu'on ressent le problème, ou tapoter trois fois par jour sans se focaliser sur un problème précis. Si les points de rééquilibration permettent de soulager l'organisme et de passer à l'étape suivante, alors je ne pense pas que le système énergétique ait besoin d'entendre des mots spécifiques."

REPONSE DE GARY CRAIG : Merci pour cette question utile. Le but n'est PAS seulement la rééquilibration de l'énergie. C'est de rééquilibrer l'énergie tout en étant concentré sur le problème. La verbalisation, ou la phrase de rappel, c'est pour rester focalisé. C'est ainsi que c'est décrit dans le chapitre de la Recette de Base du manuel EFT...
"Quand un footballeur fait une passe il dirige le ballon vers quelqu'un qui va le recevoir. Il n'envoie pas seulement le ballon en l'air en espérant qu'il y aura quelqu'un pour l'attraper. C'est pareil, la Recette de Base doit être dirigée vers un problème spécifique. Autrement, cela va rebondir sans but avec assez peu d'effet.
"Vous dirigez la Recette de Base vers le problème spécifique sur lequel vous êtes concentré, pour lequel vous voulez un soulagement. Cela dit à votre système quel est le problème qui doit recevoir.

"Souvenez-vous du postulat qui dit... "La cause de toutes les émotions négatives est un dérangement dans le système d'énergie du corps."

"Les émotions négatives surgissent parce que vous êtes focalisé sur certaines pensées, ou événements, lesquels à leur tour font que votre système d'énergie se met en dérangement. Autrement, vous fonctionnez normalement. Votre peur des hauteurs n'est pas présente, par exemple, quand vous êtes en train de lire la page des bandes dessinées de votre journal du dimanche. Vous n'êtes pas concentré sur votre problème.
 "Se concentrer sur un problème peut se faire simplement en y pensant. En pensant à votre problème, vous provoquez le dérangement énergétique qui y est associé, et à ce moment-là ... seulement à ce moment-là... vous pouvez vous rééquilibrer en appliquant la Recette de Base. Sans vous focaliser sur le problème... donc, sans créer de dérangement énergétique... la Recette de Base ne fait rien.


"Se concentrer est un processus très simple. Vous pensez tout simplement au problème tout en lui appliquant la Recette de Base. C'est tout... Au moins en théorie. Néanmoins, vous pouvez trouver un peu difficile de penser consciemment au problème tout en faisant le tapping, en chantant et en comptant, etc. C'est pour cela que j'ai introduit la Phrase de Rappel que vous répétez continuellement tout en appliquant la Recette de Base.
"J'espère que cela vous aidera."

Gary Craig

(Traduit de la page en anglais :
**http://www.emofree.com/articles/tuningin.htm**
dans le site de Gary Craig)

**********

samedi 2 août 2008

EFT et le trac

"COMMUNIQUE DE PRESSE extrait du site emofree.com
"Qui aurait pensé que l'acupressure soulagerait mieux le trac en société que les médicaments ou la psychothérapie ?

"San Francisco, Californie (PRWEB) - Les Américains disent qu'ils ont plus peur de parler en public que des serpent ou des araignée. La plupart d'entre eux ont une vie normale en dépit de leur trac, mais on estime que 35 millions d'entre souffrent du "trouble de l'anxiété sociale", une peur intense de rencontrer des étrangers, de devenir le centre de l'attention, ou de se produire devant un groupe. Connue également sous le nom de "phobie sociale", l'anxiété sociale fait partie des troubles psychiatriques les plus communs et vient en troisième position après la dépression et l'alcoolisme aux Etats-Unis. Des médicaments psychotropes destinés à traiter ce trouble sont en cours de tests cliniques.

"Mais le meilleur traitement de l'anxiété sociale, selon un nombre croissant de psychologues et de professionnels de la santé, pourrait être une méthode sans médicament appelée EFT (Techniques de Libération Emotionnelle). L'idée de base est que les peurs et phobies, ainsi que les symptômes physiques quelles génèrent, sont causés par des dérangements se produisant le long des méridiens d'énergie du corps - oui, ces mêmes lignes d'énergie balisées il y a des milliers d'années par les acupuncteurs chinois. On stimule certains points d'acupuncture en les tapotant du bout du doigt, cela remet en route les courants d'énergie et les symptômes disparaissent.

"Cette procédure simple a obtenu des résultats cliniques pour toutes les formes d'anxiété depuis dix ans de tests cliniques.

"Pour le Dr Curtis Steele, psychiatre canadien, l'EFT est la technique la plus efficace qu'il ait pu utiliser en 45 ans de pratique. "J'ai eu un succès considérable avec l'EFT pour traiter l'angoisse en société, les crises de panique et de nombreux autres troubles," dit-il.

"Les symptômes physiques du trouble de l'anxiété sociale sont l'augmentation du rythme cardiaque, la transpiration, les tremblements, la nausée, la diarrhée, la tension musculaire, les crampes musculaires, la rougeur du visage, la confusion et les vertiges. Ces symptômes sont causés par une peur excessive d'être sous le regard des autres, une peur constante de se sentir gêné ou honteux en parlant à des étrangers. Les symptômes se déclenchent aussi lors de la rencontre de nouveaux contacts, devant l'obligation d'utiliser des toilettes publiques, ou lors de la participation à une compétition sportive ou une représentation publique quelconque. Selon l'Association Psychiatrique Américaine, l'anxiété sociale peut mener à des crises de panique, à des troubles obsessionnels compulsifs, ou à la dépression.

"L'anxiété sociale sévère peut mener l'individu au chômage chronique, à l'abandon de ses études, à la recherche d'un réconfort dans la drogue ou l'alcool. La personne peut avoir des pensées suicidaires ainsi que d'autres symptômes dévastateurs.

"Le problème commence souvent dans l'enfance, devient intense au lycée, et peut durer toute la vie. Ce syndrôme est plus courant chez les femmes que chez les hommes, et se répand dans les familles. Un Américain sur sept en est atteint.

"Les praticiens EFT racontent que lorsqu'ils dirigent des ateliers d'aprentissage de l'EFT, il leur arrive souvent de voir une personne paralysée par le trac utiliser la procédure de tapping d'EFT en se focalisant sur cette peur. On la voit alors se détendre soudain, et commencer à parler ou à chanter, tout en appréciant énormément cette expérience. Certains médecins ont proposé la technique EFT comme premier traitement pour des personnes qui s'effondraient au moment de participer à une représentation ou une compétition sportive. EFT a aussi permis d'aider des gens jusque là incapables d'utiliser les toilettes publiques.

"Gary Craig, le créateur d'EFT diplômé de Stanford, collectionne les rapports que des utilisateurs de l'EFT lui envoient du monde entier. "J'en ai mis des milliers dans mon site web, dit-il, parmi lesquels des dizaines concernant les phobies sociales et le trac. Il ne faut en général que quelques minutes pour apprendre l'EFT, et les résultats souvent sont instantanés et permanents. Une fois que la cause sous-jacente à la peur et à la panique a disparu, le problème ne revient pas. Et s'il revient, la personne recommence EFT pour le faire partir"

"C'est une bonne nouvelle pour tous ceux qui sont terrifiés rien qu'à l'idée de passer une audition, une interview d'embauche, de faire un discours, de présenter une demande en mariage, ou même d'entrer dans un supermarché. EFT peut être utilisé par des personnes de tous âges."
(Traduction de la page en anglais
http://www.emofree.com/Press-Releases/anxiety-acupressure.htm ) *

Retour au Message du Jour ACCUEIL
*